Industrie Canada

Industrie Canada

19 nov. 2014 12h47 HE

Un appui à l'égard de l'excellence canadienne en aérospatiale

Le ministre Moore félicite l'industrie pour ses récentes initiatives en faveur de l'innovation et annonce la création du Comité consultatif de l'espace

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 19 nov. 2014) - Industrie Canada

L'industrie canadienne de l'aérospatiale remporte un grand succès sur la scène internationale et définit de nouvelles normes en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité, a déclaré aujourd'hui le ministre de l'Industrie, James Moore, lors d'un dîner à l'occasion du Sommet de l'aérospatiale canadienne 2014.

Le ministre a souligné le soutien accordé par le gouvernement au secteur de l'aérospatiale et réaffirmé son engagement à appuyer l'industrie manufacturière et à établir les conditions économiques propices à la réussite. Les mesures adoptées comprennent une réduction des impôts, la baisse du taux d'imposition des sociétés, qui est passé de plus de 22 % en 2007 à 15 % aujourd'hui, et l'abolition de l'impôt fédéral sur le capital.

Le ministre Moore a aussi annoncé la création du Comité consultatif de l'espace, qui conseillera le gouvernement au sujet du rôle et de l'avenir du Canada dans l'espace. Le Comité est formé d'experts de partout au pays, qui aideront à façonner la politique spatiale du Canada au cours des prochaines années.

Les membres du Comité consultatif de l'espace sont : Général à la retraite Walt Natynczyk, sous-ministre des Anciens combattants Canada, ancien chef d'état-major de la Défense et ancien président de l'Agence spatiale canadienne; Mamdouh Shoukri, recteur et vice-chancelier de l'Université York; Terry Malley, président-directeur général de Malley Industries; Arlene Ponting, présidente émérite de MindFuel, un organisme sans but lucratif dont la mission est d'inciter les jeunes à s'intéresser aux sciences au moyen de programmes éducatifs; Lorne Trottier, cofondateur de Matrox Electronic Systems et fondateur de la Trottier Family Foundation; Fred George, président et chef de la direction de JLK Global Fund International, et capitaine honoraire au sein de la Marine royale canadienne; John Keating, administrateur, Sandvine et ancien président-directeur général de COM DEV; Chris Hadfield, colonel, astronaute canadien à la retraite et ex-commandant de la Station spatiale internationale.

Les faits en bref

  • En 2013, l'industrie canadienne de l'aérospatiale comptait plus de 170 000 employés et avait généré 28 milliards de dollars. L'aérospatiale constitue un secteur prioritaire aux termes du Plan d'action sur les marchés mondiaux.

  • En réponse au rapport Emerson sur les programmes et les politiques touchant les secteurs de l'aérospatiale et de l'espace, le gouvernement a injecté de nouveaux fonds dans l'Initiative stratégique pour l'aérospatiale et la défense et a lancé un nouveau programme pour financer des projets de démonstration de technologies à grande échelle dans les industries de l'aérospatiale, de l'espace, de la défense et de la sécurité.

  • Le gouvernement a récemment annoncé l'octroi d'un appui de 30 millions de dollars sur cinq ans à l'égard d'un réseau de recherche dirigé par l'industrie nouvellement formé, le Consortium en aérospatiale pour la recherche et l'innovation au Canada (CARIC).

  • Le gouvernement a aussi dévoilé sa réponse détaillée aux recommandations concernant le secteur spatial, en publiant notamment le Cadre de la politique spatiale du Canada, qui orientera les décisions à l'avenir.

  • Le Comité consultatif de l'espace fournira des conseils stratégiques sur le rôle et le futur du Canada dans l'espace.

Citation

« L'industrie aérospatiale est l'un des piliers de l'économie canadienne. Si nous voulons continuer à nous démarquer dans ce secteur, nous devons tirer profit de nos réussites. Notre gouvernement est décidé à créer les conditions qui permettront à l'industrie aérospatiale et à toutes les entreprises canadiennes de continuer à faire concurrence et à réussir sur le marché international. »

- Le ministre de l'Industrie, James Moore

Produits connexes

- Biographies des membres du Comité consultatif de l'espace

Liens connexes

- Page d'accueil de la rubrique Aérospatiale et défense du site Web d'Industrie Canada

- L'état de l'industrie aérospatiale canadienne : le rapport 2014

Suivez-nous sur Twitter : @industriecanada

FICHE D'INFORMATION

Biographies des membres du Comité consultatif de l'espace

Général (à la retraite) Walter Natynczyk

Sous-ministre, Anciens Combattants Canada, ancien Chef d'état-major de la Défense et ancien Président de l'Agence spatiale Canadienne

Le général Walt Natynczyk est originaire de Winnipeg au Manitoba. Après avoir passé cinq ans comme cadet de l'Air, il s'enrôle dans les Forces canadiennes en 1975. Il occupe de nombreux postes de commandement régimentaire à tous les niveaux, allant de chef de troupe de chars à commandant du Royal Canadian Dragoons.

En ce qui concerne son expérience opérationnelle, le général Natynczyk compte quatre années de service à l'OTAN en Allemagne, six mois de maintien de la paix à Chypre (1989), une mission d'un an au sein des Nations Unies comme chef des opérations (secteur Sud-Ouest) en ex-Yougoslavie, en Bosnie-Herzégovine (1994) avec les Forces britanniques, puis comme chef des opérations terrestres, QG de la FORPRONU à Zagreb, en Croatie (1995). Il assume le commandement des Royal Canadian Dragoons lors d'opérations nationales durant les inondations de Winnipeg en 1997 de même que dans la région d'Ottawa pendant la crise du verglas de 1998. En 1998-1999, il retourne en Bosnie-Herzégovine à titre de commandant du contingent canadien.

Il est par la suite sélectionné comme officier d'échange en tant que commandant adjoint du III Corps de blindés de l'Armée américaine à Fort Hood, au Texas. Dans le cadre de ses fonctions, il est déployé en 2004 à Bagdad, en Irak, où il agit d'abord en tant que directeur adjoint de la stratégie, de la politique et de la planification et, par la suite, comme commandant général du Corps multinational.

À son retour au Canada, il est chargé du Système de la doctrine et de l'instruction de l'Armée canadienne. Il est ensuite nommé chef de la transformation, responsable de la restructuration des Forces canadiennes. De 2006 à 2008, le général Natynczyk est vice-chef d'état-major de la Défense.

Du 2 juillet 2008 au 29 octobre 2012, le général Natynczyk agit à titre de chef d'état-major de la Défense. Parmi les principaux événements qui ont marqué son mandant, citons la mission de combat en Afghanistan, les Jeux olympiques d'hiver de 2010, la mission d'aide humanitaire en Haïti et la mission de l'OTAN en Libye.

Le général Natynczyk a étudié au collège militaire Royal Roads, à Victoria, C.-B., et au Collège militaire royal de Saint-Jean (administration des affaires). Il est diplômé du collège d'état-major et de commandement des Forces canadiennes, du cours de tactique toutes armes du Royaume-Uni et du US Army War College.

Il s'est vu décerner le grade de commandeur de l'Ordre du mérite militaire (Canada), la Croix du service méritoire (Canada), le grade de commandant de la Légion du mérite (É.-U.), la Légion d'honneur au grade de commandant (France), le grade de commandeur de la Croix de l'Ordre du mérite (Pologne) et la Médaille du mérite en or (Pays-Bas).

Sa femme Leslie et lui ont trois enfants : Margaret, William et John, qui servent respectivement dans la Marine, la Force aérienne et l'Armée de terre. Il aime pratiquer le jogging et la voile.

Le général à la retraite Natynczyk a été président de l'Agence spatiale canadienne du 6 août 2013 au 3 novembre 2014. Il est devenu sous-ministre des Anciens combattants Canada le 3 novembre 2014.

Mamdouh Shoukri

Recteur et Vice-chancelier de l'Université York

M. Mamdouh Shoukri est devenu le septième recteur et vice-chancelier de l'Université York le 1er juillet 2007. À ce titre, il est membre du Bureau des gouverneurs, membre d'office de tous les comités du Bureau, membre du Sénat de l'Université et membre d'office de tous les comités du Sénat.

Avant de joindre les rangs de l'Université York, M. Shoukri était vice-recteur à la Recherche et aux affaires internationales de l'Université McMaster de Hamilton, en Ontario, depuis 2001. Professeur à McMaster depuis 1984, il a été nommé chef du Département de génie mécanique en 1990 et doyen de la Faculté de génie en 1994.

M. Shoukri est membre du conseil d'administration des Centres d'excellence de l'Ontario Inc. et d'Action cancer Ontario. Il préside par ailleurs le Comité des relations gouvernementales et communautaires du Conseil des universités de l'Ontario et il est membre du Comité consultatif permanent de la loi et des statuts de l'Association des universités et collèges du Canada. Il a siégé au Comité consultatif du gouvernement de l'Ontario sur les Centres d'excellence de même qu'au conseil d'administration de deux conseils de l'Ontario : Matériaux et fabrication Ontario ainsi que Communications et technologie de l'information Ontario. De plus, il a été membre du Conseil ontarien de la recherche et de l'innovation.

M. Shoukri est fellow de l'Académie canadienne de génie et de la Société canadienne de génie mécanique. Il est membre des associations professionnelles suivantes : l'Ordre des ingénieurs de l'Ontario, la Société nucléaire canadienne et l'American Society of Mechanical Engineers. M. Shoukri s'intéresse à la science de la thermique des fluides. Il est l'auteur ou le coauteur de plus de 120 documents publiés dans des revues scientifiques à comité de lecture et lors de symposiums. Il a obtenu un baccalauréat ès sciences (avec spécialisation) en génie mécanique de l'Université du Caire en 1970; une maîtrise en génie de l'Université McMaster en 1974 et un doctorat en génie mécanique de l'Université McMaster en 1977.

Terry Malley

Président-directeur général de Malley Industries Inc.

Terry Malley est président-directeur général et propriétaire de Malley Industries Inc. de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Il est titulaire d'un baccalauréat ès arts de l'Université du Nouveau-Brunswick, a fait des études en commerce à l'Université de Moncton et a obtenu un certificat de maîtrise en gestion de projet de l'Université York. Malley Industries est l'un des plus importants fabricants canadiens d'ambulances, de véhicules pour personnes handicapées, de véhicules industriels et de véhicules spécialisés utilisés par les forces de l'ordre.

M. Malley est animé par l'esprit communautaire et veut donner à son tour à la collectivité en faisant du bénévolat. Il a présidé la Chambre de commerce du Grand Moncton. Il est membre du conseil consultatif de la Faculté d'administration des affaires de l'Université du Nouveau-Brunswick et le président du conseil d'administration de l'International Business and Entrepreneurship Centre de cette université. Il est également un administrateur de Manufacturiers et Exportateurs du Canada (Division du Nouveau-Brunswick), le président de l'Association de l'aérospatiale et de la défense du Nouveau-Brunswick ainsi que le directeur du Better Business Bureau of the Maritime Provinces et de la Chambre de commerce de l'Atlantique, entre autres.

M. Malley a été salué à de nombreuses reprises pour son apport au milieu des affaires et à l'entrepreneuriat.

Le Prix de l'entrepreneur de l'année Ernst & Young, secteur de la fabrication (région de l'Atlantique) lui a été décerné en 2014. L'Atlantic Business Magazine l'a classé à cinq reprises parmi les 50 plus importants PDG du Canada atlantique et, en 2010, il a été intronisé au Temple de la renommée des 50 plus importants PDG de cette revue. Le prix commémoratif Harvey Webber lui a été décerné pour avoir favorisé l'essor du mouvement des chambres de commerce dans la région de l'Atlantique et il a reçu le Prix d'excellence du Grand Moncton dans la catégorie Service communautaire ainsi que le prix d'Excellence in Manufacturing Consortium, reconnaissant la contribution exceptionnelle d'un membre.

Arlene Ponting

Présidente émérite de MindFuel

Arlene Ponting compte plus d'une trentaine d'années d'expérience au sein de divers postes de direction. Elle est la présidente émérite de MindFuel, anciennement la Science Alberta Foundation, dont elle a été la directrice générale pendant 13 ans.

Mme Ponting a fait de la Science Alberta Foundation un organisme de calibre mondial. En 2011, cette fondation a remporté sous son leadership le prix Digital Alberta et était au nombre des finalistes du prix de l'Alberta Science and Technology Leadership Foundation, dans la catégorie enseignement scientifique et sensibilisation aux sciences. En 2012, un prix Webby a été décerné au film d'animation sur la nanotechnologie produit par la fondation. Cet important prix international rend hommage à l'excellence dans Internet, tant pour les sites Web et la publicité interactive que pour les films et les vidéos en ligne.

Grâce à la passion de Mme Ponting à l'égard des activités de sensibilisation aux sciences et de promotion des sciences, MindFuel s'est hissé au premier plan des organismes canadiens qui contribuent à promouvoir les sciences. MindFuel incite les jeunes à faire carrière en sciences et en technologie et renseigne la population pour qu'elle puisse prendre des décisions éclairées face aux enjeux de société en sciences.

Mme Ponting compte à son actif une expérience de la responsabilité sociale des entreprises, de la gérance environnementale, de la gouvernance, de la mesure du rendement, des relations gouvernementales et de la familiarisation du public aux sciences. Elle a été membre de 11 conseils d'administration et conseils d'organismes à but non lucratif, d'organismes non gouvernementaux et d'organismes gouvernementaux, dont le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, l'International External Advisory Committee for the Water Initiative de l'Université de l'Alberta, l'Alberta Environment Monitoring Management Board, la Calgary Chamber of Voluntary Organizations, l'Alberta Ingenuity Fund, le conseil d'administration du Caritas Health Group et le comité de sélection de l'Alberta pour la bourse de la fondation Rhodes.

En 2013, Mme Ponting faisait partie des candidats de Diversité 50 du Conseil canadien pour la diversité administrative. Pendant trois années consécutives, elle était au nombre des 100 femmes les plus influentes nommées par le Réseau des femmes exécutives. En plus de faire partie de la liste d'Alberta Venture des 50 personnes les plus influentes de l'Alberta, elle a reçu la médaille du centenaire de l'Alberta, décernée aux Albertains en reconnaissance d'un service exemplaire au peuple et à la province de l'Alberta.

Mme Ponting est titulaire d'un baccalauréat ès sciences spécialisé en pharmacie et d'un doctorat en administration de l'éducation de l'Université de l'Alberta.

Lorne Trottier

Cofondateur de Matrox Electronic Systems Ltd. et de la Fondation de la famille Trottier

Lorne Trottier est le cofondateur de Matrox, un groupe de sociétés fermées réputées mondialement pour leurs produits novateurs dans les domaines de l'infographie, de la vidéo et de l'imagerie. M. Trottier a obtenu un baccalauréat en génie électrique de l'Université McGill en 1970, année où il a également été médaillé d'or de l'Association britannique pour ses réalisations universitaires exceptionnelles. En 1973, il a obtenu une maîtrise en génie électrique de McGill et, en 2006, un doctorat honorifique en sciences de la même université. M. Trottier est membre des comités consultatifs de la Faculté de génie et de la Faculté des sciences, et il est gouverneur émérite du conseil des gouverneurs de l'Université McGill.

En décembre 2003, M. Trottier a reçu une des plus hautes distinctions attribuées par le gouvernement du Québec, le prestigieux Prix Lionel-Boulet, pour ses innovations scientifiques et technologiques dans le secteur des technologies appliquées et pour son apport à la croissance économique du Québec. La même année, la Fédération de l'informatique du Québec le classait parmi les 25 Bâtisseurs des technologies de l'information et des communications. En 2007, M. Trottier a été nommé membre de l'Ordre du Canada. L'Université de Montréal et l'Institut universitaire de technologie de l'Ontario lui ont décerné un doctorat honorifique, en 2011 et en 2013 respectivement.

M. Trottier est le cofondateur en 2000 de la Fondation de la famille Trottier. Celle-ci a versé de généreux dons à l'Université McGill, à l'École Polytechnique de Montréal, au Centre universitaire de santé McGill, au Centre hospitalier de l'Université de Montréal et à de nombreux organismes des domaines de l'enseignement des sciences et de la santé. Au nombre des nombreuses contributions de M. Trottier aux secteurs des sciences et de la recherche, mentionnons la mise sur pied de la Chaire d'astrophysique et de cosmologie Lorne Trottier, de la Chaire de génie aérospatial Lorne Trottier, de l'Institut Trottier pour la science et la politique publique, de l'Institut Trottier pour la durabilité en ingénierie et design de l'Université McGill et de l'Institut de l'énergie Trottier à l'École Polytechnique de Montréal.

M. Trottier est un grand passionné de l'espace et un membre du comité du millénaire de la Planetary Society. En 2014, grâce à l'appui de M. Trottier et de la Fondation de la famille Trottier, l'Université Simon Fraser a inauguré le Trottier Observatory and Courtyard et le Trottier Studio for Innovative Science Education.

Fred George

Président et chef de la direction de JLK Global Fund International et ancien capitaine honoraire de la Marine royale canadienne

Fred George est le président et chef de la direction de JLK Global Fund International et l'ancien président du conseil d'administration de Gammon Gold, producteur d'or et d'argent en activité au Mexique.

M. George a consacré une grande partie de sa carrière aux activités de financement par capital de risque et il continue de conseiller des gestionnaires de fonds et des banquiers du monde entier, notamment de New York, de Londres, de Genève, de Zurich et de Paris. À titre de président et chef de la direction de Gammon Gold, M. George a facilité l'acquisition et la consolidation d'un des plus importants districts d'exploitation de l'or et de l'argent du Mexique et il a obtenu l'inscription de Gammon Gold aux bourses de Toronto et de Berlin.

En 2003, M. George a donné le signal d'ouverture de l'American Stock Exchange et, en 2008, il a donné le signal pour l'ouverture du New York Stock Exchange lorsque la société Gammon Gold a été cotée à cette bourse. En 2011, M. George était au nombre des 10 meilleurs dirigeants d'entreprise du Canada et, en 2012, la Mining Society of Nova Scotia lui a décerné un prix pour l'ensemble de ses réalisations.

M. George est reconnu pour son engagement communautaire de longue date. Il a effectué des dons importants à la Bridgeway Academy and Sacred Heart School de Halifax, à des organismes voués à l'autisme, à l'Association canadienne pour la santé mentale, à la Société de l'arthrite, aux Olympiques spéciaux, au Centre de ressources pour les familles des militaires de Halifax et de la région, aux familles des militaires, et au programme de leadership Fred George de l'Université St. Francis Xavier. En 2011, M. George a été nommé président honoraire d'UNICEF Canada et salué par la Clinton Foundation pour son service communautaire et ses campagnes de financement afin de venir en aide aux populations vulnérables du monde entier.

M. George est capitaine honoraire de la Marine royale canadienne. La Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II lui a été décernée pour ses réalisations auprès de la Marine. En 2013, M. George a également été décoré de l'Ordre de la Nouvelle-Écosse. M. George a obtenu un doctorat honorifique en commerce (honoris causa) de l'Université St. Mary's pour son esprit entrepreneurial exceptionnel et sa passion du service communautaire.

John Keating

Directeur, Sandvine et ancien président de COM DEV International Ltd.

John Keating compte plus d'une quarantaine d'années d'expérience dans les secteurs de l'aérospatiale et de la haute technologie au Canada et en Europe.

M. Keating est natif de l'Angleterre, où il a étudié le génie mécanique et le génie de la production à la Polytechnique Leicester (maintenant l'Université De Montfort), sous le parrainage de Marconi Radar Systems. Le Collège Conestoga lui a décerné un baccalauréat honorifique en études appliquées en 2006, et l'Université de Waterloo lui a conféré un doctorat honorifique en génie en 2011. Le Directors College, un programme offert conjointement par le Conference Board du Canada et la DeGroote School of Business de l'Université McMaster, lui a décerné le titre d'administrateur agréé.

Au cours de sa carrière, M. Keating a occupé divers postes fonctionnels et administratifs au sein d'entreprises de haute technologie de la Grande-Bretagne, de la Hollande et du Canada. Il a joint les rangs de COM DEV International en 1992, où il a d'abord assuré la gestion d'importants programmes, d'unités fonctionnelles et de groupes d'exploitation pour ensuite assumer la présidence de COM DEV Wireless (appelé par la suite COM DEV Broadband) en 1998 et la présidence de COM DEV Space en 1999, après quoi il a occupé le poste de chef de l'exploitation en 2001 et de président-directeur général en 2002.

En 2006, M. Keating a été nommé membre du conseil d'administration de Sandvine Incorporated et il continue de siéger aux comités de la Vérification, de la Gouvernance de la société et de la Nomination et rémunération du conseil.

M. Keating a eu l'occasion de prendre la parole lors de la prestigieuse conférence Turnbull de l'Institut aéronautique et spatial du Canada en 2006. Il était au nombre des finalistes dans le cadre du concours du Grand prix de l'entrepreneur EY pour l'Ontario en 2006. Sous son leadership, COM DEV a remporté en 2010 le Prix du Premier ministre de l'Ontario pour l'excellence en innovation. La Ville de Cambridge lui a décerné un prix pour l'ensemble de ses réalisations en 2009.

M. Keating siège actuellement aux conseils d'administration de Cambridge and North Dumfries Hydro. Par le passé, il a été membre et président du Bureau des gouverneurs du Collège Conestoga, directeur et président du conseil d'administration de Communitech Corporation ainsi que membre du conseil d'administration du Canadian Digital Media Network et du Cambridge Economic Development Advisory Council.

Chris Hadfield

Colonel, astronaute canadien à la retraite et ancien commandant de la Station spatiale internationale

Né le 29 août 1959 à Sarnia et élevé à Milton, en Ontario. Le colonel Chris Hadfield est marié à Helene Hadfield (née Walter) et il est père de trois enfants. Il aime le ski, l'équitation, le jogging, le volleyball et le squash. Il aime également jouer de la guitare, chanter et écrire. Ses parents, Roger et Eleanor Hadfield, habitent près de Milton. La mère d'Helene, Gwendoline Walter, réside à Victoria, en Colombie-Britannique. Son père, Erhard Walter, est décédé.

En 1977, il reçoit un diplôme de la Milton District High School et il est lauréat du Mérite scolaire de l'Ontario. Il obtient en 1982 un baccalauréat spécialisé en génie mécanique (avec distinction) du Collège militaire royal de Kingston, en Ontario. En 1982, il poursuit des études supérieures à l'Université de Waterloo, en Ontario. Il termine sa maîtrise en systèmes aéronautiques de l'Université du Tennessee en 1992.

Membre du Club du Collège militaire royal, de la Society of Experimental Test Pilots et de l'Institut aéronautique et spatial du Canada. Parrain d'honneur du Collège Lambton et membre du conseil d'administration de la Lakefield College School. Membre du conseil de l'International Space School Foundation. Membre du conseil de la fondation Les ailes d'époque du Canada. Président de l'Association des explorateurs de l'espace.

Il reçoit le prix Liethen-Tittle en sa qualité de pilote par excellence de la USAF Test Pilot School (1988), le United States Navy Test Pilot of the Year (1991) et un doctorat honorifique en génie du Collège militaire royal (1996). Il est membre de l'Ordre de l'Ontario (1996) et il obtient un doctorat honorifique en droit de l'Université Trent (1999). On lui remet également le prix Vanier (2001), la Croix du service méritoire (2001), la Médaille pour service exceptionnel de la NASA (2002) et la Médaille du jubilé d'or de la Reine (2003). Il est ensuite intronisé au Panthéon de l'aviation du Canada (2005). La Monnaie royale canadienne produit des pièces de monnaie en argent et en or afin de commémorer son historique sortie dans l'espace lors de l'installation du Canadarm2 sur la Station spatiale internationale (2006). Officier de l'ordre du Canada (2014).

Élevé sur une ferme consacrée à la culture du maïs dans le sud de l'Ontario, Chris Hadfield s'intéresse très jeune au pilotage et devient cadet de l'air. Il décroche une bourse de pilote de planeur à l'âge de 15 ans et une autre bourse de pilote d'avion propulsé à 16 ans. Il enseigne également le ski et le ski de compétition à plein temps et à temps partiel pendant 10 ans.

Chris Hadfield entre dans les Forces armées canadiennes en mai 1978. Il passe deux ans au Collège militaire Royal Roads à Victoria, en Colombie-Britannique, et deux autres années au Collège militaire royal de Kingston, en Ontario, où il complète, en 1982, son baccalauréat en génie mécanique. En 1980, on lui décerne le titre de meilleur pilote lors de son entraînement élémentaire à Portage La Prairie, au Manitoba. En 1983, il récolte la meilleure note globale à la fin de son entraînement de pilote d'avion à réaction de niveau élémentaire à Moose Jaw en Saskatchewan et, en 1984-1985, il se soumet à un entraînement sur CF-5 et CF-18 à Cold Lake, en Alberta.

Pendant les trois années suivantes, Chris Hadfield fait partie de l'escadron 425 où il pilote des CF-18 pour le compte du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD). Au cours de cette période, il participe, aux commandes d'un CF-18, à la première interception d'un avion soviétique « Bear ». Il fréquente la United States Air Force (USAF) Test Pilot School à la base aérienne Edwards, en Californie, puis est nommé officier d'échange des forces navales des États-Unis à la Strike Test Directorate de la base aéronavale de Patuxent River. De 1989 à 1992, il compte plusieurs réalisations dont des essais sur des avions F/A-18 et A-7, des travaux de recherche avec la NASA portant sur les marges de commande en tangage en simulation et en vol, le premier vol militaire d'un F/A-18 à moteurs à performance accrue, le premier vol d'essai du National Aerospace Plane à système de propulsion à combustion extérieure d'hydrogène, le développement d'une nouvelle échelle de cotation de qualités de vol pour des essais à angle d'attaque élevé et la participation au programme de formation à la reprise des commandes d'un F/A-18 hors de contrôle. Chris Hadfield pilote ainsi plus de 70 types d'avions différents.

En juin 1992, Chris Hadfield figure parmi les quatre nouveaux astronautes canadiens sélectionnés dans un bassin de 5 330 candidats. En août de la même année, il est retenu par l'Agence spatiale canadienne pour suivre un entraînement au Centre spatial Johnson de la NASA, à Houston, au Texas. Il travaille alors à la résolution de problèmes techniques et de sécurité pour le groupe chargé de la préparation des activités de la navette, à la mise au point d'un poste de pilotage à écrans cathodiques pour la navette et au service responsable de fournir l'appui nécessaire au lancement des navettes au Centre spatial Kennedy, en Floride. En outre, Chris Hadfield se voit confier par la NASA le rôle de capcom principal, c'est-à-dire la voix du centre de contrôle de mission qui communique avec les astronautes en orbite, et ce, dans le cadre de 25 missions de la navette spatiale. De 1996 à 2000, il représente les astronautes de l'ASC et coordonne leurs activités à titre d'astronaute en chef.

De 2001 à 2003, Chris Hadfield est affecté à la Cité des étoiles, en Russie, où il oeuvre comme directeur des opérations pour le compte de la NASA au Centre Youri Gagarine pour la formation des cosmonautes. Son travail consiste à coordonner et à diriger toutes les activités des équipages de la station spatiale en Russie, à superviser le personnel chargé de l'entraînement et du soutien offerts aux équipages et à négocier diverses politiques avec le Programme spatial russe et d'autres partenaires internationaux. Après un entraînement particulier, il acquiert les compétences faisant de lui un ingénieur de bord pleinement qualifié pour prendre place à bord du vaisseau spatial Soyouz TMA et pour réaliser des activités extravéhiculaires vêtu du scaphandre spatial russe Orlan.

Chris Hadfield est maintenant un astronaute civil de l'ASC puisqu'il a pris sa retraite de l'Aviation canadienne en 2003, après 25 années de service militaire. De 2003 à 2006, il a agi comme chef du Département de robotique du bureau des astronautes de la NASA au Centre spatial Johnson de Houston, au Texas, et il a occupé le poste de chef de l'exploitation de la Station spatiale internationale au même endroit de 2006 à 2008.

En novembre 1995, Chris Hadfield s'envole en tant que premier spécialiste de mission dans le cadre de la mission STS-74, la deuxième mission de rendez-vous et d'amarrage de la navette américaine avec la station spatiale russe Mir. Pendant le vol, l'équipage à bord de la navette Atlantis fixe un module d'amarrage pesant cinq tonnes sur la station Mir et transfère plus de 1000 kilogrammes de nourriture, d'eau et d'instruments scientifiques à l'intention des cosmonautes. Chris Hadfield devient le premier spécialiste de mission canadien, le premier Canadien à manoeuvrer le Canadarm en orbite et le seul Canadien à visiter la station Mir.

En avril 2001, Chris Hadfield assume la fonction de premier spécialiste de mission pour la mission STS-100 ou vol 6A d'assemblage de la Station spatiale internationale. Ce vol de 11 jours à bord de la navette Endeavour vise essentiellement à livrer et à installer le nouveau bras robotique canadien Canadarm2 ainsi que le module logistique polyvalent Raffaello de conception italienne. Durant cette mission, Chris Hadfield effectue deux sorties extravéhiculaires. Il devient ainsi le premier Canadien à quitter un engin spatial et à évoluer librement dans l'espace. Chris Hadfield passe un total de 14 heures et 54 minutes dans le vide spatial et effectue dix fois le tour de la Terre.

De 2008 à 2009, Chris Hadfield est affecté comme relève de Bob Thirsk pour le vol de longue durée Expedition 20/21. Il s'entraîne alors en vue de vivre et de travailler pendant une période pouvant atteindre 6 mois à bord de la Station spatiale internationale. Au terme de cette affectation, il appuie la Direction de l'exploitation de l'ISS et élabore des procédures d'urgence pour la station.

Du 10 au 23 mai 2010, Chris Hadfield assume le rôle de commandant de la mission sous-marine NEEMO 14 de la NASA visant à tester des concepts d'exploration dans un habitat immergé situé au large des côtes de la Floride. La mission NEEMO 14 utilise le plancher océanique pour simuler des missions d'exploration de la surface d'astéroïdes, de lunes et de la planète Mars. On cherche ainsi à mieux comprendre comment un équipage d'astronautes interagit avec divers équipements, comme des combinaisons spatiales perfectionnées, un atterrisseur, un rover ou des bras robotiques.

En juin 2010, Chris Hadfield participe au Projet de recherche du lac Pavilion, situé à 420 kilomètres au Nord-Ouest de Vancouver. Le lac Pavilion est l'un des rares endroits sur Terre où l'on retrouve des microbialites. L'équipe de recherche fait appel à une combinaison de véhicules télécommandés, de véhicules submersibles autonomes, de plongeurs et de submersibles DeepWorker afin d'étudier la formation des microbialites et de faciliter la recherche de possibles formes de vie extraterrestres lors des prochaines missions vers Mars.

En septembre 2010, Chris Hadfield est affecté à la mission Expedition 34/35. Le 19 décembre 2012, il s'est envolé à bord d'un véhicule russe Soyouz et est devenu le deuxième Canadien à prendre part à un vol de longue durée à bord de l'ISS. Le 13 mars 2013, il est devenu le premier Canadien à prendre le commandement d'un engin spatial et assume les fonctions de commandant de l'ISS pendant la seconde partie de son séjour de cinq mois dans l'espace. Le 13 mai, Hadfield, Tom Marshburn et Roman Romanenko ont atterri au Kazakhstan après avoir voyagé près de 99,8 millions de kilomètres, complétant 2 336 orbites de la Terre. Le trio a passé 146 jours dans l'espace dont 144 à bord de la station.

En juin 2013, Chris Hadfield a annoncé qu'il prendrait sa retraite de l'ASC à compter du 3 juillet 2013 pour relever de nouveaux défis.

Renseignements

  • Jake Enwright
    Attaché de presse
    Cabinet du ministre de l'Industrie
    613-995-9001

    Relations avec les médias
    Industrie Canada
    343-291-1777
    relations-medias@ic.gc.ca