L'Association des travailleuses et travailleurs sociaux de l'Ontario

L'Association des travailleuses et travailleurs sociaux de l'Ontario

14 déc. 2006 10h04 HE

Travailleurs sociaux en Ontario : plus stressés au travail

Plus occupés que jamais. À l’approche des Fêtes de fin d’année, on accorde plus d’attention aux défavorisés – mais parallèlement on exige de plus en plus des travailleuses et des travailleurs sociaux.

Attention: Affectateur, Rédacteur municipal, Rédacteur de la santé, Directeur général et de l'information, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales TORONTO/ONTARIO/RÉSULTATS D'ÉTUDE RÉCENTE--(CCNMatthews - 14 déc. 2006) - Alors qu'à l'approche des Fêtes de fin d'année, on s'inquiète davantage du sort des moins favorisés de notre société, une étude récente laisse entrevoir un aspect révélateur de la vie de celles et ceux qui s'occupent des défavorisés tout au long de l'année.

Le sondage entrepris récemment à l'échelle de la province par l'Association des travailleuses et travailleurs sociaux de l'Ontario sur la qualité de la vie au travail révèle que les travailleuses et travailleurs sociaux sont plus occupés que jamais, qu'ils connaissent un stress important, et qu'ils font plus que jamais auparavant des heures de travail non rémunérées. Et malgré ces énormes défis, la plupart d'entre eux sont satisfaits de leur choix de carrière.

« Cette étude montre que le travail social est véritablement un travail que l'on fait par amour, selon Joan MacKenzie Davies, directrice générale de l'Association des travailleuses et travailleurs sociaux de l'Ontario. Malgré les charges de travail qui s'alourdissent et le stress croissant, les travailleuses et travailleurs sociaux aident des milliers d'Ontariennes et d'Ontariens à relever chaque jour les défis physiques, sociaux et affectifs. Comme les travailleuses et travailleurs sociaux s'occupent des autres et aident les autres à s'occuper d'eux-mêmes, nous devons prêter une plus grande attention à leurs conditions de travail. »

Points saillants

Voici les points saillants de l'étude, qui a sollicité des réponses de plus de 1000 travailleuses et travailleurs sociaux de tout l'Ontario :

¨ Travail non rémunéré : On demande aux travailleuses et travailleurs sociaux de faire plus avec moins. Plus de 71 pour cent d'entre eux font de une à six heures ou plus de travail non rémunéré par semaine.

¨ Stress : 63 pour cent des répondants disent connaître du stress au travail, les autres résultats étant comme suit :
- 37,9 pour cent mentionnent la dépression;
- 19,1 pour cent indiquent des maladies fréquentes;
- 49,3 pour cent sautent généralement des repas; et
- 56,9 pour cent disent se sentir généralement débordés.

¨ Raisons du stress : Elles comprennent une réduction du personnel de soutien, des exigences accrues en matière de documentation, des situations de crise et un manque de cohésion au sein de l'équipe. Des niveaux élevés de stress dans le lieu de travail, liés à de nombreuses maladies et risques (à la fois physiques et affectifs), sont bien documentés.

¨ Sentiment d'être débordés : Plus de 50 pour cent des répondants ont indiqué que le fait de se sentir débordés s'expliquait par le manque de personnel, le volume de travail élevé, de nouvelles fonctions, la complexité du travail, la documentation accrue, le remplacement d'autres membres du personnel, et de nouveaux changements de politiques.

¨ Attention non sollicitée : Un tiers des répondants ont indiqué faire l'objet d'une attention, de commentaires ou de comportements non désirés, non sollicités ou d'intimidation dans le lieu de travail. Les raisons citées comprennent les questions liées au sexe, à l'orientation sexuelle et au racisme.

¨ Défis relatifs à l'équilibre entre vie personnelle et professionnelle : 44 pour cent ont signalé être également une personne soignante (essentiellement en ce qui concerne les enfants). Comme le travail social est une profession à prédominance féminine, les femmes représentaient 80 pour cent des répondants.

Un regard exceptionnel sur une profession exceptionnelle

L'étude a établi une base de référence pour les salaires, avantages sociaux et conditions de travail des travailleuses et travailleurs sociaux dans les secteurs clés en Ontario. Elle servira à soutenir nos efforts pour plaider en faveur d'une plus grande égalité dans les échelles de salaires, les avantages sociaux et de meilleures conditions de travail, et pour encourager la reprise du sondage dans d'autres provinces au Canada.

1114 personnes titulaires d'un baccalauréat (BSS), d'une maîtrise (MSS) ou d'un doctorat (PhD) en service social ont répondu au sondage en ligne. L'étude est la seule en son genre à avoir visé la profession de travailleuse et travailleur social et à s'être penchée sur leurs expériences de travail liées au stress, à la charge de travail, au harcèlement et à la question de l'équilibre entre les soins personnels et le travail.

L'étude a été entreprise par l'Association des travailleuses et travailleurs sociaux de l'Ontario, grâce au soutien financier du McMaster University Labour Studies Department, du Syndicat canadien de la fonction publique et du Syndicat des employés et employées de la fonction publique de l'Ontario.
/Renseignements: www.oasw.org
info@oasw.org/ IN: ÉDUCATION, SANTÉ, JUSTICE, TRAVAIL, SOCIAL

Renseignements

  • Marie Turcotte, Secrétaire, Comité exécutif, L’Association des travailleuses et travailleurs sociaux de l’Ontario
    Numéro de téléphone: 705-674-9870
    Numéro de téléphone secondaire: 416-923-4848 poste 2222
    Courriel: marieturcotte41@hotmail.com