Theratechnologies inc.
TSX : TH

Theratechnologies inc.

15 mai 2008 07h00 HE

Theratechnologies évalue la tésamoréline dans le traitement du déficit en hormone de croissance associé à l'obésité abdominale

Conclusion d'une entente stratégique avec le Massachusetts General Hospital et le Dr Steven Grinspoon qui réalisera une étude clinique parrainée par le NIH

MONTREAL, CANADA--(Marketwire - 15 mai 2008) - Theratechnologies (TSX:TH) a annoncé aujourd'hui la conclusion d'une entente stratégique avec le Massachusetts General Hospital (MGH) et le Dr Steven Grinspoon afin d'évaluer la tésamoréline dans le traitement du déficit relatif en hormone de croissance associé à l'obésité abdominale (Growth Hormone Deficient Abdominal Obesity ou GHDAO). Le MGH, sous la direction du Dr Grinspoon, parrainera et réalisera une étude clinique utilisant la tésamoréline chez des sujets qui présentent un excès de gras viscéral (visceral adipose tissue ou VAT) associé à un déficit modéré en hormone de croissance et qui souffrent d'obésité abdominale. La combinaison de ces facteurs est maintenant reconnue comme une cause importante liée à l'augmentation du risque de maladies cardiovasculaires. Pour atténuer ce risque accru, une des approches possibles consiste à diminuer le niveau de VAT en administrant la tésamoréline afin de stimuler la sécrétion d'hormone de croissance et de mesurer certains marqueurs clés de risques cardiovasculaires. Theratechnologies a démontré au cours de plusieurs études cliniques de phases 2 et 3 que la tésamoréline réduit significativement et spécifiquement le VAT dans certaines populations de patients.

Professeur de médecine à la Harvard Medical School, directeur du programme du métabolisme nutritionnel du MGH et investigateur en chef de plusieurs études antérieures sur la tésamoréline, le Dr Grinspoon a obtenu de la Food and Drug Administration des Etats-Unis l'autorisation à titre d'investigateur d'initier une recherche de drogue nouvelle (investigator's IND) et le National Heart, Lung, and Blood Institute des National Institutes of Health (NIH) lui a octroyé une subvention pour la mener à bien. Theratechnologies fournira la tésamoréline et n'assumera aucune autre obligation, financière ou autre, dans le cadre de l'étude, cependant elle tirera profit de tous les avantages qui découleront des résultats générés par cette étude.

"L'augmentation du VAT est de plus en plus souvent associée à des taux de lipides anormaux, à de la résistance à l'insuline, ainsi qu'à des risques cardiovasculaires, et la capacité qu'a la tésamoréline de cibler très spécifiquement les mauvaises graisses est extrêmement prometteuse", a déclaré le Dr Pierre Caudrelier, chef de la direction médicale de Theratechnologies. Le fait que le Dr Grinspoon dirige cette étude et qu'il ait réussi à obtenir un financement du NIH à cet égard témoigne à coup sûr de son enthousiasme pour la tésamoréline dans le traitement du GHDAO. Nous aimerions profiter de l'occasion pour féliciter le Dr Grinspoon de l'obtention de cette subvention", a ajouté Dr Caudrelier.

"Le GHDAO a toujours été considéré comme une deuxième indication possible pour la tésamoréline tout comme les autres possibilités anaboliques et lipolyptiques", a déclaré M. Yves Rosconi, président et chef de la direction de Theratechnologies. Cette alliance stratégique avec le MGH et le Dr Grinspoon nous permet d'évaluer la tésamoréline dans plus d'une indication additionnelle ce qui maximise notre potentiel clinique et conséquemment la création de valeur pour nos actionnaires. Je crois que cette entente offre à Theratechnologies un important levier stratégique pour aller de l'avant", a ajouté M. Rosconi.

"Il y a de plus en plus de preuves que l'augmentation du VAT est associée à des complications métaboliques, et ce dans les populations VIH et non VIH. De plus, la littérature scientifique suggère qu'une augmentation du VAT associée à un déficit en hormone de croissance implique un risque accru de maladies cardiovasculaires et à des niveaux anormaux de lipides(1). Le fait de rétablir les taux de l'hormone de croissance à la normale chez des sujets atteints d'obésité abdominale constituerait une approche intéressante pour prévenir certaines complications métaboliques que ces personnes présentent", a fait remarquer le Dr Steven Grinspoon. "Je travaille avec la tésamoréline depuis 2002, dans le cadre de diverses études de phases 2 et 3. La tésamoréline a montré sa capacité de stimuler la production physiologique de l'hormone de croissance, de réduire le VAT et d'améliorer les paramètres métaboliques dans d'autres modèles d'accumulation de graisse abdominale, tout en étant bien tolérée. C'est pourquoi la tésamoréline est un produit très prometteur pour le traitement du GHDAO", a précisé le Dr Grinspoon.

Justification scientifique

Des recherches ont démontré qu'entre 20 % et 30 %(2) des Américains présentent le syndrome métabolique, dont un symptôme caractéristique est l'obésité abdominale. La réduction relative de la sécrétion de l'hormone de croissance est un mécanisme possible qui contribue à l'accroissement du risque de maladies cardiovasculaires dans le cadre du syndrome métabolique. Les sujets qui présentent un déficit en hormone de croissance ont souvent plus de VAT, ils présentent des taux de lipides élevés et ils souffrent d'hypertension. Dans les études au cours desquelles l'hormone de croissance a été administrée chez des sujets atteints d'obésité abdominale pour en augmenter les niveaux, il y a eu amélioration des paramètres cardiovasculaires(3). Bien que le remplacement direct de l'hormone de croissance se soit avéré prometteur dans la réduction de certains marqueurs de risques cardiovasculaires, chez ces sujets, son administration s'accompagne de certains effets secondaires tels que la rétention aqueuse(4), l'aggravation de l'intolérance au glucose (diabète)(5) et le contrôle de l'hypertension pour n'en nommer que quelques-uns. En outre, la dose de l'hormone de croissance doit être ajustée pour chaque patient, ce qui la rend plus difficile à prescrire qu'une seule dose standard. Contrairement à l'hormone de croissance, la tésamoréline est un facteur de libération de l'hormone de croissance qui agit en amont pour stimuler la formation de l'hormone de croissance dans le corps et il a été établi dans plusieurs études cliniques de phases 2 et 3, menées auparavant par Theratechnologies dans d'autres indications, que la tésamoréline est bien tolérée. Le profil d'innocuité favorable de la tésamoréline, sa capacité de réduire le VAT et d'améliorer le profil lipidique, tout en amplifiant la masse maigre en font un bon candidat pour rétablir les niveaux de l'hormone de croissance chez les personnes qui présentent un déficit modéré en hormone de croissance associé à une obésité abdominale.

Justification clinique

Le corps comporte deux principaux types de graisse, soit la graisse sous-cutanée, qui se trouve sous la peau, et le VAT, qui est une graisse profonde disposée densément autour des organes et qui contribuerait à l'accroissement du risque de maladies cardiovasculaires et à l'insulinorésistance. On pense aussi que le déficit en hormone de croissance contribue à ces facteurs de risque et est associé à une augmentation du VAT. Il ressort d'études de phase 3 menées auprès de patients infectés par le VIH et atteints de lipodystrophie que la tésamoréline entraîne une augmentation des niveaux de IGF-1 (un marqueur substitut de l'hormone de croissance) à l'intérieur des paramètres physiologiques et une diminution de 18 % du VAT sur une période de 52 semaines, tout en étant bien tolérée. De plus, la tésamoréline a non seulement entraîné une diminution du VAT dans le cadre des études de phase 3 susmentionnées, mais a aussi diminué le niveau de triglycérides (-51mg/dL) et permis une augmentation moyenne de la masse maigre de 1,3 kg, ce qui démontre que la tésamoréline peut non seulement réduire le VAT, mais aussi accroître la masse musculaire. Qui plus est, on a démontré que la tésamoréline a contribué à une meilleure image corporelle qui est associée à une amélioration de la qualité de vie. Ces données de phase 3 sont conformes aux données tirées des études antérieures de phase 2 dans diverses indications au cours desquelles l'augmentation des niveaux de l'hormone de croissance s'est accompagnée d'un profil d'innocuité acceptable. Plus particulièrement, lorsque Theratechnologies s'est penchée sur la fonte musculaire dans le cadre de la maladie pulmonaire obstructive chronique (chronic obstructive pulmonary disease ou COPD), la tésamoréline a donné lieu à une amplification de la masse maigre et à une diminution de la masse adipeuse chez un petit nombre de patients, faisant encore état de ses propriétés anabolisante (qui développe la musculature) et lipolytique (qui stimule la perte de graisses). La capacité de la tésamoréline de stimuler les niveaux endogènes de l'hormone de croissance, à l'intérieur des paramètres physiologiques, en fait donc un candidat intéressant pour rétablir les niveaux de l'hormone de croissance chez des sujets atteints d'obésité abdominale qui présentent un déficit modéré en hormone de croissance.

Etude clinique

L'étude a pour objet principal d'administrer la tésamoréline chez des sujets qui présentent un déficit modéré en hormone de croissance et qui sont atteints d'obésité abdominale pour observer ses effets sur le VAT, le paramètre primaire de l'étude. Les objectifs secondaires consistent notamment à évaluer certains marqueurs de risques cardiovasculaires (par ex. : l'épaisseur intima-média de la carotide et les marqueurs inflammatoires) et à améliorer les niveaux de l'hormone de croissance et la pulsatilité, l'intolérance au glucose ainsi que d'autres marqueurs clés. La qualité de vie sera aussi évaluée au moyen du questionnaire validé QOL-AGHDA, qui a été expressément conçu pour les adultes qui présentent un déficit en hormone de croissance. L'étude de phase 2 évaluera 60 patients (dont 30 recevront le traitement et 30 le placebo) à qui on administrera 2 mg de tésamoréline quotidiennement pendant 52 semaines. Il s'agira d'une étude réalisée dans un seul centre, randomisée et à double insu. Le Dr Grinspoon s'attend à recruter son premier patient pendant le deuxième trimestre de 2008. Dr Grinspoon prévoit que la période de recrutement pour cette étude durera entre neuf et douze mois.

Téléconférence et webdiffusion

La Société tiendra une téléconférence et une webdiffusion aujourd'hui à 8 h pour discuter de cette entente stratégique. Pour entendre la téléconférence, composer le 416 915-5765 ou le 1 800 814-4862 (sans frais). Veuillez téléphoner cinq minutes avant la conférence pour assurer votre participation. La webdiffusion sera accessible sur le site Web de la Société au www.theratech.com.
Une rediffusion de la téléconférence sera disponible à compter de 10 h aujourd'hui, le 15 mai 2008 jusqu'au 22 mai 2008 à 23 h 59, aux numéros suivants : 416 640-1917, code d'accès 21272300# ou 1 877 289-8525, code d'accès 21272300#. La webdiffusion sera disponible pendant 30 jours au lien indiqué ci-dessus.

Déficit d'hormone de croissance

Le déficit en hormone de croissance est un trouble qui met en cause l'hypophyse (une petite glande située à la base du cerveau), qui produit l'hormone de croissance et d'autres hormones. Lorsque l'hypophyse ne produit pas suffisamment d'hormone de croissance, la croissance est plus lente que la normale chez les enfants et des anomalies dans la composition corporelle et métabolique apparaissent chez les adultes. Le déficit en hormone de croissance entraîne une diminution de la masse maigre, une augmentation de la masse adipeuse, une densité osseuse anormale, une force musculaire réduite et des taux de lipides plus élevés. Chez les adultes, un faible taux d'hormone de croissance ou l'absence de cette hormone peut aussi causer des symptômes comme la fatigue et le manque de motivation, ce qui peut influer sur la qualité de vie des personnes qui présentent un déficit en hormone de croissance. La majorité de ces personnes est atteinte d'adiposité abdominale, qui accroît leur risque de maladies cardiovasculaires. Il y a lieu de croire qu'on pourrait atténuer le risque de maladies cardiovasculaires chez les sujets qui présentent un déficit en hormone de croissance et qui sont atteints d'obésité abdominale, si on ramenait les niveaux de l'hormone de croissance à l'intérieur des paramètres normaux. Le déficit en hormone de croissance est cliniquement défini comme étant moins de 5 ng/mL dans le cadre d'un test Arginine-GHRH alors qu'un déficit modéré en hormone de croissance est défini comme étant entre 5 et 8 ng/mL. Chez les sujets normaux, les niveaux d'hormone de croissance sont habituellement supérieurs à 8 ng/mL, cependant le poids affecte la formation de GH et c'est la raison pour laquelle un ajustement des mesures à l'indice de masse corporelle (IMC) est de plus en plus utilisé dans les cas de surpoids et chez les sujets obèses.(6)

A propos de Theratechnologies

Theratechnologies (TSX:TH) est une entreprise biopharmaceutique canadienne qui découvre des produits thérapeutiques novateurs en vue de les développer et de les commercialiser. La Société cible des besoins médicaux non comblés dans des marchés spécialisés et financièrement attrayants. Son programme le plus avancé, la tésamoréline, est actuellement en étude clinique confirmatoire de phase 3 dans la lipodystrophie associée au VIH, un grave trouble métabolique. La Société a également d'autres projets à des stades de développement précoces.

Déclarations prospectives

Ce communiqué contient des informations sur la Société qui sont considérées être de l'"information prospective" au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables. L'information prospective comprend notamment de l'information sur les effets de certains résultats cliniques sur la santé de patients atteints de lipodystrophie associée au VIH et leurs applications à des sujets présentant un excès de VAT et un déficit en hormone de croissance associé à l'obésité abdominale. L'information prospective se reconnaît à l'emploi de termes tels que "peut", "pourrait", "devrait", "perspectives", "croire", "planifier", "envisager", "prévoir", "s'attendre à" et "estimer", de verbes au futur ou au conditionnel, de ces expressions utilisées à la forme négative ou encore de variations de ces termes ou d'expressions semblables.

L'information prospective repose sur un certain nombre d'hypothèses et est assujettie à nombre de risques et d'incertitudes, dont plusieurs sont indépendants de la volonté de la Société, susceptibles d'entraîner un écart considérable entre les résultats réels et ceux qui sont divulgués par cette information. Ces risques et incertitudes comprennent notamment le risque que les résultats de l'administration de la tésamoréline pour la réduction de VAT chez les patients atteints d'un déficit en hormone de croissance associé à l'obésité abdominale diffèrent de ceux des patients atteints de lipodystrophie associée au VIH et que des effets secondaires sérieux inattendus impactent négativement les affaires de Theratechnologies. Les investisseurs éventuels devraient consulter la rubrique "Risques et incertitudes" de la notice annuelle de la Société en date du 29 janvier 2008. La notice annuelle figure parmi les documents publics déposés par la Société au www.sedar.com.

Bien que l'information prospective énoncée aux présentes repose sur ce que la Société estime être des hypothèses raisonnables, les investisseurs devraient éviter de s'y fier indûment parce que les résultats réels peuvent différer de l'information prospective. Certaines hypothèses posées pour produire l'information prospective tiennent compte de l'hypothèse selon laquelle les patients ayant un déficit en hormone de croissance associé à de l'obésité abdominale réagiront favorablement à la tésamoréline et que la littérature scientifique consultée est pertinente. La Société se fie également à l'expertise du Dr Grinspoon.

Par conséquent, l'information prospective énoncée aux présentes est assujettie aux mises en garde susmentionnées, et rien ne garantit que la Société obtiendra ou réalisera les résultats ou les progrès prévus ou, si elle les obtient ou les réalise en grande partie, qu'ils auront les incidences escomptées sur la Société, son entreprise, sa situation financière ou ses résultats d'exploitation. La Société ne s'engage pas à mettre à jour ou à réviser cette information prospective en raison de nouveaux renseignements, d'événements futurs ou pour quelque autre motif que ce soit, à moins que les lois applicables l'exigent.



(1) Utz. A., et al 2008 JCEM epub Apr 29 2008 10 :1210
(2) Ford, E. et al. JAMA 2002, 287(3) :356-359.
(3) Franco, C. et al. 2005 JCEM 90:1466-1474; Johannsson, G. et al.
1997,JCEM 82:727-734.
(4) Johannsson, G. et al. 1997, JCEM 82:727-734
(5) Paserica, M. et al. 2007 JCEM 92:4265-4270.
(6) Corneli, G. et al. 2005 Eur J Endo 153:257-264.


Renseignements

  • Theratechnologies Inc.
    Andrea Gilpin
    Directrice exécutive, relations avec les investisseurs
    et communications
    514-336-7800, ext. 205
    communications@theratech.com