BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier
BMO Banque privee Harris

BMO Banque privee Harris

14 nov. 2013 06h00 HE

Sondage de BMO Banque privée Harris sur la Journée de la philanthropie : les Canadiens bien nantis légueront quatre pour cent de leur succession à des oeuvres de bienfaisance

- Les trois quarts des Canadiens à valeur nette élevée donnent autant ou plus qu'avant la récession de 2008

- Ils verseront en moyenne 5 217 $ à des causes caritatives cette année

- La santé, l'aide aux enfants et d'autres projets communautaires sont les causes les plus soutenues

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 14 nov. 2013) - Afin de souligner la Journée nationale de la philanthropie, le 15 novembre, BMO Banque privée Harris a publié les résultats d'un sondage qui révèle que les Canadiens à valeur nette élevée (Canadiens disposant d'un actif d'un million de dollars ou plus à investir) envisagent de léguer quatre pour cent de leur succession à des œuvres de bienfaisance dans leur testament. L'étude est la troisième d'une série de sondages que BMO Banque privée Harris a effectués auprès des biens nantis canadiens.

Le sondage a en outre mis en lumière les réalités suivantes :

  • presque les trois quarts des Canadiens nantis sont revenus à leur niveau de soutien des organismes caritatifs d'avant la récession, 48 pour cent des répondants avouent donner le même montant qu'à l'aube de la récession et 36 pour cent disent donner davantage;
  • la presque totalité (93 pour cent) des Canadiens fortunés s'attend à faire un don de bienfaisance cette année;
  • cette année, les Canadiens à valeur nette élevée prévoient verser 5 217 $ en moyenne aux causes caritatives.

« Nos études précédentes ont démontré que les Canadiens fortunés se sont bien remis de la récession de 2008 et il est très encourageant de constater que cela se reflète dans le soutien qu'ils accordent aux collectivités », s'est réjoui Marvi Ricker, vice-présidente et directrice générale, Services conseils en philanthropie, BMO Banque privée Harris. « Non seulement donnent-ils davantage, mais le fait qu'un si grand nombre d'entre eux envisagent de léguer une part de leur succession à des causes caritatives augure bien pour l'avenir ».

Principaux secteurs qui bénéficient du soutien caritatif des Canadiens fortunés

Lorsqu'on leur demande quelles causes ils appuient activement, les Canadiens à l'aise financièrement citent celles-ci :

  • programmes de santé et recherche sur les maladies (72 pour cent);
  • organismes caritatifs voués à l'enfance (38 pour cent);
  • programmes communautaires locaux (36 pour cent);
  • institutions religieuses (33 pour cent);
  • protection des animaux (24 pour cent);
  • éducation (18 pour cent);
  • arts (16 pour cent) ;
  • causes politiques/environnement/aide internationale (à égalité à 13 pour cent).

L'étude a par ailleurs illustré le fait que les femmes canadiennes fortunées sont plus enclines que les hommes nantis à donner à des programmes de santé et à la recherche sur les maladies (79 pour cent contre 69 pour cent), et à des organismes de protection des animaux (30 contre 21 pour cent). Par contre, les hommes sont plus susceptibles de donner à des institutions religieuses (37 pour cent comparativement à 23 pour cent).

« Lorsqu'ils réfléchissent aux façons d'aider les organismes caritatifs, les Canadiens devraient envisager de faire équipe avec un professionnel financier afin de développer avec lui une stratégie philanthropique intégrée à leur plan financier global », suggère Mme Ricker. « Une telle stratégie pourrait les aider à maximiser l'incidence de leur engagement financier, à faire en sorte qu'ils puissent continuer à puiser dans leurs ressources financières pour contribuer à créer un monde meilleur et à laisser un héritage à leurs enfants et petits-enfants ».

Le sondage en ligne a été effectué par la firme Pollara du 28 mars au 11 avril 2013, auprès d'un échantillon de 305 Canadiens et de 482 Américains disposant d'un minimum d'un million de dollars d'actifs à investir. Un échantillon aléatoire de cette taille entraîne une marge d'erreur de plus ou moins 5,6 pour cent, 19 fois sur 20, dans le cas des résultats au Canada, et de plus ou moins 4,5 pour cent, 19 fois sur 20, dans le cas des États-Unis.

À propos de BMO Banque privée Harris

S'appuyant sur la stabilité et les ressources de BMO Groupe financier, les professionnels de BMO Banque privée Harris ont à cœur de favoriser une saine gestion du patrimoine. Ils offrent pour cela des conseils d'experts et des services hautement personnalisés dans les secteurs des services bancaires, de la gestion de placement, de la planification successorale et des services fiduciaires, de la planification de la relève, et des services philanthropiques, le tout selon une approche coordonnée. Leurs services sont offerts dans une multitude de langues par 35 bureaux à l'échelle du Canada, dont Halifax, Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver.

Pour de plus amples renseignements au sujet de BMO Banque privée Harris, consultez notre site Internet, à l'adresse suivante : www.bmo.com/banquepriveeharris.

Renseignements