Alliance Canadienne de Kinésiologie

Alliance Canadienne de Kinésiologie

18 nov. 2015 07h00 HE

Semaine nationale de la kinésiologie : Selon un récent sondage, la moitié des canadiens ne respecte pas le niveau minimal d'activité physique recommandé

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 18 nov. 2015) - Bien que selon l'Organisation mondiale de la santé1 la sédentarité est le quatrième facteur de risque de mortalité au niveau mondial, juste après l'hypertension, le tabagisme et un taux élevé de glucose dans le sang, le message ne semble pas encore passer au sein de la population. En effet, selon un récent sondage Léger, 54 % des Canadiens rapportent ne pratiquer aucune forme d'activité physique ou en pratiquer 90 minutes ou moins par semaine. Dans le cadre de la Semaine nationale de la kinésiologie qui se déroule du 16 au 22 novembre, l'Alliance canadienne de kinésiologie veut rappeler à la population l'importance de bouger au moins 150 minutes d'activités modérées par semaine et surtout, d'être bien entouré afin de maximiser ses résultats lorsqu'on se remet à l'entraînement.

LES KINÉSIOLOGUES : DES PROFESSIONNELS QU'ON GAGNE À CONNAÎTRE

Selon le sondage, bien que le quart (25 %) des Canadiens ont déjà eu recours à un kinésiologue ou y ont recours présentement, plus du tiers de la population n'a jamais entendu parler de cette profession. Pourtant nombreux sont ceux et celles qui pourraient bénéficier de leurs précieux conseils. En effet, pour toutes sortes de raisons comme le manque de temps ou le manque de connaissance, force est de constater qu'il est difficile pour plusieurs d'intégrer l'activité physique sur une base régulière. Si, vue de l'extérieur, l'adoption de nouvelles habitudes de vie paraît évidente, seule une personne sur deux y parviendrait en réalité2. C'est pourquoi faire appel à un kinésiologue accrédité permet d'assurer un suivi professionnel et de garder un niveau de motivation élevé.

Partie intégrante de l'équipe médicale, le kinésiologue est aussi le mieux placer pour travailler en étroite collaboration avec ceux et celles qui sont aux prises avec des problèmes de santé comme le diabète, les douleurs lombaires ou des problèmes de tensions artérielles (plus de la moitié des répondants ont mentionné souffrir d'une condition médicale chronique). Ensemble, ils pourront déterminer quelle est la meilleure stratégie pour augmenter leur niveau d'activité physique et ainsi améliorer leur santé.

Pour ceux et celles qui aimeraient retirer des bénéfices supplémentaires sur le plan de la santé, il est même recommandé d'augmenter la durée de l'activité d'endurance d'intensité modérée de façon à atteindre 300 minutes par semaine, ou pratiquer 150 minutes par semaine d'activité d'intensité soutenue, ou une combinaison équivalente. Cette recommandation peut sembler difficile à suivre pour plusieurs et c'est pourquoi il est important de faire appel à un professionnel qui pourra les accompagner vers un style de vie plus actif adapté à leur réalité.

AUTRES DONNÉES DU SONDAGE

  • Les personnes actives sont moins nombreuses en proportion à souffrir d'une maladie chronique (44 % c. 60 %).
  • 62 % de la clientèle des kinésiologues mentionnent souffrir d'un problème de santé.
  • Les hommes sont plus nombreux que les femmes à être très actifs (34 % sont des actifs assidus comparativement à 23 % des femmes).
  • Les gens possédant un diplôme universitaire sont plus nombreux en proportion à faire de l'activité physique fréquemment, soit 4 à 7 fois par semaine (50 % versus 40 % pour les gens possédant un diplôme du secondaire ou moins).
  • Le fait d'avoir des enfants n'a pas d'influence sur la fréquence de l'activité physique.
  • C'est en Colombie-Britannique que les gens sont actifs le plus fréquemment (57 % pratiquent une forme d'activité physique de 4 à 7 fois par semaine) et c'est au Québec qu'ils sont les moins nombreux à pratiquer une forme d'activité physique 4 à 7 fois par semaine (39 %).

MÉTHODOLOGIE

Le sondage Web a été réalisé par Léger du 2 au 4 novembre 2015 auprès d'un échantillon représentatif de 1 555 Canadiens et Canadiennes adultes. Un échantillon aléatoire de la même taille produirait une marge d'erreur de ± 2,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

À PROPOS DE L'ALLIANCE CANADIENNE DE KINÉSIOLOGIE

L'ACK est un organisme sans but lucratif qui fait la promotion de l'avancement et la défense de la profession du kinésiologue au Canada. L'Alliance compte plus de 4 000 membres répartit à travers le pays. Les kinésiologues sont les spécialistes du mouvement du corps humain. Ils travaillent à différents niveaux comme la promotion de la santé, l'entraînement sportif, la réadaptation, la santé et la sécurité au travail, l'ergonomie, la gestion des handicaps, la recherche et la médecine sportive.

Site Web : www.ack.ca

Courriel : info@cka.ca

Twitter : @CdnKinesiology

Facebook : facebook.com/CanadianKinesiologyAlliance

1 OMS, Recommandations mondiales sur l'activité physique pour la santé, 2010.

2 Nino, G., Bénéfices psychologiques des activités physiques adaptées dans les maladies chroniques. Science & Sports, 2013. 28 : p. 1-10.

Renseignements

  • Pour planifier une entrevue ou pour plus d'information :
    Sophie Allard, ARP
    AH!COM
    514 499-3030, poste 771
    sa@ahcom.ca