Teamsters Canada

Teamsters Canada

02 avr. 2007 13h36 HE

Teamsters Canada : Le service ferroviaire en péril

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 2 avril 2007) - Les pourparlers ont pris fin le vendredi 30 mars dans le litige séparant la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada - Division des préposés à l'entretien des voies (CFTC DPEV) et le Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP) sans qu'une entente soit conclue. Aucune nouvelle date n'a été fixée pour la suite des négociations.

Les parties négocient depuis juillet 2006 et ont bénéficié des services de médiateurs et de conciliateurs du gouvernement fédéral jusqu'au 1er avril 2007. La dernière convention collective est échue depuis le 31 décembre 2006.

Le syndicat pourrait être en position de déclencher la grève dès le 25 avril 2007.

La CFTC DPEV représente plus de 3000 travailleuses et travailleurs à l'emploi du service d'entretien des voies du CFCP. Ces femmes et ces hommes travaillent fort; ils construisent, inspectent et entretiennent les voies, les ponts et les structures qui assurent l'exploitation sécuritaire des trains et la sécurité du transport ferroviaire.

Les négociations achoppent principalement sur la rémunération, l'ancienneté, la sécurité, l'équité et la qualité de vie.

Le CFCP a déclaré des profits records au cours des dernières années, et 2006 a été l'année la plus rentable de son histoire. Les préposés à l'entretien des voies figurent parmi les employés les moins bien payés de la compagnie.

"Nous voulons négocier une entente juste et équitable et c'est exactement ce que nous tentons de faire. Mais encore faut-il que les deux parties veuillent en arriver à une entente négociée, déclare William Brehl, président de la CFTC DPEV. Nous ne voulons pas faire la grève, nous voulons plutôt nous entendre. Nous voulons une entente équitable.

Cependant, nous sommes inquiets d'apprendre que la compagnie compte tenter de maintenir le rythme et le volume du trafic ferroviaire dans le cas d'un arrêt de travail légal. Cela mettrait en péril la sécurité et la propriété de milliers de Canadiens. A la lumière de tous les déraillements rapportés dans les médias et des risques qu'ils posent, nous implorons le CFCP de ne pas tenter de maintenir son niveau d'activités normales sans avoir recours à une main-d'oeuvre adéquatement formée pour protéger ses trains."

Renseignements