BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier
BMO Banque de Montreal

BMO Banque de Montreal

22 févr. 2013 14h20 HE

Selon le Service des études économiques de BMO, l'abordabilité ne constitue pas un obstacle pour l'acheteur de maison type dans la plupart des régions

Les inquiétudes au sujet d'une bulle immobilière à l'échelle de tout le Canada devraient commencer à s'atténuer.

- Les plus récentes données semblent indiquer que, dans la plupart des marchés, la hausse des revenus et la baisse des taux hypothécaires ont compensé les effets de la hausse des prix des maisons.

- Actuellement, les versements hypothécaires sur une maison à prix moyen au Canada représentent une proportion raisonnable du revenu d'un ménage, soit 28 %.

- Cependant, la famille type est pratiquement exclue du marché des maisons individuelles à Vancouver, Toronto et Victoria.

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 22 fév. 2013) - Selon une nouvelle étude du Service des études économiques de BMO, l'abordabilité ne constitue pas un problème majeur pour les familles à revenu médian qui cherchent à acheter une maison individuelle dans les trois quarts des marchés immobiliers du Canada ou un condo à Toronto, et cela ne devrait pas changer même lorsque les taux se normaliseront.

« À l'échelle du pays, les versements hypothécaires sur une maison à prix moyen représentent un pourcentage raisonnable du revenu d'un ménage, soit 28 %, mais 23 % pour ceux qui habitent à l'extérieur de Vancouver et de Toronto, » a déclaré Sal Guatieri, économiste principal, BMO Marchés des capitaux. « Ceci correspond à la norme à long terme, qui est de 28 %, ce qui semble indiquer que la hausse des revenus et la baisse des taux hypothécaires ont compensé en grande partie la détérioration de l'abordabilité causée par les prix élevés. »

Cependant, M. Guatieri a fait remarquer que cela ne s'applique pas à Vancouver, Toronto et Victoria.

« Une famille type qui voudrait acheter une maison unifamiliale à Vancouver devrait affecter les quatre cinquièmes de son revenu à ses versements hypothécaires, ce qui explique pourquoi cette famille ne peut que rêver d'acheter une maison individuelle dans cette ville, » a poursuivi M. Guatieri. « À Toronto, c'est pas moins de 43 % du revenu médian qu'il faut consacrer au remboursement d'un prêt hypothécaire pour une maison unifamiliale moyenne, alors qu'il en fallait 40 % il y a huit ans. »

M. Guatieri a ajouté que ces villes sont vulnérables à une correction substantielle en cas d'évolution défavorable des revenus ou des taux. Il a également expliqué que même si l'abordabilité ne représente pas un problème important dans la plus grande partie du pays, les responsables politiques devraient rester vigilants. « Des évaluations élevées, combinées à l'endettement des ménages qui atteint des niveaux records, pourraient occasionner des problèmes en cas de récession ou de choc de taux d'intérêt. »

Néanmoins, M. Guatieri s'attend à ce que les inquiétudes au sujet d'une bulle immobilière à l'échelle du pays commencent à s'atténuer. « Si les taux d'intérêt restent bas, que les revenus continuent à augmenter et que les prix se stabilisent cette année - comme nous le prévoyons - les craintes d'une correction majeure du marché de l'habitation devraient s'estomper. »

Sameh Elrefaei, chef, Produits hypothécaires, BMO Banque de Montréal, a toutefois souligné que même si le rapport donne des raisons d'être optimistes aux acheteurs potentiels dans la plupart des régions, les Canadiens doivent continuer à prendre des décisions raisonnables en matière de financement hypothécaire.

« Les données récentes indiquent que le meilleur moyen d'assurer l'abordabilité à long terme de son habitation consiste à opter pour un prêt hypothécaire à long terme à taux fixe, assorti de la période d'amortissement la plus courte possible, » a expliqué M. Elrefaei. « Depuis des années, maintenant, BMO fait activement la promotion des avantages qu'il y a à raccourcir la période d'amortissement et nous continuerons à encourager activement les Canadiens à le faire. »

Renseignements