Stornoway Diamond Corporation
TSX : SWY

Stornoway Diamond Corporation

20 sept. 2011 08h30 HE

Stornoway Fait Le Point Sur Le Projet Renard

L'étude de faisabilité et l'EIEMS sont sur le point d'être réalisées

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwire - 20 sept. 2011) - Stornoway Diamond Corporation (TSX:SWY) est heureuse de faire le point sur les travaux de faisabilité du projet diamantifère Renard, le projet phare de Stornoway, situé dans le centre Nord du Québec. En juillet 2010, Stornoway annonçait le lancement d'un programme complet, de la conception de mine et de l'évaluation environnementale, à la demande de permis et à l'engagement envers la collectivité, devant mener à une décision de production à la première mine diamantifère du Québec. Ce programme est maintenant sur le point d'être réalisé, et Stornoway peut donner les renseignements suivants :

Calendrier de l'étude de faisabilité et des demandes de permis miniers

Les estimations de l'exploitation et des frais de l'étude de faisabilité sont sur le point d'être réalisées, et un plan de la mine et un calendrier de production ont été finalisés. Au cours des prochaines semaines, Stornoway prévoit mener à bien la vérification diligente et l'examen finaux, avant l'approbation du conseil d'administration de Stornoway en vue de la diffusion. L'évaluation des impacts sur l'environnement et le milieu social (« EIEMS ») est également en cours d'achèvement et sera soumise aux autorités pertinentes délivrant les permis lors de la finalisation de l'étude de faisabilité. Le projet diamantifère Renard est visé par le Régime de protection de l'environnement et du milieu social de la Convention de la Baie James et du Nord québécois (« CBJNQ ») et par la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale. Sous réserve du calendrier devant être établi par le comité d'examen de la CBJNQ (« COMEX ») et l'Agence canadienne d'évaluation environnementale, il y a actuellement lieu de croire que les audiences publiques se tiendront pendant les six premiers mois de 2012 et, si toutes les exigences réglementaires sont satisfaites, que le projet recevra à la fois les certificats d'autorisation québécois et fédéraux avant la fin du deuxième trimestre de 2012. Une fois que les autorités provinciales et fédérales auront autorisé le développement du projet, nous demanderons au ministère québécois du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs et à celui des Ressources naturelles et de la Faune ainsi qu'à toutes les autorités fédérales concernées de délivrer les permis finaux d'exploitation minière.

Développement du plan de la mine

L'étude de faisabilité du projet Renard indiquera une durée de vie de la mine selon 24 M tonnes de ressources minérales indiquées conformes au Règlement 43-101 dans les kimberlites de Renard 2, 3 et 4, ce qui représente les ressources minérales disponibles aux fins d'une conversion potentielle en réserves minérales. Ces ressources seront exploitées par voie de mines à ciel ouvert dans Renard 2 et 3, et dans une mine souterraine utilisant un puits de 5,5 mètres en diamètre à une profondeur de 740 mètres. La capacité nominale de traitement du minerai sera de 6 000 tonnes par jour (2,2 M tonnes/année), avec une production maximale de carats qui devrait dépasser 2 M carats/année. Afin de minimiser l'incidence sur les habitats des poissons du lac du Lagopède, un dyke de rétention d'eau et une mine à ciel ouvert à Renard 4 ne sont pas envisagés pour le moment. L'exploitation minière souterraine de Renard 2 et 3 à une profondeur maximale de 600 mètres s'effectuera par voie d'enrayage du rétrécissement des trous de mine (blast-hole shrink stoppage) en utilisant du remblai résiduel à partir de la surface. Renard 4 sera exploité par voie d'abattage en gradins des trous de mine en utilisant du remblai résiduel sous un pilier de couronne. La kimberlite traitée sera gérée au moyen d'une installation de stockage à empilement à sec qui sera progressivement récupérée. Des essais de lixiviation aux métaux fructueux indiquent qu'une membrane ne sera pas nécessaire et qu'aucun habitat de poissons ne sera touché par l'élimination des résidus.

Parallèlement à l'étude de faisabilité du projet Renard, Stornoway met au point un plan d'affaires à long terme (« PALT ») fondé sur toutes les ressources minérales indiquées et présumées se situant dans l'étendue des infrastructures minières visées par l'étude de faisabilité. Le PALT devrait indiquer un taux de production accru et une durée d'exploitation minière prolongée, la mise en valeur d'une mine souterraine à Renard 2, 3, 4 et 9 jusqu'à une profondeur maximale de 700 mètres et une mine à ciel ouvert à Renard 65. La mine de Renard 65 figurera dans l'étude de faisabilité et dans le plan de demande de permis à titre de banc d'emprunt pour les résidus de remblai et la gestion des eaux. Le minerai récupéré à partir de Renard 65, actuellement classé comme ressource minérale présumée, ne figurera pas dans le calendrier de production de l'étude de faisabilité. En appui au PALT, Stornoway prévoit réaliser un gros échantillon en vrac de Renard 65 afin de permettre la conversion d'une partie de ces ressources en ressources minérales indiquées et, s'il est justifié de le faire, en réserve minérale, avant le démarrage de la construction.

En plus des ressources minérales conformes au Règlement 43-101 au projet Renard, Stornoway a délimité un accroissement additionnel, non compris dans les ressources, sous forme de gisement de minerai potentiel (« GMP ») de 55,1 à 75,5 M tonnes contenant une quantité estimée entre 23,5 et 48,5 M carats à une profondeur maximale de 775 mètres dans les cheminées de kimberlite de Renard 2, 3, 4, 65 et 9, et dans les dykes de kimberlite de Lynx et de Hibou. Aucun GMP ne sera inclus dans les calendriers de production de l'étude de faisabilité. Au-delà de la base des GMP actuellement estimés, toutes les masses minéralisées demeurent ouvertes en profondeur.

Le lecteur est avisé que les ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n'ont pas démontré de viabilité économique. En outre, la quantité et la teneur potentielles de tout gisement de minerai potentiel sont de nature conceptuelle, les travaux d'exploration ont été insuffisants pour définir une ressource minérale et rien ne garantit que des travaux d'exploration supplémentaires permettront d'établir qu'il s'agit effectivement d'une ressource minérale. Les lecteurs sont priés de se reporter au rapport technique conforme au Règlement 43-101 daté du 3 février 2011 en ce qui concerne la divulgation des ressources minérales à l'égard du projet diamantifère Renard.

Accès routier et calendrier de mise en valeur de la mine

L'accès par route tout au long de l'année au projet diamantifère Renard sera réalisé au moyen du prolongement de la route 167, un projet d'aménagement routier de 332 millions de dollars commandité par le ministère des Transports du Québec sous les auspices du « Plan Nord ». L'obtention des permis pour la route est sur le point d'être achevée. Des consultations publiques fructueuses ont été tenues par le COMEX les 30 et 31 août dans les collectivités de Mistissini et de Chibougamau et, sous réserve de la satisfaction de toutes les exigences réglementaires, le ministère des Transports prévoit commencer la construction de la route au cours du quatrième trimestre de cette année. Selon cet échéancier, Stornoway prévoit l'accès des premiers véhicules au site du projet Renard pour les besoins de la construction de la mine d'ici le milieu de 2013 et la première production diamantifère en 2015 selon un calendrier de mise en valeur de la mine d'environ 2 ans. Cet échéancier de mise en valeur dépend grandement de l'aménagement fructueux de la route selon les délais prévus. Le 1er août 2011, Stornoway a annoncé la signature de deux ententes de financement avec le gouvernement du Québec aux termes desquelles Stornoway contribuera aux coûts de construction et d'entretien de la nouvelle route. Stornoway a convenu de contribuer 44 M$ à l'aménagement de la nouvelle route, somme qui doit être payée annuellement pendant une période de dix ans à compter de juillet 2015. La contribution de Stornoway sera financée par Québec à hauteur de 6,3 % et sera notamment conditionnelle à la construction de la route dans les délais prévus, à l'obtention de toutes les approbations des organismes de réglementation pour la construction du projet diamantifère Renard et à l'obtention du financement pour le projet diamantifère Renard.

Ligne de transport d'électricité

Dans le cadre du programme de travaux de faisabilité du projet Renard, Hydro-Québec entreprend une étude de faisabilité distincte pour le compte de Stornoway en vue d'une éventuelle ligne de transport d'électricité de 161 kV reliant le projet Renard à la centrale hydroélectrique Laforge 1 à 165 kilomètres au nord. Cette ligne électrique ajoutera des coûts en capital au projet, mais offre des économies de frais d'exploitation considérables à l'égard d'une longue durée d'exploitation minière. Alors que Stornoway attend la réalisation de l'étude sur la ligne électrique effectuée par Hydro-Québec, l'étude de faisabilité du projet Renard sera formulée selon un scénario de référence visant une production d'électricité au diesel sur place, avec une évaluation des avantages prévus pour le projet advenant un transfert vers le réseau électrique.

Relations avec les parties prenantes

En collaboration avec les Cris de la région de la baie James, Stornoway entreprend des consultations périodiques avec les collectivités, comprenant des portes ouvertes et des rencontres individuelles avec les parties prenantes. Depuis le début de cette année, le groupe d'échanges sur l'environnement du projet Renard s'est réuni au sein de la collectivité Crie de Mistissini, fournissant un forum d'échanges sur la connaissance traditionnelle et environnementale dans la région du projet en développement. De plus, Stornoway est actuellement en pourparlers avec Mistissini et le Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee) dans le but de conclure une entente sur les impacts et les bénéfices. Cette entente devrait comprendre des possibilités d'emplois et de contrats liées à la mine, de même que favoriser une protection environnementale et sociale. Le processus de négociation fait suite à la bonne exécution de l'entente de pré-développement signée entre les parties en juillet 2010 et à l'établissement d'un bureau de développement des affaires du projet dans la communauté de Mistissini en janvier de cette année.

À propos de Stornoway Diamond Corporation

Stornoway Diamond Corporation est l'une des plus importantes sociétés d'exploration et de mise en valeur de propriétés diamantifères au Canada. Elle a pris part à la découverte de plus de 200 kimberlites dans sept districts diamantifères au Canada. La Société dispose d'un portefeuille diversifié de propriétés diamantifères, jouit d'une solide situation financière et peut compter sur des équipes de gestionnaires et de techniciens d'expérience, et ce, pour chacune des étapes de la production du diamant, de l'exploration jusqu'à la commercialisation.

À propos du projet diamantifère Renard

Le projet diamantifère Renard est situé à environ 250 km au nord de la communauté Crie de Mistissini et 350 km au nord de Chibougamau dans la région de la baie James, dans le centre Nord du Québec. En mai 2010, Stornoway a déposé un rapport technique conforme au Règlement 43-101 portant sur l'évaluation préliminaire au projet Renard soulignant que le projet a le potentiel de devenir un producteur important de diamants bruts de haute valeur sur une longue durée d'exploitation minière. Les ressources minérales indiquées et présumées conformément au Règlement 43-101 s'établissent actuellement à 23,8 millions et à 17,5 millions de carats, respectivement, plus de 23,5 millions à 48,5 millions de carats étant classés comme « gisement de minerai potentiel ». Toutes les kimberlites demeurent ouvertes en profondeur. Pour de plus amples renseignements et d'autres hypothèses concernant le projet, les lecteurs peuvent consulter le rapport technique à l'égard du projet diamantifère Renard.

Au nom du conseil d'administration

STORNOWAY DIAMOND CORPORATION

Matt Manson, Président et chef de la direction

Le présent communiqué de presse contient des « énoncés prospectifs » au sens des lois sur les valeurs mobilières canadiennes et du terme « forward-looking statements » dans la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis. Cette information et ces énoncés prospectifs, appelés dans les présentes « énoncés prospectifs », sont préparés à la date du présent communiqué de presse, et la Société n'entend pas les mettre à jour et n'a aucune obligation de le faire, sauf si elle y est tenue par la loi.

Les énoncés prospectifs se rapportent à des événements futurs ou à un rendement futur ; ils reflètent les attentes ou les opinions actuelles concernant des événements futurs et ils comprennent, sans s'y limiter, des énoncés à l'égard (i) de la quantité de ressources minérales et des gisements minéraux potentiels; (ii) de la quantité de la production future pour une période donnée; (iii) des coûts en capitaux et des coûts d'opération; (iv) du potentiel d'agrandissement de la mine et de sa durée de vie; (v) des délais prévus pour la délivrance des permis et des approbations réglementaires, l'achèvement d'une étude de faisabilité et la prise de décision de production; (vi) des plans d'exploration futurs; (vii) des cours futurs des diamants bruts; et (viii) des sources de financement et des besoins de financement prévus. Toute déclaration qui exprime ou implique des discussions en ce qui concerne les prévisions, attentes, croyances, plans, projections, objectifs, hypothèses ou événements futurs ou au rendement (souvent, mais pas toujours, en utilisant des mots ou expressions tels que « s'attend à », « anticipe », « planifie », « projette », « estime », « suppose », « avoir l'intention de », « stratégie », « buts », « objectifs » ou des variantes de ceux-ci ou en indiquant que certaines actions, événements ou résultats « peuvent », « pourraient », « devraient » ou « seraient » pris, surviennent ou sont atteints, ou la forme négative de l'un de ces termes et autres expressions similaires) ne sont pas des énoncés de faits historiques et peuvent être des énoncés prospectifs.

Les énoncés prospectifs sont établis en fonction de certaines hypothèses et d'autres facteurs importants qui, s'ils se révèlent inexacts, pourraient amener les résultats, performances ou réalisations réels de Stornoway à différer considérablement des résultats, performances ou réalisations futurs exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés. Ces énoncés et renseignements s'appuient sur plusieurs hypothèses en ce qui concerne les stratégies d'entreprise actuelles et futures ainsi que le contexte dans lequel Stornoway exercera son activité à l'avenir, y compris le prix des diamants, les coûts prévus et la capacité d'atteindre les objectifs. Parmi certains facteurs importants qui pourraient amener les résultats, performances ou réalisations réels à différer considérablement de ceux prévus dans les énoncés prospectifs, on compte (i) la date estimative de réalisation de l'étude de faisabilité et de l'évaluation des impacts sur l'environnement et le milieu social; (ii) les dépenses en immobilisations requises et les besoins estimatifs en matière de main-d'œuvre; (iii) la réception des approbations réglementaires selon des modalités acceptables dans des délais habituels; (iv) l'hypothèse selon laquelle les partenaires prendront une décision de production et que cette décision sera positive; (v) le calendrier prévu de mise en production de la mine; (vi) le calendrier prévu du prolongement de la route 167 et son impact sur le calendrier de développement de Renard; (vii) le calendrier prévu des consultations avec la communauté et la conclusion d'une entente sur les impacts et les bénéfices; (viii) les valeurs marchandes des diamants bruts et leur possible impact sur la valeur du projet Renard; et (ix) les plans d'exploration et les objectifs futurs.

Par nature, les énoncés prospectifs comportent des incertitudes et des risques inhérents, tant généraux que spécifiques, et il y a un risque que les estimations, les prévisions, les projections et les autres énoncés prospectifs ne se concrétisent pas ou que les hypothèses ne reflètent pas la réalité future. Nous avertissons les lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés, étant donné que différents facteurs de risque importants pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des opinions, des plans, des objectifs, des attentes, des prévisions, des estimations, des hypothèses et des intentions qui sont exprimés dans ces énoncés prospectifs.

Ces facteurs de risque peuvent être généralement décrits comme le risque que les hypothèses et estimés mentionnés ci-dessus ne se produiront pas, incluant l'hypothèse figurant dans plusieurs énoncés prospectifs selon laquelle d'autres énoncés prospectifs seront exacts, mais qui spécifiquement comprennent, sans s'y limiter, (i) les risques liés aux variations de teneur, de lithologies kimberlitiques et de contenu de roche encaissante dans le matériau identifié en tant que ressources minérales par rapport aux prévisions; (ii) les variations par rapport aux taux de récupération et de fracturation; (iii) l'incertitude accrue entourant les gisements minéraux potentiels; (iv) les faits nouveaux survenant sur les marchés mondiaux du diamant; (v) les hausses plus lentes que prévu des évaluations des diamants; (vi) les risques associés aux fluctuations du dollar canadien et d'autres monnaies par rapport au dollar américain; (vii) les augmentations des coûts des dépenses en immobilisations et d'exploitation proposés; (viii) les hausses des coûts de financement ou les changements défavorables touchant les conditions du financement disponible, le cas échéant; (ix) des taux d'imposition ou de redevances plus élevés que prévus; (x) les résultats de l'exploration dans les zones d'élargissement potentiel des ressources; (xi) les changements visant les plans de mise en valeur ou d'exploitation minière en raison de changements visant d'autres facteurs ou des résultats d'exploration de Stornoway; (xii) les changements visant les paramètres de projet alors que la mise au point des plans se poursuit; (xiii) les risques liés à l'obtention d'approbations réglementaires ou à la conclusion d'une entente sur les répercussions et les avantages avec les communautés autochtones; (xiv) les incidences de la concurrence sur les marchés où Stornoway exerce des activités; (xv) les risques d'exploitation et d'infrastructure; et (xvi) les risques additionnels décrits dans la notice annuelle et les rapports de gestion annuel et intermédiaire récemment déposés par Stornoway, ainsi que l'anticipation de la part de Stornoway par rapport à la gestion des risques décrits plus haut et l'efficacité avec laquelle elle les gère. Stornoway prévient le lecteur que la liste de facteurs qui précède et qui peut influer sur les résultats futurs n'est pas exhaustive.

Lorsqu'ils se fient à nos énoncés prospectifs pour prendre des décisions concernant Stornoway, les investisseurs et les autres parties doivent soigneusement considérer les facteurs ainsi que les autres incertitudes et événements potentiels évoqués plus haut. Stornoway ne s'engage pas à mettre à jour les énoncés prospectifs, qu'ils soient écrits ou verbaux, qui peuvent être faits de temps à autre, par elle ou en son nom, sauf si elle y est tenue par la loi.

Renseignements