BMO Banque de Montreal

BMO Banque de Montreal
BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier

15 nov. 2011 10h15 HE

Selon un sondage de BMO sur la philanthropie, les Canadiens continuent de faire des dons malgré la conjoncture difficile.

- Près de 70 % des Canadiens ont fait un don à une oeuvre de bienfaisance dans les 12 derniers mois.

- Les Canadiens ont donné en moyenne 487 $ à des organismes de bienfaisance au cours de la dernière année; ils prévoient donner autant ou davantage en 2012.

- Toutefois, plus de la moitié des Canadiens (54 %) n'ont pas de stratégie de dons à des oeuvres de bienfaisance.

MONTRÉAL, QUEBEC--(Marketwire - 15 nov. 2011) - À l'occasion de la Journée nationale de la philanthropie, qui a lieu aujourd'hui, BMO Banque privée Harris a annoncé les résultats d'un sondage qui montre que malgré la volatilité récente des marchés et la conjoncture difficile, la majorité des Canadiens (71 %) prévoit faire un don d'un montant égal ou supérieur à celui de l'an dernier.

Le sondage, réalisé par Léger Marketing, a permis de constater qu'au cours des 12 derniers mois, les Canadiens ont donné en moyenne 487 $ aux organismes de bienfaisance.

Le sondage a toutefois révélé que plus de la moitié des Canadiens (54 %) n'ont pas de stratégie lorsqu'ils font des dons, mais qu'ils le font plutôt de façon ponctuelle.

Voici les principales raisons invoquées par les répondants pour ne pas avoir de stratégie :

  • Ils préfèrent donner au cas par cas (38 %).
  • Ils n'ont pas assez d'argent (27 %).
  • Ils donnent seulement à certaines œuvres (23 %).

« Il est encourageant de constater que les Canadiens font des dons malgré la conjoncture », a déclaré Marvi Ricker, vice-présidente et directrice générale, Services conseils en philanthropie, BMO Banque privée Harris. « J'encourage toutefois les personnes qui font des dons à consulter un professionnel des finances pour élaborer une stratégie de dons qui peut devenir partie d'un plan financier, avec un examen stratégique rigoureux des buts, des objectifs, des intérêts et des options. »

Mme Ricker fait observer qu'il existe deux types de dons – les dons à des œuvres de bienfaisance et la philanthropie. Cette dernière exige un engagement à long terme et une stratégie de gestion de patrimoine et de dons qui vise à construire un héritage durable en faveur d'une cause déterminée. Les dons à des œuvres de bienfaisance, par ailleurs, désignent les dons faits de façon ponctuelle, et ils peuvent viser des causes et des œuvres diverses.

Le sondage a aussi révélé que près des deux tiers des Canadiens (61 %) ont une bonne compréhension ou une compréhension approfondie des répercussions fiscales des dons. « La compréhension du rapport entre les dons de bienfaisance et leurs répercussions fiscales est une étape essentielle de l'élaboration d'un plan », a déclaré Mme Ricker. « Bien qu'il soit intéressant de constater les avantages concrets des dons de bienfaisance, il est également important d'en obtenir des avantages fiscaux. »

« BMO et ses employés appuient depuis longtemps les activités de Centraide dans les grands centres en Amérique du Nord, a ajouté Mme Ricker. Centraide fait un travail remarquable pour soulager des milliers d'œuvres de bienfaisance locales de la nécessité de recueillir elles-mêmes des fonds. À BMO Banque privée Harris, nous recommandons activement à nos clients d'appuyer Centraide – soit par des dons en espèces, soit par des dons de titres, qui sont tous deux attrayants au point de vue de la fiscalité. »

Mme Ricker offre les conseils suivants à ceux qui envisagent d'élaborer une stratégie de don :

Parler à un professionnel – Peu importe le montant que vous donnerez, consultez un professionnel des finances pour élaborer un plan qui comprend un budget de dons. C'est une importante première étape d'une stratégie sensée.

Faire des dons de titres – Des budgets fédéraux récents ont entièrement éliminé l'impôt sur les gains en capital touchant les dons de titres cotés en bourse à une œuvre de bienfaisance enregistrée. Ces titres comprennent les actions, les obligations et les fonds d'investissement. Il est plus avantageux de donner des titres que de les vendre et d'en donner le produit en espèces, car le gain en capital sur les titres donnés est libre d'impôt.

Don de titres au lieu d'espèces – ce que disent les chiffres :
*L'exemple est fondé sur les taux d'imposition fédéral et provincial combinés de l'Ontario.
Option 1 : Vendre les titres et faire don des espèces Option 2 : Faire don des titres « en nature »
Valeur marchande des titres 10 000 $ 10 000 $
Valeur d'acquisition 5 000 $ 5 000 $
Gain en capital 5 000 $ 5 000 $
Gain en capital imposable (50 %) 2 500 $ 0 $
Impôt à verser sur le gain à 46 % 1 150 $ 0 $
Reçu d'impôt pour le don 10 000 $ 10 000 $
Valeur du reçu d'impôt à 46 % 4 600 $ 4 600 $
Économie d'impôt nette 3 450 $ 4 600 $

Envisager d'autres méthodes – Des cartes de crédit comme la carte MasterCard World Elite de BMO offrent à leur titulaire la possibilité de faire don de leurs points à des œuvres de bienfaisance. Un client peut utiliser ses points pour faire un don à cinq œuvres de bienfaisance :

  • Centraide Canada;
  • Société canadienne du cancer;
  • Croix-Rouge canadienne;
  • Fais-Un-Vœu Canada;
  • Fondations communautaires du Canada.

Le sondage en ligne a été réalisé par Léger Marketing auprès d'adultes canadiens du 24 au 27 octobre 2011.

Renseignements