Société canadienne de la sclérose en plaques

Société canadienne de la sclérose en plaques
Institut et hôpital neurologiques de Montréal (le Neuro)

Institut et hôpital neurologiques de Montréal (le Neuro)
Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM)

Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM)
Faculté de médecine de l'Université de Toronto

Faculté de médecine de l'Université de Toronto

18 févr. 2014 07h12 HE

SP progressive : une étude sur les lymphocytes B pourrait ouvrir la voie à des options thérapeutiques

Financement d'une étude sur le potentiel thérapeutique des lymphocytes B à hauteur de 3,6 millions de dollars par la Société canadienne de la SP et la Fondation scientifique sur la SP

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - 18 fév. 2014) - La Société canadienne de la sclérose en plaques et la Fondation pour la recherche scientifique sur la sclérose en plaques ont annoncé l'octroi d'une subvention de 3,6 millions de dollars destinée à financer des travaux de recherche portant sur le rôle des lymphocytes B, type de globules blancs du système immunitaire, dans le déclenchement et la progression de la sclérose en plaques. En collaboration avec l'Université McGill, l'Université de Montréal et l'Université de Toronto, des spécialistes internationaux de la SP, soit les Drs Amit Bar-Or, Alexandre Prat et Jennifer Gommerman, recourront à une méthode interdisciplinaire unique pour définir le rôle des lymphocytes B dans le contexte de la SP.

Jusqu'à maintenant, le milieu scientifique a cru que la SP était attribuable aux lymphocytes T, autre type de globules blancs. La recherche a en effet montré que ces cellules s'attaquent par erreur à la myéline, gaine protectrice des fibres nerveuses du système nerveux central, l'exposant ainsi à un risque de détérioration. Cette observation a mené à la mise au point de traitements capables d'atténuer ou de contrer les effets des lymphocytes T destructeurs.

Cela dit, des études récentes ont révélé un fait étonnant : les traitements qui ciblent les lymphocytes B ont généré une amélioration spectaculaire chez les personnes atteintes de SP. Qui plus est, on a constaté la présence de lymphocytes B dans des zones cérébrales associées à la forme progressive et invalidante de la SP, pour laquelle il n'existe encore aucun traitement. Ces travaux ont incité les chercheurs à croire que les lymphocytes B, qui n'avaient pas suscité beaucoup d'intérêt jusqu'ici, jouent un rôle important dans le contexte de la SP.

« À la lumière de résultats encourageants d'essais cliniques ayant montré une diminution du nombre de lymphocytes B chez les personnes atteintes de la forme cyclique (poussées-rémissions) de SP, la question n'est plus de savoir si les lymphocytes B jouent un rôle important dans le contexte de la SP, mais bien quel rôle elles jouent », précise le Dr Amit Bar-Or, chercheur clinicien de l'Institut et hôpital neurologiques de Montréal, affilié à l'Université McGill, et l'un des chercheurs principaux dans l'étude. « Des membres de notre équipe ont récemment découvert qu'il existe de nombreux types de lymphocytes B humains. Certains favorisent l'inflammation, alors que d'autres peuvent la freiner. L'étude coopérative que nous mènerons permettra de répondre à d'importantes questions émergentes sur la SP et de mieux traiter cette maladie, en particulier sa forme progressive », souligne le chercheur.

« Cette subvention nous donnera une occasion unique de mettre en commun les ressources et l'expertise scientifiques de trois grands centres de recherche du Canada, au profit de l'étude du rôle des lymphocytes B dans le déclenchement de la SP », dit le Dr Alexandre Prat, neurologue et chercheur œuvrant au Centre hospitalier de l'Université de Montréal et professeur à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal. « Ce projet s'avère très enthousiasmant pour nous et pour toute la communauté de la SP », ajoute-t-il.

Les Drs Bar-Or, Prat et Gommerman collaboreront donc à la collecte de données fondamentales sur le rôle des lymphocytes B dans l'évolution de la sclérose en plaques. Cette information leur fournira des indices quant à la cause de la SP et leur permettra d'évaluer le potentiel de traitements ciblant les lymphocytes B pour les personnes atteintes de SP, toutes formes confondues.

« Notre équipe étant formée de chercheurs issus de divers centres, elle dispose d'un large éventail d'expertise, allant d'une vaste expérience clinique à un savoir étendu en immunologie. Grâce à nos travaux, nous atteindrons notre but : approfondir nos connaissances sur le rôle des lymphocytes B dans le contexte de la SP, de sorte qu'un jour, nous puissions mettre au point des traitements contre la forme progressive de cette maladie », dit la Dre Jennifer Gommerman, chercheuse et professeure agrégée de médecine à l'Université de Toronto.

« Sachant que le Canada affiche le plus fort taux de SP du monde, les chercheurs canadiens s'intéressent vivement à l'exploration de nouvelles voies de recherche sur la cause de cette maladie et à l'amélioration des traitements offerts aux Canadiens aux prises avec la SP », explique la Dre Karen Lee, vice-présidente des programmes de recherche de la Société canadienne de la SP. « Nous sommes ravis de voir cette équipe de chercheurs mener une étude qui permettra non seulement de défricher de nouveaux territoires dans le domaine de la SP, mais aussi d'approfondir les connaissances sur cette maladie complexe. Il est possible, croyons-nous, d'éradiquer la SP, et cette étude sur les lymphocytes B nous fera avancer dans la recherche de réponses à nos questions, en plus de nous rapprocher de notre but ultime : stopper la SP », conclut-elle.

« Je crois que la découverte de la cause et du remède de la SP repose sur une réflexion et des idées novatrices ainsi que sur la collaboration », affirme Andrea Butcher-Milne, atteinte de SP depuis 1997. « Le fait de savoir que les chercheurs de notre pays travaillent d'arrache-pied pour améliorer l'avenir des personnes atteintes de SP me rassure. »

Cette étude a été sélectionnée par les Instituts de recherche en santé du Canada en vue d'une présentation au « Café scientifique » qui sera tenu le 18 février, à Toronto. Les Cafés scientifiques permettent au grand public d'interagir avec des chercheurs invités à exposer les résultats de leurs travaux. Pour en apprendre davantage sur le sujet, rendez-vous sur le site Web de Café Scientifique.

À propos de la sclérose en plaques et de la Société canadienne de la SP

Le Canada affiche le plus fort taux de sclérose en plaques du monde. La sclérose en plaques (SP) est une maladie souvent invalidante du système nerveux central, qui comprend le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques. C'est l'affection neurologique la plus répandue parmi les jeunes adultes du Canada. Elle se manifeste le plus souvent chez des personnes de 15 à 40 ans, qui en subiront les effets imprévisibles toute leur vie. La Société de la SP offre des services aux personnes atteintes de SP et à leur famille et subventionne la recherche dont l'objectif est de trouver la cause et le remède de cette maladie. Pour faire un don ou en apprendre davantage, rendez-vous à scleroseenplaques.ca ou composez le 1 800 268-7582.

À propos de la Fondation pour la recherche scientifique sur la sclérose en plaques

La Fondation pour la recherche scientifique sur la SP finance de vastes études coopératives multicentriques et innovatrices qui favoriseront des avancées majeures dans le domaine de la sclérose en plaques. Ressource canadienne unique, la Fondation tire la majeure partie de ses fonds de la Société canadienne de la SP.

Le Neuro

L'Institut et hôpital neurologiques de Montréal - le Neuro - est un centre médical universitaire unique qui se consacre aux neurosciences. Fondé en 1934 par l'éminent Dr Wilder Penfield, le Neuro est reconnu dans le monde entier pour sa façon d'intégrer la recherche, des soins aux patients prodigués avec compassion et une formation avancée, éléments essentiels aux progrès de la science et de la médecine. Le Neuro est un institut de recherche et d'enseignement de l'Université McGill qui forme l'assise de la mission en neurosciences du Centre universitaire de santé McGill. Les chercheurs du Neuro sont des chefs de file mondiaux en neurosciences cellulaires et moléculaires, en imagerie cérébrale, en neurosciences cognitives, ainsi que dans l'étude et le traitement de l'épilepsie, de la sclérose en plaques et des troubles neuromusculaires. Pour en apprendre davantage, rendez-vous à leneuro.com.

À propos du Centre hospitalier de l'Université de Montréal

Le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) offre d'abord et avant tout des soins spécialisés et ultraspécialisés dans toutes les disciplines médicales à une clientèle régionale et suprarégionale. Il s'agit du principal centre de développement de la recherche et de transmission des connaissances, grâce à ses activités intégrées dans les domaines des services et des soins de santé, de l'enseignement, de la recherche, de l'évaluation des technologies et des modes d'intervention en santé, de la qualité des informations transmises, de la promotion de la santé et de l'expérience vécue par les patients. À compter de 2016, le CHUM offrira un environnement amélioré dans ses nouvelles installations, qui seront situées au centre-ville de Montréal. Le CHUM est un membre actif du Réseau universitaire intégré de santé (RUIS) de l'Université de Montréal. chumontreal.qc.ca

À propos de la Faculté de médecine de l'Université de Toronto

La Faculté de médecine de l'Université de Toronto est au cœur des grands réseaux internationaux de recherche biomédicale, d'enseignement et de soins cliniques. Forte de ses neuf hôpitaux et instituts de recherche affiliés et de ses 18 hôpitaux communautaires et cliniques de soins affiliés, elle s'avère un centre de recherche exceptionnel offrant des possibilités uniques aux 6 800 membres de son corps professoral et à ses plus de 8 000 étudiants de tous les niveaux. Près de la moitié des médecins de l'Ontario et le quart de tous les titulaires de doctorat en sciences de la santé et en sciences biomédicales du Canada ont reçu leur formation à la Faculté de médecine de l'Université de Toronto, qui figure parmi les meilleures du monde.

Renseignements