BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier

17 janv. 2013 10h00 HE

Selon le Service des études économiques de BMO, les écarts régionaux se réduisent au Canada

- Croissance économique nationale prévue de 1,7 pour cent en 2013

- Terre-Neuve et Labrador s'affichera en chef de file avec un taux de croissance de 4,5 pour cent cette année

- Le secteur des ressources continue d'alimenter la croissance de l'Ouest canadien

- La reprise aux Etats-Unis dynamisera le centre du Canada

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 17 jan. 2013) - La performance économique canadienne continue de varier substantiellement entre régions, mais les inégalités de taux de croissance qui séparent l'Ouest canadien du reste du Canada semblent en voie de s'atténuer, selon le Provincial Monitor publié aujourd'hui par le Service des études économiques de BMO.

« Le secteur des ressources continue de favoriser une solide croissance dans l'Ouest, mais on s'attend à ce que l'économie albertaine ralentisse encore cette année pour afficher un rythme inférieur à 3 pour cent, par rapport à 3,4 pour cent en 2012 et à un taux de croissance frénétique de 5,1 pour cent en 2011, » a indiqué Robert Kavcic, économiste, BMO Marchés des capitaux. « Bien que le secteur de l'énergie reste vrombissant, la croissance a été légèrement tempérée par une capacité pipelinière insuffisante - et des perspectives de développement encore incertaines - et une forte décote des cours élevés du pétrole canadien. La croissance de la Colombie-Britannique, dont le marché immobilier faiblit, et de la Saskatchewan et du Manitoba devrait aussi ralentir cette année et réduire l'écart entre l'Ouest et le reste du pays. »

Le centre du Canada demeure confronté à son lot de défis, dont les réductions budgétaires, un huard au-dessus de la parité et une demande peu soutenue de la part des États-Unis au cours du premier trimestre de 2013. « Le rythme de croissance de l'économie de l'Ontario se contractera probablement sous les 2 pour cent cette année, » a observé M. Kavcic. « Toutefois, alors que l'essentiel des restrictions budgétaires aura été appliqué aux États-Unis et que les prix des maisons suivront une tendance à la hausse dans ce pays, insufflant un élan au secteur de la construction et aux dépenses de consommation, l'économie ontarienne devrait se dynamiser vers 2014. Entre-temps, le taux de croissance économique du Québec devrait augmenter, mais à un rythme encore hésitant de 1,3 pour cent. »

La vigueur du huard et la limitation des dépenses de capital dans le secteur public continuent de freiner la croissance dans les provinces de l'Atlantique, à quelques exceptions près. « Le travail préparatoire du contrat fédéral de construction navale de 25 milliards de dollars en Nouvelle-Écosse se poursuit et la croissance de la province sera bien assurée à court terme, » a ajouté M. Kavcic. « Entre-temps, encore que les travaux de maintenance offshore aient freiné le PIB réel à Terre-Neuve et Labrador l'an dernier, les tendances sous-jacentes demeurent positives et la croissance du PIB réel devrait suivre celle du reste du pays cette année; le fait qu'Exxon Mobil ait annoncé son intention d'aller de l'avant avec le projet Hebron est d'excellent augure. »

« Plusieurs régions du Canada continuent d'afficher un bon rendement, mais les entreprises de partout au pays doivent encore savoir s'adapter au changement, » a poursuivi Steve Murphy, premier vice-président, Service bancaires aux entreprises, BMO Banque de Montréal. « Compte tenu de la vigueur du huard, de la disponibilité du crédit aux entreprises et des taux d'intérêt favorables, la conjoncture est propice à des investissements qui rehausseront la productivité des entreprises à long terme. »

Taux de croissance du PIB réel (en pourcentage) :

2011 2012 2013
Canada 2,6 2,0 1,7
C-B. 2,8 2,5 2,2
Alberta 5,1 3,4 2,7
Saskatchewan 4,9 3,1 2,6
Manitoba 2,0 2,6 2,2
Ontario 1,8 2,0 1,7
Québec 1,9 0,9 1,3
Nouveau-Brunswick 0,0 1,0 1,6
Nouvelle-Écosse 0,5 1,5 1,8
Î.-P.-É. 1,6 1,6 1,5
Terre-Neuve et Labrador 3,0 0,5 4,5

La version intégrale du Provincial Monitor peut être téléchargée à partir du site www.bmocm.com/economics.

À propos de BMO Groupe financier

Fondé en 1817 sous le nom de Banque de Montréal, BMO Groupe financier est un fournisseur nord-américain de services financiers hautement diversifiés. Fort d'un actif de 525 milliards de dollars au 31 octobre 2012 et d'un effectif de plus de 46 000 employés, BMO Groupe financier offre une vaste gamme de produits et de solutions dans les domaines des services bancaires de détail, de la gestion de patrimoine et des services d'investissement.

Renseignements