TRANSCANADA
TSX : TRP
NYSE : TRP

TRANSCANADA

11 févr. 2015 18h12 HE

TransCanada envoie une lettre au Département d'État des États-Unis

La lettre réfute les commentaires de l'Agence pour la protection de l'environnement des États-Unis (EPA) au sujet de l'analyse environnementale de Keystone XL

CALGARY, ALBERTA--(Marketwired - 11 fév. 2015) - TransCanada Corporation (TSX:TRP) (NYSE:TRP) (« TransCanada ») a envoyé une lettre au Département d'État des États-Unis qui souligne la réponse officielle de la Société à la lettre d'observations du 2 février par l'Agence pour la protection de l'environnement des États-Unis (EPA) à propos de l'évaluation d'impact environnemental supplémentaire (FSEIS) du Département d'État des États-Unis concernant Keystone XL.

« TransCanada s'oppose à la suggestion que le Département d'État des États-Unis n'a pas évalué entièrement et complètement les impacts sur l'environnement de Keystone XL », a déclaré Russ Girling, président et chef de la direction de TransCanada. « Nous rejetons également la conclusion de l'EPA qu'avec des cours du pétrole plus bas, Keystone XL augmentera le taux d'exploitation des sables bitumineux et l'émission de gaz à effet de serre. Cette conclusion n'est pas soutenue par les conclusions tirées du rapport FSEIS ni par les prix réels du marché et les taux de production depuis que TransCanada a effectué sa première demande concernant Keystone XL, en 2008.

« Nous aiderons néanmoins le Département d'État des États-Unis à examiner, si celui-ci détermine qu'un examen supplémentaire est nécessaire, les questions soulevées par l'EPA concernant les prix bas actuels du pétrole et leur impact sur les émissions de gaz à effet de serre, dans le contexte de l'oléoduc ».

Girling a été heureux de constater que, dans sa lettre, l'EPA a fait mention des progrès effectués par le Département d'État des États-Unis et TransCanada pour répondre aux préoccupations soulevées par l'EPA il y a presque deux ans. La lettre de l'EPA mentionne : « Le rapport FSEIS est complet et fournit des réponses à nos commentaires d'avril 2013 sur la version préliminaire du rapport FSEIS ». L'EPA a également reconnu l'analyse plus poussée de la prévention des déversements d'hydrocarbures, y compris les plans de TransCanada en matière de préparation, de réponse, de réduction et de nettoyage.

La lettre de l'EPA note que « tant que les efforts constants pour réduire les émissions de gaz à effet de serre associées avec la production de pétrole à partir de sables bitumineux ne seront pas plus productifs et mieux mis en œuvre, le rapport FSEIS final déclare clairement que, comparé au pétrole brut de référence, l'exploitation de pétrole à partir de sables bitumeux produit une augmentation importante d'émission de gaz à effet de serre (GES) ».

Il serait plus juste de comparer le pétrole extrait de sables bitumeux aux pétroles bruts lourds du Mexique, du Venezuela et d'Arabie Saoudite, qui sont comparables au pétrole que Keystone XL transportera, plutôt qu'à un « pétrole brut de référence » qui est essentiellement un pétrole brut léger à faible émission de GES. Le pétrole qui sera acheminé dans l'oléoduc jusqu'aux raffineries de la côte du golfe du Mexique comportera à la fois du pétrole brut léger en provenance de la formation de Bakken aux États-Unis et du pétrole brut lourd en provenance des sables bitumineux du Canada.

L'EPA a également allégué que le rapport FSEIS avait conclu que la construction de Keystone XL pourrait modifier la dynamique économique du développement des sables bitumeux et en augmenter la production et l'émission de GES si les prix du pétrole restent à un niveau bas.

Cette déclaration ne reflète pas véritablement ce que le Département d'État a conclu : « les principaux facteurs dominant le développement des sables bitumeux sont plus globaux qu'un unique projet d'infrastructure. L'exploitation et l'investissement dans les sables bitumineux pourrait ralentir ou s'accélérer en fonction des tendances des cours du pétrole, de l'évolution des règlementations et des développements technologiques, mais les effets potentiels de ces facteurs sur le rythme d'expansion de l'industrie ne devraient pas être amalgamés avec les effets plus limités de certains oléoducs particuliers ».

Si l'on se penche sur l'avenir, la production de pétrole au Canada et aux États-Unis devrait continuer à croître et une bonne partie de l'augmentation de la production est transportée par chemin de fer. La capacité ferroviaire dans l'Ouest canadien a augmenté de 200 000 b/j en 2013 à une valeur estimée de 1 million b/j d'ici à la fin de cette année. Aux États-Unis, le transport par chemin de fer de pétrole brut en provenance de Bakken a augmenté de 200 000 b/j en 2008 à 800 000 b/j en 2014.

L'EPA a suggéré que la chute des cours du pétrole devrait changer l'évaluation de l'impact de Keystone XL sur l'environnement. Le rapport FSEIS a conclu que les sables bitumeux seraient développés indépendamment de la construction de l'oléoduc. L'EPA a écrit dans sa lettre : « étant donnée la variabilité récente des cours du pétrole, il est important de revoir ces conclusions ».

La fluctuation des cours du pétrole à court et moyen terme n'influe pas de manière significative si les sables bitumeux seront développés. Quand TransCanada a effectué sa demande officielle initiale de permis présidentiel pour le projet en 2008, le cours du pétrole était de 40 et quelques dollars par baril. Depuis, les prix ont varié entre 110 et 39 dollars par baril.

« Même avec l'instabilité des cours, le pétrole continue à arriver sur le marché », a conclu Girling. La production de pétrole en provenance des sables bitumineux et en provenance de la formation de Bakken, aux États-Unis, sont toutes les deux en hausse d'un million de barils par jour par rapport à 2008. Il est donc clair que la décision de construire ou de ne pas construire l'oléoduc Keystone XL ne causera pas une augmentation ou une réduction de la production, et que la construction de l'oléoduc n'aggravera pas de manière significative le problème de l'émission de GES ».

Pour lire une copie de la lettre envoyée au Département d'État américain, veuillez cliquer ici.

Forte de plus de 60 ans d'expérience, la société TransCanada est un chef de file dans les secteurs du développement responsable et de l'exploitation fiable d'infrastructures énergétiques en Amérique du Nord, y compris des gazoducs et des oléoducs ainsi que des installations de production d'électricité et de stockage de gaz. TransCanada exploite un réseau de gazoducs qui s'étend sur plus de 68 500 kilomètres (42 500 miles), exploitant presque tous les grands bassins d'approvisionnement gazier d'Amérique du Nord. TransCanada est l'un des plus importants fournisseurs de services de stockage de gaz et de services connexes du continent, grâce à une capacité de stockage de gaz d'environ 11,3 milliards de mètres cubes (400 milliards de pieds cubes). Productrice d'énergie indépendante en expansion, la société TransCanada possède plus de 11 900 mégawatts de production d'énergie au Canada et aux États-Unis, ou en détient une participation. TransCanada procède au développement de l'un des plus importants réseaux de pipelines de transport de liquides en Amérique du Nord. Les actions ordinaires de TransCanada se négocient sous le symbole TRP aux bourses de Toronto et de New York. Visitez TransCanada.com et notre blogue pour en apprendre plus, ou suivez-nous sur les médias sociaux et 3BL Media.

INFORMATIONS PROSPECTIVES

Le présent communiqué de presse peut contenir certaines informations prospectives qui sont sujettes à des incertitudes et à des risques importants (ces énoncés sont généralement accompagnés par des mots comme « anticipe », « s'attend à », « croit », « pourrait », « aura », « devrait », « estime », « prévoit » ou autres termes similaires). Tous les énoncés prospectifs contenus dans le présent document visent à fournir aux porteurs de titres et investisseurs éventuels de TransCanada, des informations relatives à TransCanada et ses filiales, y compris l'évaluation par la direction des plans et des perspectives financières et opérationnelles futures de TransCanada et de ses filiales. Tous les énoncés prospectifs sont fondés sur les convictions et les hypothèses de TransCanada reposant sur les renseignements accessibles au moment de la formulation de ces énoncés et par conséquent, ne constituent pas des garanties quant à la performance future de la société. Les lecteurs sont invités à ne pas accorder une confiance excessive à ces informations prospectives, qui sont données à la date à laquelle elles sont exprimées dans ce communiqué de presse, et de ne pas utiliser les renseignements prospectifs ou les perspectives financières pour autre chose que leur but. La société TransCanada n'est aucunement tenue d'actualiser ou de réviser tout énoncé prospectif, à moins que les lois ne l'exigent. Pour tout renseignement complémentaire sur les hypothèses présentées, ainsi que sur les risques et incertitudes pouvant causer une différence entre les résultats réels et ceux prévus, veuillez vous reporter au rapport trimestriel aux actionnaires en date du 3 novembre 2014, ainsi qu'au rapport annuel 2013 de TransCanada déposés sous le profil de TransCanada sur le site de SEDAR à www.sedar.com et auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis à l'adresse www.sec.gov.

Renseignements

  • Personnes-ressources TransCanada auprès des médias:
    Shawn Howard / Mark Cooper / Davis Sheremata
    403.920.7859 ou 800.608.7859

    Personnes-ressources TransCanada auprès
    des analystes et investisseurs:
    David Moneta/Lee Evans
    Personnes-ressources TransCanada auprès des analystes et inv
    403.920.7911 ou 800.361.6522