Gouverneur général du Canada

Gouverneur général du Canada

01 juil. 2008 15h06 HE

Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean : Discours à l'occasion de la célébration de la fête du Canada

SOUS EMBARGO JUSQU'A CE QUE LE DISCOURS SOIT PRONONCE, SOUS RESERVE DE MODIFICATIONS

COLLINE DU PARLEMENT, OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 1 juillet 2008) -

Quelle joie d'être parmi vous en ce jour où tous les Canadiens et les Canadiennes ont le coeur à la fête.

Depuis 2005, j'ai traversé le pays d'est en ouest et du nord au sud.

Et chaque fois, je l'ai trouvé bouleversant.

Bouleversant dans son territoire d'une immensité telle qu'on a peine à l'embrasser.

Bouleversant dans sa pluralité, dans sa diversité de langues, de cultures, de façons de faire, de dire, de voir et de penser le monde.

Bouleversant dans la capacité d'entraide et de partage de ses citoyennes et de ses citoyens.

Bouleversant aussi dans ses dissemblances comme dans ses ressemblances.

On va du connu à l'inconnu, à l'infini.

Et ce que je découvre sur la route, c'est que la grandeur de ce pays s'incarne en chacune et en chacun de vous.

En chacun des gestes que vous posez au quotidien pour le rendre meilleur.

Nous sommes les maillons d'une grande chaîne humaine.

Et ensemble, nous tissons la trame de notre histoire.

Deux anniversaires importants nous le rappellent avec force cette année.

Nous célébrons le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec et, par la même occasion, quatre cents ans de présence francophone en Amérique.

Quatre cents ans de courage, d'entêtement et d'audace.

Nous célébrons aussi le 250e anniversaire de la démocratie parlementaire.

En 1758, dans la province de la Nouvelle-Ecosse, se tenait la première assemblée parlementaire au Canada.

Quelle est la portée de cet événement, 250 ans plus tard?

Je dirais inestimable.

Car si nous pouvons, aujourd'hui, poursuivre nos rêves et nos aspirations, c'est grâce à ces hommes et à ces femmes, jeunes et moins jeunes, qui ont lutté pour instaurer la démocratie.

Et la commandante en chef que je suis tiens à dire que c'est au nom de cet idéal de démocratie que des milliers de militaires laissent tout derrière eux, famille et amis, pour aller rétablir la paix et la stabilité dans des pays affligés par des années de violence et de répression.

La démocratie est un idéal auquel il faut tendre et qui fait appel à toute notre vigilance.

Elle est aussi affaire de courage.

Le courage qu'il faut pour aborder les chapitres les plus sombres, pour ne pas dire les plus douloureux, de notre histoire.

Le 11 juin dernier, devant des millions de Canadiennes et de Canadiens, des paroles de contrition et de profond regret ont résonné ici même, dans l'enceinte du Parlement du Canada.

Ce jour-là, tous ensemble - Inuits, Métis, membres des Premières nations et non-Autochtones -, nous avons fait le vou de combler les fossés que des années d'injustice ont creusés.

Il était plus que temps d'abattre le mur de l'indifférence et de rétablir la vérité historique pour que nous puissions ensuite, par des gestes conséquents, faire place à l'ouverture et à la réconciliation.

Ce pays qui est le nôtre est fait de tous les espoirs que nous portons, de tous les rêves que nous partageons, de tous les projets que nous réalisons.

Ce pays, riche de ces grands espaces et de ces terres généreuses dont les peuples autochtones nous ont communiqué le génie, est un "hymne à la beauté du monde".

Cette chanson, je l'ai choisie pour thème de ma cérémonie d'installation et je suis heureuse de vous l'offrir, en ce jour de la fête du Canada et en cette année du 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec, par la voix majestueuse de notre Diane Dufresne, accompagnée des jeunes voix de la chorale des Deux-Rives.

Bonne fête Canada!

Renseignements

  • Bureau de presse de Rideau Hall
    613-998-7280