BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier

17 juil. 2015 07h00 HE

Selon un sondage réalisé par BMO auprès de Néo-Canadiens, plus de la moitié des parents immigrants croient que leurs enfants se tireront mieux d'affaire au Canada

- Quatre-vingt-quinze pour cent des Néo-Canadiens estiment probable que leurs enfants feront des études postsecondaires

- Les deux tiers affichent plus d'optimisme à l'égard de l'économie canadienne qu'à celle de leur pays d'origine

- Soixante-cinq pour cent des immigrants jugent prioritaire de laisser le plus d'argent possible à leurs enfants, alors que moins du tiers a un testament

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 17 juillet 2015) - BMO Gestion de patrimoine a dévoilé aujourd'hui les résultats d'une étude de l'opinion qu'ont les Néo-Canadiens quant à l'avenir de leurs enfants au Canada, et de leurs approches à l'égard de la planification successorale.

Le sondage est le deuxième d'une série qui porte sur tout un éventail de questions financières associées aux Néo-Canadiens ayant immigré au Canada depuis moins de dix ans.

Selon le sondage, 58 pour cent des parents qui ont immigré au Canada estiment que leurs enfants s'en tireront mieux ici que s'ils étaient restés dans leur pays d'origine; 33 pour cent croient qu'ils s'en tireront beaucoup mieux. De plus, les Néo-Canadiens jugent probable que leurs enfants :

  • feront des études postsecondaires (95 pour cent);
  • auront un bon emploi (93 pour cent);
  • achèteront une maison (92 pour cent).

Les immigrants disent avoir ces attentes car ils pensent qu'au Canada leurs enfants auront accès à :

  • une meilleure éducation (72 pour cent);
  • un milieu de vie plus sûr (61 pour cent);
  • de meilleures possibilités d'emploi (55 pour cent);
  • de bons programmes gouvernementaux (52 pour cent).

Le sondage a en outre révélé que les deux tiers (63 pour cent) des Néo-Canadiens sont plus optimistes par rapport à l'économie canadienne qu'à celle de leur pays d'origine; seulement 13 pour cent sont d'avis contraire.

« Il est encourageant de constater que les immigrants qui viennent au Canada ont confiance en la réussite de leurs enfants et qu'ils estiment que les sacrifices qu'ils font en venant ici ne seront pas vains », s'est réjoui Jean Richard, vice-président et directeur de l'est du Canada, BMO Nesbitt Burns, une entité de BMO Gestion de patrimoine. « Tous les parents veulent le meilleur pour leurs enfants et les Néo-Canadiens ne font pas exception à la règle. Il s'avère donc essentiel d'élaborer un plan financier personnalisé comprenant des éléments comme l'épargne en vue de l'éducation d'un enfant ou de l'aide à la constitution de la mise de fonds d'une première maison ».

Quand on veut, on peut

Le sondage a par ailleurs interrogé les parents qui ont immigré au Canada pour savoir s'ils avaient parmi leurs priorités de laisser de l'argent à leurs enfants :

  • soixante-cinq pour cent jugent prioritaire de laisser le plus d'argent possible à leurs enfants;
  • vingt-neuf pour cent disent qu'ils aimeraient le faire, si cela était possible;
  • seulement quatre pour cent ne jugent pas cela prioritaire du tout.

La volonté des Néo-Canadiens de léguer leur épargne à leurs enfants ne se reflète cependant pas nécessairement dans leurs plans financiers, puisque quarante-deux pour cent des répondants ne disposent d'aucun document légal lié à leur planification successorale. Seulement 32 pour cent ont un testament et 29 pour cent détiennent une procuration.

« Notre étude démontre clairement que les Néo-Canadiens ont comme priorité de léguer de l'argent à leurs enfants », a poursuivi M. Richard. « Pour y arriver et atténuer les complications, ils doivent disposer d'un plan successoral bien conçu comprenant un testament et une procuration. Même si vous ne prévoyez laisser qu'une somme modeste à vos enfants, un testament s'avère essentiel pour vous assurer que vos volontés soient respectées en causant le moins de stress possible à vos êtres chers ».

Répartition régionale :

Région Estiment que leurs enfants se tireront mieux d'affaire au Canada (%) Estiment que leurs enfants feront des études postsecondaires au Canada (%) Principales raisons pour lesquelles les immigrants estiment que leurs enfants réussiront mieux au Canada Jugent prioritaire de laisser le plus d'argent possible à leurs enfants (%) Disposent d'un testament ou d'une procuration, respectivement (%)
National 58 95 Meilleure éducation 65 32/29
Québec 65 93 Meilleure éducation 74 21/21
Ontario 52 96 Meilleure éducation 61 27/34
Alberta 55 97 Meilleure éducation et milieu de vie plus sûr 72 44/20
C.-B. 61 100 Meilleure éducation et milieu de vie plus sûr 47 33/39

Ces résultats sont tirés d'un sondage effectué en ligne par la firme Pollara, du 4 au 19 février 2015, auprès d'un échantillon de 507 personnes ayant immigré au Canada au cours des dix dernières années. Un échantillon aléatoire de cette taille entraîne une marge d'erreur de plus ou moins 4,4 pour cent, 19 fois sur 20.

Pour plus de renseignements sur BMO Nesbitt Burns, visitez www.bmo.com/nesbittburns.

Pour des nouvelles récentes sur les services de gestion de patrimoine chez BMO, visitez www.linkedin.com/company/bmo-wealth-management-services-canada?trk=top_nav_home (en anglais).

Consultez les plus récents communiqués de BMO Groupe financier sur Twitter, en suivant le lien @BMOmedia.

À propos de BMO Groupe financier

Fondé en 1817 sous le nom de Banque de Montréal, BMO Groupe financier est un fournisseur de services financiers hautement diversifiés ayant son siège en Amérique du Nord. Disposant d'un actif total de 633 milliards de dollars et de plus de 47 000 employés au 30 avril 2015, BMO offre à plus de 12 millions de clients une vaste gamme de produits et de services dans les domaines des services bancaires de détail, de la gestion de patrimoine et des services de banque d'affaires, par l'intermédiaire de trois groupes d'exploitation : Services bancaires Particuliers et entreprises, Gestion de patrimoine et BMO Marchés des capitaux.

Renseignements