Fédération du travail de l'Ontario

Fédération du travail de l'Ontario

22 mai 2012 05h00 HE

Sid Ryan, de la FTO, demande au mouvement étudiant de l'Ontario de descendre dans la rue pour mettre un terme à des frais de scolarité atrocement élevés

Les cadres de la FTO se joindront à la manifestation de masse à Montréal

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 22 mai 2012) - Le président de la Fédération du travail de l'Ontario (FTO), Sid Ryan, demande aujourd'hui au mouvement étudiant de l'Ontario de suivre l'exemple des étudiantes et étudiants du Québec et de descendre dans la rue pour mettre un terme aux frais de scolarité atrocement élevés. Trois cadres de la FTO, dont la secrétaire-trésorière Nancy Hutchison et le vice-président principal Irwin Nanda, se joindront aujourd'hui à un ralliement de masse à Montréal pour manifester contre les frais de scolarité qui montent en flèche et contre les lois draconiennes qui ont pour but de supprimer les droits civils.

Le gouvernement Harper affecte des fonds fédéraux à des chasseurs F-35 et à des allégements fiscaux à l'intention de sociétés qui s'enrichissent grâce aux sables bitumineux, tandis que le gouvernement McGuinty de l'Ontario finance des casinos et une réduction des impôts frappant les sociétés, mais aucun de ces gouvernements n'a de fonds pour l'enseignement supérieur pour ainsi soutenir la prochaine génération de travailleuses et travailleurs, selon le président de la FTO, Sid Ryan. Il ne sera possible de faire changer les priorités des gouvernements que si les étudiantes et étudiants de l'Ontario suivent l'exemple de leurs homologues du Québec et descendent dans la rue afin qu'il soit impossible d'ignorer l'accessibilité de l'éducation, a-t-il ajouté.

Ryan a déclaré qu'en Ontario, les étudiantes et étudiants sont aux prises avec les frais de scolarité les plus élevés, la dette la plus lourde, le plus grand nombre d'étudiantes et d'étudiants par groupe et le pire taux de financement au Canada. Le modèle à frais peu élevés du Québec pour l'enseignement supérieur devrait fixer la norme pour le Canada, et non le contraire. Il a poursuivi en disant que le Canada accuse du retard par rapport à 20 pays de l'OCDE qui exigent des frais de scolarité peu élevés ou nuls pour l'enseignement supérieur, et l'Ontario a atteint un record canadien en matière de frais de scolarité les plus élevés. Le militantisme des étudiantes et étudiants du Québec défend un système accessible depuis plus de 30 ans et leur activisme a aussi établi la norme pour l'Ontario et ailleurs au Canada.

Quoi : Disponibilité des médias de Montréal
Où : Place des Festivals, Montréal, Québec (angle des rues Ste-Catherine et Jeanne-Mance)
Quand : 14 h, le 22 mai 2012
Qui : Président de la FTO, Sid Ryan, cadres et personnel de la FTO

Ryan a conclu en disant que le gouvernement Charest a introduit certaines des lois les plus draconiennes de l'histoire du Canada, qui entendent priver les étudiantes et étudiants de leurs libertés civiles fondamentales et passer sous silence un message populaire que le gouvernement se refuse à entendre. Il a poursuivi en disant qu'il apprendrait suffisamment tôt qu'une idée ne peut être supprimée. Les chefs de la FTO sont à Montréal aujourd'hui afin d'apporter le soutien de plus d'un million de travailleuses et travailleurs syndiqués en Ontario aux étudiantes et étudiants du Québec et de permettre la propagation de leurs idées.

La Fédération du travail de l'Ontario (FTO) représente 54 syndicats et un million de travailleuses et travailleurs en Ontario.

Renseignements