Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

08 août 2011 11h58 HE

Triste jour pour la protection et l'intégrité des dénonciateurs au Canada, déclare l'institut

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 8 août 2011) - Le président de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, Gary Corbett, a livré aujourd'hui ses premières remarques sur la décision de la Commission des relations de travail dans la fonction publique rendue la semaine dernière dans le cas des docteurs Shiv Chopra, Margaret Haydon et Gérard Lambert, les trois scientifiques congédiés par Santé Canada en 2004.

Le 14 juillet 2004, trois scientifiques de la Direction des médicaments vétérinaires, reconnus comme des dénonciateurs lors de l'évaluation de médicaments dont la sécurité est discutable, ont été congédiés par Santé Canada, sous prétexte d'« insubordination ». Soutenus par leur syndicat, l'IPFPC, ils se sont depuis battus pour faire renverser ce traitement injuste, contestant leur congédiement devant la Commission des relations de travail dans la fonction publique.

Les docteurs Shiv Chopra, Margaret Haydon et Gérard Lambert ont renvoyé 8 griefs à l'arbitrage, dont 5 concernant des suspensions disciplinaires et, surtout, 3 concernant des cessations d'emploi abusives. Tous les griefs ont été rejetés sauf celui de la cessation d'emploi du Dr Lambert. À première vue, il est difficile de comprendre pourquoi le grief du Dr Lambert a été accueilli tandis que les mêmes griefs des docteurs Chopra et Haydon ont été rejetés. Les audiences de ces griefs et la présentation des observations écrites ont duré quatre années et demie, totalisant 150 jours d'audience.

« C'est un bien triste jour pour la protection des dénonciateurs travaillant pour le gouvernement, a commenté Gary Corbett. « À notre avis, les docteurs Shiv Chopra, Margaret Haydon et Gérard Lambert sont des scientifiques chevronnés et compétents qui s'efforcent de protéger le public contre les produits susceptibles de nuire à la chaîne alimentaire et à la santé des Canadiens. Leur seul « péché » a été de s'opposer à des pressions commerciales et de fournir des preuves à des représentants de comités parlementaires. Des cas de congédiement semblables n'aideront pas les dénonciateurs de la fonction publique à s'avancer et à dénoncer les actes répréhensibles qui se produisent dans leurs ministères ».

L'Institut a rencontré les trois scientifiques plus tôt aujourd'hui pour faire une première évaluation de la décision et déterminer les prochaines étapes.

L'Institut est le syndicat qui représente les scientifiques fédéraux, dont le travail a une incidence sur la vie quotidienne des Canadiens. Il compte 60 000 membres, dont 23 000 professionnels qui offrent, parmi divers produits de la connaissance, des services de recherches scientifiques, d'évaluation et de conseils pour l'élaboration de politiques judicieuses.

Renseignements

  • Johanne Fillion
    613-228-6310, poste 2303 ou
    613-883-4900 (cell.)