TELUS Corporation
TSX : T
NYSE : TU

TELUS Corporation

01 déc. 2014 07h07 HE

Selon un sondage, plus du tiers des conducteurs admettent avoir enfreint la loi au cours de la dernière semaine en utilisant leur téléphone intelligent au volant

La vaste majorité des passagers ne se sentent pas à l'aise aux côtés d'un conducteur distrait, mais seulement le quart d'entre eux osent le dire

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 1 déc. 2014) - (TSX:T)(NYSE:TU) - Selon un nouveau sondage TELUS, 36 pour cent des conducteurs canadiens admettent avoir contrevenu à la loi et utilisé leur téléphone intelligent au volant au cours de la dernière semaine. Le sondage souligne également que 70 pour cent des passagers au Canada ne sont pas à l'aise à bord d'un véhicule conduit par une personne distraite par son téléphone intelligent. Et pourtant, près du quart de ces passagers n'osent pas le faire savoir au conducteur. Que nous soyons passagers ou conducteurs, nul doute que la distraction au volant demeure un problème et qu'il reste beaucoup à faire pour le régler. À l'occasion de la Semaine nationale de la sécurité routière qui aura lieu du 1er au 7 décembre, TELUS lance la campagne « Au volant, gardez-vous une #PetiteGêne » pour sensibiliser la population à la distraction au volant et surtout, l'encourager à modifier ses comportements.

La Sûreté du Québec constate que le phénomène de la distraction au volant est à la hausse comme facteur contributif aux collisions sur le réseau routier Québécois. La Police provinciale de l'Ontario signale qu'en 2013, sur son territoire, plus de décès ont été attribués à la distraction au volant qu'à la vitesse excessive ou à la conduite avec facultés affaiblies. Il s'agit en outre de la deuxième cause de collisions en Colombie-Britannique. (ICBC).

Le sondage, que TELUS a réalisé au moyen de Google Insights Survey, apporte un éclairage supplémentaire sur la question de la distraction au volant chez les Canadiens :

Nous sommes plus du tiers à enfreindre la loi

Parmi tous les répondants, 36 pour cent d'entre eux admettent avoir utilisé leur téléphone intelligent au volant au cours de la dernière semaine, soit pour faire des appels, vérifier leurs textos ou lire leurs courriels. De plus, 10 pour cent d'entre eux ont pris une photo ou fait une vidéo.

Peut-on alors réellement affirmer que le message passe?

La plupart des Canadiens reconnaissent que l'utilisation d'un téléphone intelligent au volant est inacceptable. Lorsqu'on leur demande de qualifier ce geste, 48 pour cent d'entre eux affirment que c'est un geste ridicule, stupide et injustifié. Étonnamment, seulement 27 pour cent des répondants ont pu confirmer qu'il est illégal (toutes les provinces et tous les territoires, à l'exception du Nunavut, ont entériné des lois contre la distraction au volant) et seulement 18 pour cent d'entre eux qualifient ce geste de dangereux, non sécuritaire ou déconcentrant.

On se sent obligés

  • 49 pour cent des Canadiens se sentent obligés de répondre à un appel, un message ou un texto dès qu'ils le reçoivent et de ce nombre, près du tiers se sentent obligés de le faire à chaque appel ou message.
  • Deux Canadiens sur cinq affirment être incapables d'attendre d'être à destination pour répondre à un appel, un texto ou un message (le temps de déplacement moyen entre le domicile et le travail, selon Statistiques Canada, est de 25,4 minutes). Alors que 37 pour cent des répondants ont indiqué qu'ils n'hésiteraient pas à envoyer un message texte à leur patron pendant qu'ils sont au volant, 32 pour cent feraient de même s'il s'agissait de leurs amis.

Les passagers n'aiment pas, mais peu osent le dire

  • Lorsqu'ils sont passagers, 70 pour cent des Canadiens estiment que l'utilisation d'un téléphone intelligent au volant est inacceptable et que cette situation les préoccupe. Mais 24 pour cent des passagers à bord d'un véhicule dont le conducteur utilise son téléphone intelligent n'osent pas exprimer leur préoccupation.

Les choses sont un peu différentes au Québec.

  • Si à l'échelle nationale, seulement trois passagers sur quatre ont exprimé à un conducteur distrait par son téléphone intelligent leur inconfort, au Québec, tous les passagers incommodés par une telle situation ont osé le dire.
  • Les Québécois semblent également se sentir moins obligés de communiquer avec leur patron lorsqu'ils sont au volant. En effet, seulement 27 pour cent des Québécois enverraient un message texte à leur patron en conduisant, contre 37 pour cent au pays.

« Notre engagement envers nos clients va bien au-delà du service à la clientèle », souligne François Gratton, président, TELUS Québec et provinces de l'Atlantique. « Nous avons décidé de créer cette campagne éducative « Au volant, gardez-vous une #PetiteGêne », pour participer à changer les habitudes et comportements des Québécois sur la route. Utiliser des appareils intelligents en conduisant un véhicule est à la fois illégal et dangereux et nous invitons les Québécois à joindre notre mouvement afin d'améliorer la sécurité de tous. »

TELUS invite les Québécois à participer au mouvement « Au volant, gardez-vous une #PetiteGêne » en se gardant d'utiliser leur téléphone au volant. La Sûreté du Québec (SQ) appuie les travaux de TELUS contre la distraction au volant.

« La distraction au volant est un réel danger pour tous les automobilistes et autres utilisateurs de la route, affirme le Capitaine Paul Leduc de la Direction de la sécurité routière et récréotouristique à la Sûreté du Québec. Un changement de comportement s'impose quant à l'utilisation d'un appareil intelligent au volant et l'éducation joue un rôle central afin d'inciter la population à adopter des habitudes plus responsables. Nous nous joignons à l'initiative de TELUS et nous invitons les gens à se garder une #petitegêne. »

Pour aider les Québécois à lutter contre ce problème, TELUS offre les conseils suivants :

  • Mettez votre appareil en mode discrétion ou conservez-le à un endroit où vous ne pouvez pas le voir, par exemple, dans un sac, la boîte à gants ou sur le siège arrière. Mieux encore, mettez-le dans le coffre.
  • Si vous ne pouvez attendre d'être arrivé à destination, trouvez un endroit sécuritaire où vous pouvez vous ranger et immobiliser votre voiture avant de faire un appel ou de répondre à un message.
  • Si vous attendez un message ou un appel important, demandez à un passager de prendre l'appel ou de lire le message pour que vous ne détourniez pas le regard de la route.
  • Si vous êtes un passager, exprimez-vous. Non seulement l'utilisation d'un téléphone intelligent au volant est-elle contraire à la loi, mais elle pourrait également entraîner la mort.

Pour en apprendre davantage sur les risques associés à la distraction au volant et pour obtenir des conseils sur la sécurité routière, visitez le site TELUS AVERTI. Vous pouvez aussi participer à la discussion et contribuer à promouvoir la conduite sécuritaire au moyen du mot-clic #PetiteGêne.

Enfin, trois « Haltes texto » seront mises en place ce lundi 1er décembre 2014 de 6h30 to 9h30 sur l'île de Montréal. Les automobilistes sont invités à s'y rendre, d'une part pour y envoyer des messages texte en toute sécurité, mais aussi pour rencontrer les intervenants de TELUS. L'une de ces haltes sera à Montréal 713 avenue du Mont-Royal Est.

À propos de TELUS

TELUS (TSX:T)(NYSE:TU) est la société de télécommunications connaissant la croissance la plus rapide au Canada, grâce à des produits d'exploitation annuels de 11,8 milliards de dollars et à plus de 13,5 millions de connexions clients, dont 8 millions d'abonnés à des services mobiles, 3,2 millions de lignes d'accès au réseau filaire, 1,45 million d'abonnés à des services Internet et 888 000 clients de TELUS TV. TELUS offre une gamme complète de produits et de services de communication, notamment des services mobiles, des services de transmission de données et de la voix, des services IP, des services de télévision, de vidéo et de divertissement en plus d'être le fournisseur informatique du domaine des soins de santé le plus important au Canada.

Fidèles à leur philosophie communautaire « Nous donnons où nous vivons », TELUS et les membres de son équipe, actuels et retraités, ont versé plus de 350 millions de dollars à des organismes caritatifs et sans but lucratif, et offert 5,4 millions d'heures de bénévolat au service des communautés locales depuis 2000. Créés en 2005 par Darren Entwistle, président-directeur du conseil d'administration, les onze comités d'investissement communautaire de TELUS, présents partout au pays, dirigent les activités de soutien de l'entreprise aux organismes de bienfaisance locaux et auront remis 47 millions de dollars à 3 700 organismes de bienfaisance locaux d'ici la fin de 2014, enrichissant la vie de plus de deux millions d'enfants et de jeunes au Canada. TELUS a reçu l'honneur d'être désignée comme l'entreprise philanthropique la plus remarquable au monde en 2010 par l'Association of Fundraising Professionals, devenant ainsi la première entreprise canadienne à recevoir cette prestigieuse marque de reconnaissance internationale.

Pour de plus amples renseignements sur TELUS, visitez le site telus.com.

Renseignements