Stornoway Diamond Corporation
TSX : SWY

Stornoway Diamond Corporation

12 juin 2012 08h00 HE

Stornoway annonce une estimation des ressources minérales initiale de 26,1 millions de carats pour le projet Qilalugaq, au Nunavut

MONTRÉAL, QUEBEC--(Marketwire - 12 juin 2012) - Stornoway Diamond Corporation (TSX:SWY) est heureuse d'annoncer le dépôt sur sedar d'un rapport technique conforme au règlement 43-101 constituant la première estimation des ressources minérales de la cheminée kimberlitique q1-4 située au projet diamantifère qilalugaq détenu en propriété exclusive par stornoway, situé au nunavut, au canada. Le projet diamantifère qilalugaq comprend les cheminées kimberlitiques qilalugaq et le système de dykes de kimberlite naujaat et est au centre des travaux d'exploration et d'évaluation continus de stornoway depuis qu'il a fait l'objet d'une convention d'option puis d'une acquisition auprès de bhpb billiton diamonds inc. (« bhpb ») en juillet 2006 et en juillet 2010, respectivement.

Les faits saillants du rapport technique conforme au règlement 43-101 comprennent :

  • des ressources minérales présumées totales pour la cheminée kimberlitique Q1-4 de 26,1 millions de carats à partir d'un total de 48,8 millions de tonnes de kimberlite avec une teneur totale moyenne en diamant +1 DTC de 53,6 carats par centaine de tonnes (ct/100t), s'étendant de la surface jusqu'à une profondeur de 205 m

  • des ressources supplémentaires identifiées sous la forme d'une cible qui doit faire l'objet d'une exploration plus poussée pour la cheminée kimberlitique Q1-4 de 7,9 à 9,3 millions de carats à partir d'un total de 14,1 à 16,6 millions de tonnes de kimberlite avec une teneur totale moyenne en diamant +1 DTC de 56,1 ct/100t, s'étendant d'une profondeur de 205 m à 305 m.

Le lecteur doit savoir que les ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n'ont pas de viabilité économique établie. De plus, le tonnage et la teneur potentiels d'une cible qui doit faire l'objet d'une exploration plus poussée sont hypothétiques, l'exploration a été insuffisante pour définir une ressource minérale, et rien ne garantit qu'une exploration plus poussée permettrait de convertir cette cible en ressources minérales.

Matt Manson, président et chef de la direction, a affirmé : « Alors que nous nous concentrons sur le financement et la mise en valeur du projet diamantifère Renard au Québec, nous continuons de soutenir nos projets en cours, qui représentent le potentiel de croissance future de la société. Le projet Qilalugaq, ainsi que le projet Aviat sur la presqu'île Melville du Nunavut, constitue l'un de nos projets d'exploration avancée pour lesquels les travaux antérieurs ont indiqué un grand inventaire potentiel de diamants, mais pour lesquels nous ne disposons que de données limitées pour de l'évaluation des diamants. Le complexe kimberlitique Q1-4 à Qilalugaq est vaste, facilement accessible à partir de la communauté de Repulse Bay, et exposé à la surface. Nous sommes ravis d'annoncer une première estimation des ressources minérales d'une telle taille pour un projet qui, conjugué aux perspectives positives à long terme pour les prix mondiaux du diamant, devient de plus en plus attrayant. »

Estimation des ressources minérales de Qilalugaq

Le projet Qilalugaq comprend 114 961 hectares de terres situées sur le cap Rae Isthmus, qui relie la presqu'île Melville à la partie continentale du Nunavut. BHPB a découvert huit kimberlites à Qilalugaq de 2003 à 2005. Stornoway a conclu une convention d'option à l'égard de la propriété en juillet 2006, et a découvert huit kimberlites supplémentaires de 2006 à 2010. Toutes les kimberlites sont diamantifères et se situent dans un corridor de 26 x 3 km d'une structure favorable. En juillet 2010, Stornoway a porté sa propriété de Qilalugaq à 100 % en fournissant à BHPB une redevance de 3 % sur le projet.

La kimberlite Q1-4 de 12,5 hectares, la plus grande cheminée kimberlitique dans l'est de l'Arctique canadien, se situe à environ 8 km des eaux de marées, et à moins de 9 km de la communauté de Repulse Bay. La kimberlite Q1-4 est interprétée comme étant une kimberlite complexe de la zone de racine jusqu'au diatrème, aux parois abruptes et d'une forme externe arquée. Elle se compose de cinq phases de kimberlite : A28a, A48a, A48b, A61a et A88a, et a été géologiquement modélisée jusqu'à une profondeur de 305 m sous la surface (voir l'image ici : http://tinyurl.com/bqvtk6j). La forme de la cheminée a été définie à partir des données de sondage, des expositions de roche encaissante et d'affleurements de kimberlite et de levés géophysiques magnétiques. La géologie de la kimberlite a été déterminée au moyen de descriptions détaillés de carottes de forage et des résultats d'études pétrographiques et comprend des kimberlites volcanoclastiques massives classées comme brèches kimberlitiques « tuffisitiques », une quantité moindre de kimberlite cohérente dite « hypabyssale » et diverses proportions de xénolites de roche encaissante.

L'estimation des ressources minérales a été rédigée par Geostrat Consulting Inc. (« Geostrat ») et comprend l'intégration des données sur les volumes de kimberlite, la masse volumique, la pétrologie et la teneur en diamant obtenues du forage au diamant de 5 133 m, du forage par circulation inverse de 2 714 m, de 2,9 tonnes d'échantillons soumis à l'analyse de microdiamants, de 257,7 tonnes d'échantillons soumis à l'analyse de macrodiamants, avec 59,2 carats de diamants (2 054 pierres) récupérés par le forage par circulation inverse, 7,5 carats de diamants (205 pierres) récupérés par le creusement de tranchées à la surface et 2,36 carats de diamants (69 pierres) récupérés par le forage au diamant de calibre HQ. Ces données résument les résultats des programmes d'exploration menés sur la propriété Qilalugaq par BHPB de 2003 à 2005 et par Stornoway de 2006 à 2012.

Le rapport technique recommande de procéder à la cueillette d'un échantillon de surface à gros tonnage à la cheminée Q1-4 afin d'établir une estimation de la valeur du diamant. Stornoway a présenté une demande aux autorités de réglementation pertinentes afin de poursuivre ce programme de travaux, sous réserve de la suite d'une décision d'investissement.

Personnes qualifiées aux fins du rapport conforme au Règlement 43-101

M. David Farrow, géologue (C.-B.) de GeoStrat est la personne qualifiée indépendante responsable de la préparation de la partie sur l'estimation des ressources minérales pour le projet diamantifère Qilalugaq. Mme Barbara Kupsch, géologue (Alb.), une personne qualifiée au sens du Règlement 43-101, est responsable de la préparation des parties restantes du rapport technique et a mené les programmes d'exploration diamantifère de Stornoway pour la propriété Qilalugaq. Ces deux personnes qualifiées ont examiné et approuvé le contenu du présent communiqué.

À propos de Stornoway Diamond Corporation

Stornoway est l'une des plus importantes sociétés canadiennes d'exploration et de mise en valeur de propriétés diamantifères et elle est inscrite à la cote de la Bourse de Toronto sous le symbole SWY. Son projet phare, le projet diamantifère Renard, qu'elle détient en propriété exclusive, est en voie de devenir la première mine de diamants du Québec. Stornoway maintient également un programme d'exploration diamantifère active comprenant des projets avancés et des projets nouveaux dans les régions les plus prometteuses du Canada. Stornoway est une société axée sur la croissance qui détient un actif de classe mondiale dans l'un des meilleurs territoires miniers au monde et l'un des plus remarquables milieux d'affaires du secteur minier au monde. Les programmes d'exploration diamantifères de Stornoway sont effectués sous la direction de Robin Hopkins, géologue (T.N.-O./Nt), une personne qualifiée au sens du Règlement 43-101.

Au nom du conseil d'administration

STORNOWAY DIAMOND CORPORATION

Matt Manson, Président et chef de la direction

Le présent communiqué de presse contient des « énoncés prospectifs » au sens des lois sur les valeurs mobilières canadiennes et du terme « forward-looking statements » dans la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis. Ces énoncés, appelés dans les présentes « énoncés prospectifs », sont préparés à la date du présent communiqué de presse et la Société n'entend pas les mettre à jour et n'a aucune obligation de le faire, sauf si elle y est tenue par la loi.

Les énoncés prospectifs se rapportent à des événements futurs ou à un rendement futur; ils reflètent les attentes ou les opinions actuelles concernant des événements futurs et ils comprennent, sans s'y limiter, des énoncés à l'égard i) de la quantité de ressources minérales et de gisements minéraux potentiels des cibles d'exploration; ii) de la quantité de la production future pour une période donnée; iii) de la valeur actualisée nette et des taux de rendement internes de l'exploitation minière; iv) des hypothèses relatives aux coûts d'investissement, aux coûts opérationnels et à d'autres coûts indiqués dans l'étude de faisabilité; v) des hypothèses relatives aux produits bruts des activités ordinaires, aux flux de trésorerie opérationnels et à d'autres éléments des produits des activités ordinaires indiqués dans l'étude de faisabilité; vi) des hypothèses relatives à la teneur récupérée, à la récupération moyenne du minerai et à d'autres paramètres d'exploitation minière indiqués dans l'étude de faisabilité; vii) du potentiel d'agrandissement de la mine et de sa durée de vie prévue; viii) des délais prévus pour la délivrance des permis et des approbations réglementaires et la prise de décision de production; ix) des plans d'exploration futurs; x) des cours futurs des diamants bruts; et xi) des sources de financement et des besoins de financement prévus. Toute déclaration qui exprime ou implique des discussions en ce qui concerne les prévisions, attentes, croyances, plans, projections, objectifs, hypothèses ou événements futurs ou au rendement (souvent, mais pas toujours, en utilisant des mots ou expressions tels que « s'attendre à », « prévoir », « planifier », « projeter », « estimer », « supposer », « avoir l'intention », « stratégie », « buts », « objectifs » ou des variantes de ceux-ci ou en indiquant que certaines actions, événements ou résultats « peuvent », « pourraient » ou « devraient » être pris, survenir ou être atteints ou en utilisant le mode futur ou conditionnel à leur égard ou encore la forme négative de l'un de ces termes ou d'expressions similaires) n'est pas un énoncé de faits historiques et peut être un énoncé prospectif.

Les énoncés prospectifs sont établis en fonction de certaines hypothèses posées par Stornoway ou ses consultants et d'autres facteurs importants qui, s'ils se révèlent inexacts, pourraient amener les résultats, performances ou réalisations réels de Stornoway à différer considérablement des résultats, performances ou réalisations futurs exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés. Ces énoncés et renseignements s'appuient sur plusieurs hypothèses en ce qui concerne les stratégies d'entreprise actuelles et futures ainsi que le contexte dans lequel Stornoway exercera son activité à l'avenir, y compris le prix des diamants, les coûts prévus et la capacité d'atteindre les objectifs. Parmi certains facteurs importants qui pourraient amener les résultats, performances ou réalisations réels à différer considérablement de ceux prévus dans les énoncés prospectifs, on compte i) la date estimative de réalisation de l'évaluation des impacts sur l'environnement et le milieu social; ii) les investissements requis et les besoins estimatifs en matière de main-d'œuvre; iii) les estimations de la valeur actualisée nette et des taux de rendement internes; iv) la réception des approbations réglementaires selon des modalités acceptables dans des délais habituels; v) l'hypothèse selon laquelle une décision de production sera prise et cette décision sera positive; vi) le calendrier prévu de mise en production de la mine; vii) le calendrier prévu du prolongement de la route 167 et son impact sur le calendrier de développement de Renard; viii) le calendrier prévu des consultations avec la collectivité; ix) les cours des diamants bruts et leur possible impact sur la valeur du projet Renard; et x) les plans d'exploration et les objectifs futurs.

Par nature, les énoncés prospectifs comportent des incertitudes et des risques inhérents, tant généraux que spécifiques, et il y a un risque que les estimations, les prévisions, les projections et les autres énoncés prospectifs ne se concrétisent pas ou que les hypothèses ne reflètent pas la réalité future. Nous avertissons les lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés, étant donné que différents facteurs de risque importants pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des opinions, des plans, des objectifs, des attentes, des prévisions, des estimations, des hypothèses et des intentions qui sont exprimés dans ces énoncés prospectifs. Ces facteurs de risque peuvent être généralement décrits comme le risque que les hypothèses et estimations mentionnées ci-dessus ne se matérialiseront pas, incluant l'hypothèse figurant dans plusieurs énoncés prospectifs selon laquelle d'autres énoncés prospectifs seront exacts, mais ils comprennent particulièrement, sans s'y limiter, i) les risques liés aux variations de teneur, de lithologies kimberlitiques et de contenu de roche encaissante dans le matériau identifié en tant que ressources minérales par rapport aux prévisions; ii) les variations des taux de récupération et de fracturation; iii) l'incertitude accrue entourant les cibles d'exploration susceptibles de renfermer des gisements minéraux potentiels; iv) les faits nouveaux survenant sur les marchés mondiaux du diamant; v) les hausses plus lentes que prévu des évaluations des diamants; vi) les risques associés aux fluctuations du dollar canadien et d'autres monnaies par rapport au dollar américain; vii) les augmentations relatives aux coûts d'investissement et aux coûts opérationnels proposés; viii) les hausses des coûts de financement ou les changements défavorables touchant les conditions du financement disponible, le cas échéant; ix) des taux d'imposition ou de redevances plus élevés que prévu; x) les résultats de l'exploration dans les zones d'élargissement potentiel des ressources; xi) les changements visant les plans de mise en valeur ou d'exploitation minière en raison de changements visant d'autres facteurs ou des résultats d'exploration de Stornoway; xii) les changements visant les paramètres de projet alors que la mise au point des plans se poursuit; xiii) les risques liés à l'obtention d'approbations réglementaires; xiv) les incidences de la concurrence sur les marchés où Stornoway exerce des activités; xv) les risques d'exploitation et d'infrastructure; et xvi) les risques additionnels décrits dans la notice annuelle et les rapports de gestion annuel et intermédiaire récemment déposés par Stornoway, ainsi que l'anticipation de la part de Stornoway par rapport à la gestion des risques décrits plus haut et l'efficacité avec laquelle elle les gère. Stornoway prévient le lecteur que la liste qui précède de facteurs qui peuvent influer sur les résultats futurs n'est pas exhaustive.

Lorsqu'ils se fient à nos énoncés prospectifs pour prendre des décisions concernant Stornoway, les investisseurs et les autres parties doivent soigneusement considérer les facteurs ainsi que les autres incertitudes et événements potentiels évoqués plus haut. Stornoway ne s'engage pas à mettre à jour les énoncés prospectifs, qu'ils soient écrits ou verbaux, qui peuvent être faits de temps à autre, par elle ou en son nom, sauf si elle y est tenue par la loi.

Renseignements