SOCIETE DES OBSTETRICIENS ET GYNECOLOGUES DU CANADA

SOCIETE DES OBSTETRICIENS ET GYNECOLOGUES DU CANADA

20 juin 2005 14h46 HE

SOGC : Les conséquences de soins prénatals inadéquats sur la mortalité néonatale se feront de plus en plus sentir au Canada

QUEBEC, QUEBEC--(CCNMatthews - 20 juin 2005) - Les Canadiennes et leurs enfants à naître seront de plus en plus à risque si le problème de main-d'oeuvre dans le domaine des soins primaires obstétricaux n'est pas abordé dans les plus brefs délais, ont prévenu des médecins dans le cadre de l'assemblée clinique annuelle de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC).

"Le Canada vit une crise sur le plan de la main-d'oeuvre en ce qui a trait à la prestation des soins primaires obstétricaux. Les naissances sont peut-être en baisse, mais les statistiques provinciales montrent que le nombre de médecins pratiquant l'obstétrique chute plus vite que le nombre de naissances. Par ailleurs, ceux qui continuent de pratiquer cette discipline effectuent de plus en plus d'accouchements, explique Dr André Lalonde, vice-président administratif de la SOGC. Ce qui est plus inquiétant encore, c'est qu'une importante proportion de ces médecins prévoient aller à la retraite d'ici les cinq prochaines années. Bon nombre d'entre eux ont déjà commencé à réduire leur pratique".

Le nombre de médecins de famille offrant des soins obstétricaux et pratiquant les accouchements est très réduit dans plusieurs régions du Canada. On constate également qu'il y a très peu de sages-femmes et que bon nombre de praticiens ont un champ d'activité restreint.

Une étude effectuée récemment par l'Université d'Ottawa et présentée lors de l'assemblée de la SOGC a conclu que l'offre inadéquate de soins prénatals devrait être considérée comme étant un facteur de risque en ce qui concerne la mortalité néonatale, surtout si la grossesse présente des complications comme l'anémie, le diabète, l'hypertension gravidique, une maladie du coeur ou une maladie rénale. "Le diabète est plus prévalent dans les communautés nordiques et autochtones, où l'accès aux soins est le plus limité", poursuit Dr Lalonde.

"Les spécialistes en obstétrique-gynécologie ont tendance à se retrouver dans les régions urbaines et à travailler au-delà de leurs capacités. Le problème de ressources humaines sur le plan de l'accouchement et de la prestation de soins primaires obstétricaux est particulièrement prononcé dans les régions rurales du Canada", avertit Dr Michael Helewa, président de la SOGC.

En mai 2004, Santé Canada a réagi à cette crise en finançant le Projet de soins primaires obstétricaux concertés, initiative que le président de la SOGC juge particulièrement importante. "Nous devons agir en mettant en oeuvre des modèles de soins obstétricaux concertés et en incitant davantage de praticiens des soins de santé à commencer à fournir des services obstétricaux ou à continuer de le faire".

"L'objectif déterminant de ce projet consiste à réduire les obstacles et à faciliter la mise en oeuvre d'une stratégie nationale de soins primaires obstétricaux concertés, en vue d'améliorer la disponibilité et la qualité des services obstétricaux offerts aux Canadiennes", conclut Dr Helewa.

"Les gouvernements provinciaux doivent faire preuve de souplesse et permettre aux fournisseurs de soins obstétricaux de collaborer. Chaque communauté doit disposer de la souplesse nécessaire pour former des équipes de soins en mesure de répondre aux besoins des patientes", affirme Mme Michelle Kryzanauskas, sage-femme autorisée et membre du Conseil de la SOGC.

"Dans le contexte de la collaboration, toutes les éventualités sont prévues", ajoute Mme Jennifer Medves, infirmière autorisée participant au programme.

Au sujet de la SOGC :

Fondée en 1944, la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada représente plus de 2 700 membres professionnels, dont des gynécologues, des obstétriciens, des médecins de famille, des infirmières, des sages-femmes, ainsi que des professionnels du domaine paramédical. A titre d'une des principales autorités dans le domaine des soins de santé génésique, la SOGC produit des directives nationales liées à l'éducation publique et médicale sur d'importants sujets en matière de santé des femmes. La mission de la Société est de promouvoir la santé optimale des femmes par le leadership, la collaboration, l'éducation, la recherche et la défense des droits dans la pratique de l'obstétrique et de la gynécologie. www.sogc.org

www.sogc.org

Renseignements

  • SOGC
    Kelly Nolan
    Directrice, Communications et éducation publique
    1 800 561-2416 ou (613) 730-4192, poste 330
    (613) 730-4314 (FAX)
    (613) 323-1187 (cell.)
    knolan@sogc.com