Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

19 oct. 2005 10h23 HE

Solidaire des grévistes de Lakeside Packers

Attention: Affectateur, Rédacteur financier , Directeur général et de l'information, Rédacteur à l'international, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA--(CCNMatthews - 19 oct. 2005) - Le Congrès du travail du Canada demande au gouvernement et au premier ministre de l'Alberta, Ralph Klein, d'intervenir pour assurer la dignité et le droit à la santé et à la sécurité des travailleurs et travailleuses de Lakeside Packers, à Brooks en Alberta.

« Il est difficile de croire, mais vrai, que dans la province considérée la plus riche au Canada, en 2005, des travailleuses et des travailleurs soient obligés de faire la grève pour avoir droit à une pause-toilettes ou pour garantir l'application des règles de base en santé et sécurité », affirme Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

Georgetti demande au gouvernement et au premier ministre de l'Alberta d'adopter une loi sur l'arbitrage d'une première convention collective dans les cas où l'employeur persiste à violer les droits démocratiques des travailleurs et des travailleuses, y compris le droit de former un syndicat, et continue de nuire aux négociations menant à une première convention collective. Pour ces raisons, Georgetti presse l'Alberta d'adopter une loi anti-briseurs de grève.

« En l'absence d'une loi anti-briseurs de grève, certains employeurs se soustraient à leur obligation de négocier de bonne foi, sans tenir compte des conséquences sur les travailleurs, les travailleuses et la communauté », souligne Georgetti. « Des lois en ce sens sont en vigueur depuis plus de dix ans en Colombie-Britannique et depuis presque 30 ans au Québec. Dans ces deux provinces, les piquets de grève ne provoquent ni la division, ni l'amertume, ni la violence que nous avons vues à Brooks. »

« Par ailleurs, puisque le personnel de Lakeside Packers se compose en grande partie d'immigrants et de nouveaux Canadiens, le gouvernement de l'Alberta a l'obligation d'assurer le respect du droit à l'égalité prévu dans la Constitution et des droits garantis par la législation de l'Alberta. Toute allégation du contraire que le gouvernement de l'Alberta laisse sans réponse porte atteinte à l'ensemble du Canada », ajoute Georgetti.

« Je demande à tous les travailleurs et travailleuses de Brooks en Alberta de demeurer forts et solidaires. Tous les jours, dans le monde entier, les travailleurs et les travailleuses luttent pour défendre leurs droits et améliorer leur qualité de vie. La solidarité sur les piquets de grève, dans la communauté et ailleurs est la clé du succès de ces luttes », conclut Georgetti.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente plus de trois millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 137 conseils du travail régionaux. Site web : www.congresdutravail.ca IN: ÉCONOMIE, FINANCE, TRAVAIL, POLITIQUE, SOCIAL

Renseignements

  • Jeff Atkinson, Service des Communications, Congrès du travail du Canada
    Numéro de téléphone: 613-526-7425
    Numéro de téléphone secondaire: 613-863-1413
    Courriel: communications@clc-ctc.ca