Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)
Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO)

Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO)

18 nov. 2016 15h04 HE

Selon le personnel démoralisé et victime d'intimidation au Montfort Renaissance, l'examen d'agrément doit se pencher sur la "culture de la peur"

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 18 nov. 2016) - Selon les membres du personnel du Montfort Renaissance, à Ottawa, qui craignent des représailles de la part de la direction s'ils mentionnent leurs inquiétudes, l'examen d'agrément en cours doit se pencher sur la « culture de la peur » et l'environnement de travail toxique.

Depuis des années, les tensions entre la direction et le personnel de première ligne au Montfort Renaissance s'intensifient. Elles ont récemment atteint leur paroxysme lorsque trois délégués syndicaux ont été congédiés pour avoir dévoilé les préoccupations des travailleurs en ce qui concerne la gestion de l'agence.

La section locale 4721 du Syndical canadien de la fonction publique (SCFP) qui représente une centaine d'employés du Montfort Renaissance a récemment effectué un sondage portant sur le moral en milieu de travail, d'autres questions patronales/syndicales et les répercussions sur les services, les soins et le soutien.

Seuls 23 % des répondants disent avoir confiance dans la gestion de l'agence et plus de 78 % (soit près de huit sur dix) craignent d'être la cible de représailles s'ils font part de leurs appréhensions. Trente pour cent affirment avoir été victime d'intimidation ou de harcèlement de la part des gestionnaires du Montfort Renaissance. Seulement 26 % se sentent à l'aise de soulever leurs préoccupations auprès de la direction. Dix-sept pour cent déclarent que l'environnement de travail est sain.

« Cette dynamique déchire les travailleurs dont le travail de soutien des individus très vulnérables est extrêmement difficile. Beaucoup d'employés ne croient pas que la direction va dans le bon sens et ils se méfient du leadership. Les travailleurs disent ne pas être traités avec respect et le moral est à son niveau le plus bas. L'examen d'agrément doit tenir compte de tout cela » a déclaré le président de la section locale 4721 du SCFP, Laurin Levesque.

Montfort Renaissance offre des services intégrés de santé mentale et de traitement de la toxicomanie aux personnes vulnérables. Les sondages révèlent que seulement 13 % des membres du personnel affirment que le moral est bon alors que 61 % sont d'avis que la qualité des services dispensés aux patients s'en ressent.

« Tout indique qu'il s'agit d'un environnement de travail toxique ce qui crée une situation intenable pour le personnel qui se sent rabaissé, démoralisé et anxieux. Le licenciement de leurs collègues qui agissaient en leur nom pour faire du lieu de travail un endroit moins menaçant pour eux, a donné lieu à une culture de la peur et une profonde méfiance envers la direction. Nous exhortons la province à remédier à cette situation » a déclaré Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d'hôpitaux de l'Ontario/SCFP (CSHO).

Renseignements

  • Michael Hurley
    Président du CSHO/SCFP
    613-884-0770

    Laurin Levesque
    Président de la section locale 4721 du SCFP
    613-552-2600

    Stella Yeadon
    Département des communications du SCFP
    416-559-9300