Gouverneur général du Canada

Gouverneur général du Canada

12 juin 2007 13h57 HE

Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean : Discours à l'occasion d'une visite de la communauté du lac Wunnumin, Ontario, le mardi 12 juin 2007

LAC WUNNUMIN, ONTARIO--(Marketwire - 12 juin 2007) -

SOUS RESERVE DE MODIFICATIONS

Si vous saviez combien je suis heureuse d'être parmi vous aujourd'hui. C'est pour moi un grand privilège de faire votre connaissance.

Je vous remercie de votre accueil chaleureux et je félicite tout particulièrement les jeunes qui m'ont raconté une des légendes fabuleuses de votre communauté.

Je suis née dans un pays, Haïti, où les légendes sont nombreuses et je sais ce qu'elles représentent pour celles et ceux qui les perpétuent.

Ces légendes constituent une des grandes richesses du Canada. Parce qu'elles sont les toutes premières expressions de notre imaginaire collectif.

Je veux que vous les gardiez précieusement et j'aimerais que chaque Canadienne et que chaque Canadien aient accès à leur sagesse et à leur beauté.

Soyez assurés, chers amis, que partout où j'irai, tant au pays qu'ailleurs dans le monde, je leur parlerai de cette légende que vous m'avez racontée.

Je leur parlerai des jeunes d'ici qui ont à coeur de contribuer à l'essor de leur culture et de leur communauté.

Des jeunes qui veulent se tourner vers l'avenir avec confiance et qui veulent acquérir les moyens de prendre leur destin en main avec fierté.

Les efforts que vous déployez pour maintenir les traditions, les expériences et les langues autochtones sont un enrichissement pour l'ensemble de la population du Canada et un signe d'espoir pour celles et ceux qui, comme vous, travaillent fort pour préserver leur culture dans le monde entier.

Chaque fois qu'une langue disparaît, la perte est immense, pas seulement pour nous, mais pour l'humanité.

Je veux que vous sachiez que votre responsabilité est immense et cruciale. Car il s'agit bien d'une responsabilité.

Votre responsabilité est de garder vivante cette lueur d'espoir pour tant d'autres qui ont parfois l'impression de sombrer dans la nuit.

Je suis la maman d'une petite fille âgée de huit ans, et je tiens à ce qu'elle et tous les enfants de ce pays et du monde soient en mesure de s'épanouir.

C'est pourquoi j'ai fait des jeunes ma plus grande priorité.

Je crois sincèrement que l'avenir de votre communauté, de notre pays, et de la Terre repose entre vos mains, et qu'il faut bien vous préparer à prendre la relève.

Vos idées, vos rêves, vos préoccupations m'intéressent au plus haut point.

Réfléchissons à ce que les communautés du Nord ont le plus besoin. Et n'hésitez pas à rêver grand.

Que faut-il? Des médecins? Des infirmières? Des professeurs? Des ingénieurs? Des architectes? Des poètes? Des mécaniciens? Des plombiers? Des menuisiers? Des forestiers? Des avocats?

Ca pourrait être toi, ou toi, ou toi. Ca doit être toi.

Et ça doit commencer ici.

Avoir une école, c'est extraordinaire.

L'éducation que vous recevez ici, dans votre école, est une richesse inestimable et le meilleur moyen d'y arriver.

Souvenez-vous que plusieurs jeunes en ce monde en sont privés.

J'aime à répéter cette parole de ma grand-mère selon laquelle l'éducation est la clé de la liberté. Ma grand-mère, je le sais aujourd'hui, avait raison.

C'est à l'école que l'on acquiert des connaissances, que l'on noue des amitiés qui durent parfois toute une vie, que l'on apprend comment améliorer son sort et celui de sa communauté, que l'on s'ouvre à de nouvelles idées, que l'on invente l'avenir.

Si je suis ici aujourd'hui, c'est aussi pour vous demander votre aide. Oui, votre aide.

J'ai besoin de votre aide pour qu'ensemble nous fassions reculer les préjugés qui naissent de l'incompréhension.

Je veux que vous montriez au Canada et au monde de quoi vous êtes capables.

Et, surtout, je veux que vous soyez des exemples pour tous les jeunes qui ont besoin d'espoir et qui ne demandent qu'à croire que tout est possible lorsqu'on y met du sien.

J'espère pouvoir compter sur vous.

Sachez en retour que vous pouvez compter sur moi pour vous appuyer dans vos démarches.

Et je vous ai apporté un cadeau.

Des livres, parce que, comme le lieutenant gouverneur Bartleman vous l'a sans doute dit, les livres sont des objets où nous remisons le savoir.

Je vous ai apporté autre chose.

Ronds comme le soleil et la lune, des ballons de soccer et de football, et des frisbees pour que vous n'oubliez jamais d'aller toujours plus loin.

Renseignements

  • Bureau de presse de Rideau Hall
    Isabelle Serrurier
    613-998-7280
    www.gg.ca