TransCanada
TSX : TRP
NYSE : TRP

TransCanada

16 juin 2012 18h39 HE

TransCanada : Le Département d'Etat des E.-U. confirme le calendrier décisionnel du premier trimestre 2013 pour Keystone XL

CALGARY, ALBERTA--(Marketwire - 16 juin 2012) - TransCanada Corporation (TSX:TRP)(NYSE:TRP) (TransCanada) a répondu à l'annonce aujourd'hui du Département d'État des É.-U. (DOS) au sujet de son processus et de son calendrier décisionnel final pour le pipeline Keystone XL. L'annonce rappelle les déclarations antérieures faites par le DOS selon lesquelles ils s'attendent à prendre une décision sur le projet avant le premier trimestre de 2013.

« Le fait que le Département d'État ait réaffirmé son calendrier décisionnel sur un permis présidentiel pour Keystone XL au début de l'année prochaine est un développement important et nous sommes impatients de connaître l'échéancier détaillé des mesures nécessaires pour répondre à ce calendrier du premier trimestre de 2013, » a déclaré Russ Girling, président du conseil d'administration et chef de la direction de TransCanada. « Il est important de constater qu'au moment où une décision finale sur cette pièce essentielle de l'infrastructure énergétique nord-américaine sera prise, Keystone XL sera bien dans sa cinquième année d'études exhaustives et détaillées, l'analyse la plus approfondie de tous les temps d'un pipeline transfrontalier. »

Le DOS a noté dans l'énoncé final des incidences environnementales (FEIS) qu'il a rendu en août 2011 que le pipeline Keystone XL n'aura « aucune incidence matérielle sur les ressources environnementales le long de son itinéraire ». Le régulateur fédéral américain pour les pipelines (PHMSA) a également noté que, avec chacune des 57 mesures de sécurité supplémentaires que TransCanada a convenu d'adopter, ce projet « aurait un degré de sécurité supérieur à tout autre oléoduc intérieur construit selon le code actuel. »

« L'examen final devrait se concentrer uniquement sur l'itinéraire réaménagé qui évite les dunes du Nebraska, » a noté M. Girling. « Le reste de l'itinéraire du pipeline Keystone XL reste identique. La géologie de l'itinéraire reste la même. Les conditions environnementales restent les mêmes. Rien d'autre n'a changé depuis que le FEIS a été approuvé. »

Girling a poursuivi en soulignant que « plus ce projet est retardé, plus la nécessité de l'énergie qu'il fournira aux raffineurs et consommateurs américains devient critique. Keystone XL bénéficie de l'appui des syndicats, des entreprises, de l'industrie et des communautés le long de l'itinéraire; ils comprennent tous les dépenses directes du secteur privé que ce projet de plusieurs milliards de dollars va créer. D'autres retards continueront d'influencer le secteur manufacturier, les métiers de la construction, les entrepreneurs, les fournisseurs d'équipement et les communautés le long de l'itinéraire du pipeline Keystone XL. »

« Le pipeline Keystone XL sera le pipeline le plus sécuritaire et le plus techniquement avancé jamais construit en Amérique du Nord et personne n'a un intérêt plus grand que notre entreprise et nos employés à veiller à ce qu'il fonctionne de façon sécuritaire et fiable pour les décennies à venir, » a conclu M. Girling. « Chaque année, nous dépensons des centaines de millions de dollars sur notre système nord-américain d'infrastructure énergétique afin d'assurer l'intégrité des pipelines à long terme et de prendre des mesures proactives d'entretien préventif pour que tous les composants continuent de fonctionner de la façon pour laquelle ils ont été conçus. »

Avec une expérience de plus de 60 ans, TransCanada est un leader dans le développement responsable et l'exploitation fiable d'infrastructures énergétiques en Amérique du Nord, y compris les gazoducs et oléoducs, la production d'électricité et les installations de stockage de gaz. TransCanada exploite un réseau de gazoducs qui s'étend sur plus de 68 500 kilomètres (42 500 miles), mettant en valeur presque tous les grands bassins d'approvisionnement gazier en Amérique du Nord. TransCanada est l'un des plus importants fournisseurs de stockage de gaz et de services connexes du continent avec environ 380 milliards de pieds cubes de capacité de stockage. Un producteur d'énergie indépendant en expansion, TransCanada possède ou détient des intérêts dans plus de 10 800 mégawatts de production d'énergie au Canada et aux États-Unis. TransCanada développe l'un des plus grands systèmes de livraison de pétrole en Amérique du Nord. Les actions ordinaires de TransCanada se négocient sur les bourses de Toronto et de New York sous le symbole TRP. Pour de plus amples renseignements : visitez http://www.transcanada.com/ ou consultez-nous sur Twitter @TransCanada.

RENSEIGNEMENTS PRÉVISIONNELS

Cette publication contient certains renseignements qui sont de nature prévisionnelle et sont assujettis à des risques et des incertitudes importants (de telles déclarations sont généralement accompagnées par des mots tels que « anticiper », « s'attendre à », « serait » ou d'autres mots semblables). Les énoncés prévisionnels dans le présent document visent à fournir aux porteurs de titres de TransCanada et aux investisseurs potentiels des renseignements concernant TransCanada et ses filiales, y compris l'évaluation de la direction sur les futurs plans financiers et d'exploitation et sur les perspectives de TransCanada et de ses filiales. Tous les énoncés prévisionnels reflètent les croyances et les hypothèses de TransCanada sur la base des informations disponibles au moment où les déclarations ont été faites. Les lecteurs sont avertis de ne pas se fier indûment à ces renseignements prévisionnels. TransCanada nie toute obligation de mettre à jour ou de réviser tout renseignement prévisionnel, sauf tel que requis par la loi. Pour plus de renseignements sur les hypothèses formulées, ainsi que les risques et incertitudes qui pourraient amener des résultats réels diffèrent des résultats prévus, veuillez consulter le Rapport de gestion de TransCanada et l'analyse du 15 février 2012 selon le profil de TransCanada sur SEDAR à http://www.sedar.com/ et d'autres rapports déposés par TransCanada auprès des autorités canadiennes en valeurs mobilières et auprès de la « U.S. Securities and Exchange Commission. »

Contexte

Projet de pipeline Keystone XL

Aperçu

  • 329 miles (529 km) au Canada (Hardisty, Alberta à Monchy, Saskatchewan)
  • 850 miles (1 368 km) aux États-Unis (Phillips County, Montana à Steele City, Nebraska)
  • Pipeline d'un diamètre de 36 pouces
  • Capacité initiale de 700 000 barils par jour (b/j) avec la possibilité d'augmenter à 830 000 b/j
  • Coût prévisionnel de 5,3 milliards USD

Le besoin du pipeline Keystone XL

  • Les raffineries américaines ont approché TransCanada pour construire ce pipeline afin de fournir un approvisionnement direct, sécurisé, sécuritaire et fiable de pétrole canadien et américain à leurs installations. Il s'agit d'un projet axé sur le marché dont le seul but a toujours été de fournir du pétrole aux raffineries américaines.
  • Les États-Unis représentent 20 pour cent de la consommation mondiale d'énergie et sont le plus important consommateur de pétrole au monde. Les États-Unis consomment de 14 à 15 millions de barils de pétrole chaque jour. Le montant actuel des importations est de huit à neuf millions de barils par jour, environ 60 pour cent des besoins des États-Unis. Le pétrole sans conflit du Canada est la plus grande source de pétrole brut pour les raffineries américaines.
  • Les perspectives d'énergie annuelle pour 2012 de « U.S. Energy Information Administration » (Administration américaine de renseignement sur l'énergie) prévoient que les importations de pétrole resteront relativement stables jusqu'en 2035 à environ sept millions de barils par jour, avec la consommation de pétrole augmentant à 20 millions de b/j.
  • L'intérêt de l'expéditeur reste fort, puisque Keystone XL possède actuellement des contrats fermes à long terme mis en place pour transporter au-delà de 500 000 barils/jour de pétrole brut du bassin sédimentaire ouest canadien (BSOC) à des raffineries existantes sur les côtes du Golfe des États-Unis. Bakken Marketlink, utilisant des installations qui font partie du projet proposé, compte actuellement des contrats fermes à long terme pour transporter 65 000 b/jour de pétrole brut de Bakken du bassin Williston au Dakota du Nord et au Montana.
  • Les fermetures imminentes des raffineries de ConocoPhillips et de Sunoco sur la côte Est des États-Unis, représentant une portion importante de la capacité de raffinage de la côte Est, augmenteront la demande pour des raffineurs de la côte du Golfe.
  • Les 58 raffineries dans la région de la côte du Golfe fournissent une capacité totale de raffinage d'environ 8,4 millions de b/j, soit près de la moitié de la capacité de raffinage des États-Unis. En 2009, ces raffineries ont importé environ 5 millions de b/j de pétrole brut de plus de 40 pays, les quatre principaux fournisseurs étant le Mexique (21 pour cent), le Venezuela (17 pour cent), l'Arabie saoudite (12 pour cent) et le Nigeria (11 pour cent). Les importations en provenance du Mexique et du Venezuela sont en baisse parce que la production de ces pays diminue et que les contrats d'approvisionnement viennent à expiration.
  • Une fois terminés, le Keystone XL de TransCanada et les projets d'expansion de la côte du Golfe pourraient déplacer approximativement 40 pour cent du pétrole que les États-Unis importent actuellement des pays de l'OPEP.
  • Keystone XL va remplacer l'équivalent d'un train-citerne de 25 miles de long, ou 200 navires-citernes par an. Ceci permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre d'un volume pouvant atteindre 19 millions de tonnes, soit l'équivalent de retirer près de 4 millions de voitures de la route.

Emplois et les avantages économiques

  • Le projet Keystone XL va soutenir la création de plus de 20 000 emplois aux États-Unis - plus de 13 000 emplois en construction et 7 000 emplois manufacturiers, ce qui représente du travail pour les tuyauteurs, les soudeurs, les électriciens, les opérateurs de machinerie lourde et d'autres secteurs dans pratiquement tous les états aux États-Unis.
  • Les marchandises pour le pipeline évaluées à environ 800 millions USD ont déjà trouvé tous leurs fournisseurs auprès de fabricants des États-Unis.
  • La combinaison du projet Keystone XL et des projets de la côte du Golfe va injecter 20 milliards USD dans l'économie américaine et payer plus de 5 milliards USD en taxes aux comtés locaux au cours de leurs vies.

Réaménagement de l'itinéraire au Nebraska

  • TransCanada continue de travailler en collaboration avec le « Nebraska Department of Environmental Quality (NDEQ) » (Département de la qualité de l'environnement du Nebraska) pour finaliser l'itinéraire le plus sécuritaire pour le pipeline Keystone XL autour des dunes du Nebraska. Le NDEQ a mené des journées portes ouvertes sur les itinéraires proposés et l'état prévoit achever son examen dans les prochains mois. Ce nouvel itinéraire reste le dernier obstacle avant une décision du permis présidentiel pour Keystone XL prévue au début de 2013.
  • L'itinéraire préféré de TransCanada évite les dunes du Nebraska, tel que défini par le NDEQ et les organismes fédéraux en 2001 - bien avant que les pipelines Keystone et Keystone XL n'aient même été envisagés. Nous prévoyons que l'itinéraire pour lequel nous demanderons l'approbation dans le Nebraska va ajouter environ 20 miles à la longueur totale du pipeline KXL et on ne s'attend pas à ce que cela ajoute des coûts supplémentaires au projet.
  • L'aquifère Ogallala n'est pas menacé par le pipeline Keystone XL. Plus de 15 000 miles d'oléoducs fonctionnent actuellement à travers l'aquifère dans sept États. Les entreprises ont produit près de 500 millions de barils de pétrole provenant d'environ 5 000 puits de la formation d'Ogallala sans contaminer l'eau des aquifères.

Sécurité du pipeline

  • TransCanada œuvre dans le secteur des pipelines depuis plus de 60 ans et a l'un des meilleurs dossiers de sécurité dans l'industrie. Personne n'a plus intérêt que TransCanada à veiller à ce que nous assurions le fonctionnement en toute sécurité et en toute fiabilité de ce pipeline.
  • Nos pipelines sont surveillés 24 heures par jour à partir d'un centre de contrôle de haute technologie et par des inspections continuelles et un entretien constant par du personnel sur le terrain à travers l'Amérique du Nord. Tout changement de la pression du pipeline est tout de suite remarqué et le flux de pétrole ou de gaz peut être arrêté en quelques minutes.
  • TransCanada maintient son engagement de construire et d'exploiter Keystone XL de manière aussi sécuritaire et fiable que possible. L'entreprise a adopté et se conformera aux 57 conditions particulières développées par le régulateur fédéral américain pour les pipelines PHMSA (Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration) qui donnent davantage confiance au fonctionnement et à la surveillance du pipeline, notamment : un nombre plus élevé de vannes d'arrêt télécommandées, une augmentation des inspections du pipeline et des tuyaux qui sont enfouis plus profondément dans le sol.
  • Les pipelines sont la méthode la plus sécuritaire pour le transport de produits pétroliers, lorsque comparée aux autres moyens de transport, 40 fois plus sécuritaire que le déplacement du pétrole brut par transport ferrovière et 100 fois plus par transport en camion.
  • PHMSA, le régulateur américain pour les pipelines, a reconnu publiquement qu'avec les mesures de sécurité supplémentaires que nous avons adoptées pour ce pipeline, Keystone XL fonctionnera à un degré de sécurité qui est beaucoup plus élevé que n'importe quel pipeline en service aujourd'hui.
  • Chaque année, nous dépensons des centaines de millions de dollars sur l'intégrité des pipelines et des programmes d'entretien proactifs pour assurer la sécurité et la fiabilité du fonctionnement de notre réseau d'infrastructures d'énergie.

Processus d'examen réglementaire

  • Depuis 2008, plus de 100 journées portes ouvertes et réunions publiques ont eu lieu dans six États et le Département d'État a reçu plus de 300 000 commentaires sur le projet.
  • Un projet, un projet complémentaire et un énoncé final des incidences environnementales ont tous été émis pour Keystone XL, totalisant plus de 10 000 pages de documents. Ceci est de loin l'examen le plus exhaustif et détaillé jamais réalisé pour un pipeline de pétrole brut aux États-Unis. L'analyse conclut que le projet n'aurait « aucune incidence significative » sur l'environnement sur toute sa longueur.
  • KXL passe également à travers un processus d'examen dans l'État du Nebraska. Ce processus s'inscrit dans le cadre du contrôle et de la surveillance du « Nebraska Department of Environmental Quality » (Département de la qualité de l'environnement du Nebraska).

Renseignements

  • TransCanada
    Relations avec les médias :
    Shawn Howard/Grady Semmens
    (403) 920-7859 ou (800) 608-7859

    TransCanada
    Renseignements aux investisseurs et analystes :
    David Moneta/Terry Hook/Lee Evans
    (403) 920-7911 ou (800) 361-6522