La Fondation Hnatyshyn

La Fondation Hnatyshyn

01 déc. 2010 09h00 HE

Shary Boyle, artiste, et Scott Watson, commissaire, reçoivent les prix Hnatyshyn

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 1 déc. 2010) - Note aux rédacteurs : deux photos sont associées à ce communiqué.

Gerda Hnatyshyn, C.C. et présidente de la Fondation Hnatyshyn, dont elle préside également le conseil d'administration, a annoncé aujourd'hui les lauréats des Prix en arts visuels de la Fondation Hnatyshyn pour l'année 2010. Le prix de 25 000 $, en reconnaissance de l'œuvre remarquable d'un artiste canadien, est remis à Shary Boyle de Toronto, alors que le lauréat de la récompense de 15 000 $, soulignant l'excellence d'un commissariat en art contemporain, est Scott Watson, directeur-commissaire de la Morris and Helen Belkin Art Gallery de l'UBC, à Vancouver.

Les lauréats ont été sélectionnés par un jury d'experts en arts visuels provenant des quatre coins du pays :

  • Louise Déry, directrice-commissaire, Galerie de l'UQAM, Montréal

  • Ken Lum, artiste, Vancouver

  • Lisa Steele et Kim Tomczak, artistes, éducatrices et fondatrices de Vtape, Toronto 

  • Jon Tupper, directeur, Art Gallery of Greater Victoria

Shary Boyle

Née en 1972 et résidant à Toronto, Shary Boyle a achevé ses études à l'École d'art et de design de l'Ontario en 1994 et, depuis, elle a voyagé, résidé et offert des représentations partout au Canada, en Europe et aux É.-U. Elle pratique le dessin, la peinture, la sculpture et la prestation de représentations. Shary Boyle est reconnue pour ses explorations audacieuses et subversives de la figure. Hautement technique et profondément inventive, sa pratique multidisciplinaire s'inspire de l'histoire des figurines de porcelaine, des mythologies animistes et du portrait historique pour créer un langage symbolique qui lui est propre. De la sculpture à la projection, elle interprète ses observations personnelles sur la sexualité, les relations et la vulnérabilité de l'être humain au travers de lentilles sombrement féministes.

L'œuvre de Shary Boyle a fait l'objet de plusieurs expositions individuelles, y compris au Power Plant (Toronto, 2006) et au Southern Alberta Art Gallery (Lethbridge, 2008). En 2009, son œuvre a été exposée au Fumetto Festival, à Lucerne, en Suisse, et à l'exposition The Likely Fate of the Man that Swallowed the Ghost, organisée par le Centre Pompidou à la Conciergerie, à Paris. Flesh and Blood, une exposition itinérante nationale de son œuvre, organisée et préparée par Louise Déry de la Galerie de l'UQAM, sera présentée au Musée des beaux-arts de l'Ontario (jusqu'au 5 décembre 2010), puis à la Galerie de l'UQAM à Montréal (du 6 janvier au 12 février 2011) et, ensuite, à The Contemporary Art Gallery à Vancouver, de juin à août 2011. The Gardiner Museum à Toronto, le Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa et la Maison Rouge à Paris présentent l'œuvre de Shary Boyle dans le cadre de leurs programmes de 2010 et la présenteront dans ceux de 2011.

L'œuvre de Shary Boyle est collectionnée à l'échelle mondiale; en effet, des objets d'art de sa création se trouvent au Musée des beaux-arts du Canada, au Musée des beaux-arts de Montréal et au Paisley Museum en Écosse. Shary Boyle s'est vu remettre le Prix Gershon Iskowitz de 2009 au Musée des beaux-arts de l'Ontario, en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle aux arts visuels du Canada.

Dans sa recommandation de Shary Boyle pour le Prix en arts visuels de la Fondation Hnatyshyn, le jury a souligné l'ingénuité, le raffinement et l'extrême polyvalence de sa pratique artistique. « L'artiste torontoise s'adonne au dessin, à la peinture, à la sculpture, aux installations et aux performances audiovisuelles pour créer un langage fantaisiste où s'expriment divers états psychologiques et émotifs de l'être humain. Le regard singulier que porte Shary Boyle sur le monde génère des perspectives inattendues sur le présent et nous est livré sur un mode intuitif et singulier, poétique et féministe. Il dévoile de multiples considérations sur la vie, l'animalité, l'hérédité, la sexualité et la mort que l'artiste met à nu, exacerbe et transgresse dans une formidable variété d'échelles et de détails, au sein d'une exploration intense des liens complexes qui se tissent aujourd'hui entre les individus et les espèces. L'étrangeté, la grâce et l'attrait de ses œuvres, en particulier ses impressionnantes petites sculptures en porcelaines et ses performances de dessin vivant, ont contribué à l'éclosion du succès dont jouit l'artiste sur les scènes canadienne et internationale ».

Scott Watson

Le récipiendaire du Prix de la Fondation Hnatyshyn soulignant l'excellence d'un commissariat en art contemporain de 2010 est Scott Watson, directeur-commissaire de la Morris and Helen Belkin Art Gallery de l'UBC. Scott Watson occupe ce poste (1989- ) et celui de professeur au Department of Art History, Visual Art and Theory (2003- ). Il remplit les fonctions de directeur et de conseillé diplômé pour le programme des Critical Curatorial Studies, dont il a contribué au lancement en septembre 2002. Il a reçu récemment les prix de distinction suivants : l'Alvin Balkind Award for Creative Curatorship in British Columbia Arts (2008) et le Dorothy Somerset Award for Performance Development in the Visual and Performing Arts (2005) de l'UBC.

Le professeur Watson a publié un nombre considérable d'ouvrages touchant les domaines de l'art contemporain canadien et international. Sa monographie de 1990 sur Jack Shadbolt lui a mérité l'Hubert Evans Non-Fiction Prize (B.C. Book Prize) en 1991. Voici quelques-uns de ses derniers ouvrages : « Race, wilderness, territory and the origins of the Modern Canadian landscape » et « Disfigured Nature » (dans Beyond Wilderness, McGill University Press, Montréal, 2007); « Transmission difficulties: Vancouver painting in the 1960s » (dans Paint, Vancouver Art Gallery, Vancouver, 2006); et « The Lost City: Vancouver Painting in the 1950s » (dans A Modern Life: Art and Design in British Columbia 1945-1960, Arsenal Pulp Press, Vancouver, 2004). Voici des expositions récentes et à venir dont il a assuré ou assurera l'organisation et la préparation : Mark Boulos (2010); Jack Shadbolt: Underpinnings (2009); Exponential Future (2008); Intertidal: Vancouver art & artists (2005-2006) au Musée d'art contemporain d'Anvers; Stan Douglas : Inconsolable Memories (2005-2006); Rebecca Belmore: Fountain (2005) pour le Pavillon canadien à la Biennale de Venise; et Thrown: Influences and Intentions of West Coast Ceramics (2004), source d'inspiration de son projet de publication actuel sur le mouvement de poterie en atelier de la Colombie-Britannique. Actuellement, il mène également des recherches sur la poésie concrète en vue d'une publication et d'une exposition à venir.

Les recherches du professeur Watson ont pour objet l'art et les enjeux contemporains, la théorie et la critique de l'art, l'histoire de l'art au 20e siècle, et les études sur le commissariat et les expositions.

Dans sa recommandation de Scott Watson pour le Prix d'excellence d'un commissariat, le jury a fait l'éloge de sa compréhension profonde des artistes et de leur œuvre. « Depuis près de 40 ans, Scott Watson contribue de façon réfléchie et importante à notre compréhension de l'art contemporain. Ses ouvrages sur Jack Shadbolt, Roy Kiyooka, Stan Douglas et Rebecca Belmore ont enrichi notre connaissance de l'œuvre de ces artistes et du contexte dans lequel elle a été produite. Dans l'exercice de son commissariat, Scott Watson fait preuve d'un éventail d'intérêts impressionnant, qui va de l'art conceptuel à la céramique, et son approche se révèle critique et opportune. Sa curiosité infatigable et son dévouement érudit sont une source d'inspiration pour ses collègues au Canada et à l'étranger. Dans leur décision, les membres du jury ont souligné qu'en plus de son influence marquée à titre de commissaire, sa direction du programme des Critical Curatorial Studies de l'Université de la Colombie-Britannique contribue considérablement à la professionnalisation du commissariat au Canada. »

Les prix seront remis à Montréal, Québec, le 6 janvier 2011, dans le cadre d'une cérémonie, suivie d'une réception, qui aura lieu à la Galerie de l'Université du Québec à Montréal.

À propos de la Fondation Hnatyshyn

Mise sur pied par le regretté très honorable Ramon John Hnatyshyn, vingt-quatrième gouverneur général du Canada, la Fondation Hnatyshyn est un organisme de bienfaisance privé qui soutient les artistes émergents et établis de toutes les disciplines dans leurs études et leur formation, et qui fait la promotion auprès du public canadien de l'importance des arts dans notre société. Ses programmes sont financés par des dons du gouvernement, de fondations, d'entreprises et de particuliers. Le ministère du Patrimoine canadien a versé, en fonds d'appariement, 2,4 millions de dollars à la Fondation.

Des renseignements sur les Prix en arts visuels de la Fondation Hnatyshyn sont disponibles sur le site Web de la Fondation www.rjhf.com

Les photos associées à ce communiqué sont disponibles aux adresses suivantes :

http://www.marketwire.com/library/20101126-scott_watson-800.jpg

http://www.marketwire.com/library/20101126-Shary_Boyle-800.jpg

Renseignements

  • La Fondation Hnatyshyn
    Dawn Firestone
    Directrice exécutive
    613-233-0108
    director@rjhf.com