Ressources Strateco inc.
TSX : RSC
FRANKFURT : RF9

Ressources Strateco inc.

12 juin 2014 08h31 HE

Strateco procède à la fermeture complète de son camp Matoush afin de réduire ses coûts d'opérations

BOUCHERVILLE, QUÉBEC--(Marketwired - 12 juin 2014) - Ressources Strateco inc. (« Strateco ») (TSX:RSC)(FRANCFORT:RF9) annonce qu'elle doit procéder à la fermeture complète de son camp Matoush, situé dans les monts Otish au nord du Québec. Cette décision fait partie d'un plan de réduction de coûts que doit implanter Strateco en raison du refus du gouvernement du Québec d'accorder le dernier certificat d'autorisation nécessaire pour entamer la phase d'exploration avancée du projet Matoush.

Le camp Matoush de Strateco est en veille depuis plus d'un an, soit depuis l'annonce, le 28 mars 2013, d'un moratoire et d'une commission d'enquête sur la filière uranifère québécoise.

Les dommages découlant de la liquidation du camp Matoush et des coûts reliés à une éventuelle réouverture s'ajoutent aux dommages subis par Strateco et ses actionnaires à la suite du refus du gouvernement du Québec d'émettre le certificat d'autorisation. Strateco a d'ailleurs déjà conclu la vente d'une partie de ses infrastructures et équipements.

La fermeture du camp Matoush se fera dans le respect de l'environnement et de la santé des populations, tel que prôné par Strateco depuis le début du projet Matoush, en 2006.

Le plan de réduction de coûts de Strateco a notamment pour but de conserver l'expertise reconnue de son équipe. Pour les prochains mois, les travaux d'exploration de Strateco se feront en Saskatchewan par l'entremise de sa filiale Exploration SeqUr inc.

Ce communiqué de presse renferme certains "énoncés prospectifs" qui comprennent des éléments de risque et d'incertitude et nul ne peut garantir que ces énoncés prospectifs se révèleront exacts. Il s'ensuit que les résultats réels et les évènements futurs pourraient différer considérablement de ceux anticipés par de tels énoncés. Ces risques et incertitudes sont décrits dans le formulaire du rapport annuel déposé auprès des commissions des valeurs mobilières de la Colombie-Britannique, de l'Alberta, de l'Ontario et du Québec.

Renseignements