Jobboom

Jobboom

16 mars 2005 09h53 HE

Un dossier à lire dans l'édition du 15 mars du magazine Jobboom: Les travailleurs sont-ils des délinquants?


COMMUNIQUE TRANSMIS PAR CCNMatthews

POUR: JOBBOOM

LE 16 MARS 2005 - 09:53 ET

Un dossier à lire dans l'édition du 15 mars du
magazine Jobboom: Les travailleurs sont-ils des
délinquants?

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 16 mars 2005) -

Aussi : La menace des gestionnaires - Domptez votre cellulaire -
Camionnage : l'amour sur la banquette! - L'importance des références
d'emploi - Les difficultés du recyclage en entreprise - Les Québécois
champions de la sédentarité

Qui n'a jamais commis une petite lâcheté au travail? Ecrire un courriel
à sa nouvelle flamme, piquer un crayon ou un rouleau de papier
hygiénique... Dans cette vaste tournée des écarts de conduite, des
salariés québécois de tout acabit révèlent leurs faiblesses passagères.
A partir de leurs confidences, le magazine Jobboom a dressé un
"palmarès" des sept grands classiques de la délinquance au boulot en
2005 : procrastination, trahison, vol, etc. C'est mignon. Presque banal.
Mais le hic, c'est que nos petites lâchetés individuelles entraînent des
coûts qu'on assume collectivement. Résultat : de plus en plus, les
employeurs tentent de moraliser leurs troupes. (Un dossier de
Jean-Sébastien Marsan et de Steve Proulx à lire en page 20)

Les gestionnaires : nuisance publique?

Ils nous épient, nous jugent, et nous "calculent". Peu à peu, ils nous
contaminent. Bientôt, nous serons tous malades à cause d'eux. Qui ça?
Les gestionnaires! Pour Vincent de Gaulejac, sociologue de l'Université
Paris-VII, les gestionnaires se sont emparés du pouvoir économique et
imposent leur logique de gestion à l'ensemble de la société. Ainsi, tout
est géré, plutôt que vécu, même le sexe! Avec leur culture de haute
performance, ils mettent tout le monde sous pression. La dérive
gestionnaire nous menace-t-elle? (Une entrevue d'Eric Grenier à lire en
page 8)

Les insolences d'un cellulaire

Qu'on le veuille ou non, le téléphone à poche fait irrémédiablement
partie du décor social. La technologie évolue à la vitesse grand V, mais
le savoir-vivre de ses utilisateurs, beaucoup moins. A quand les cours
d'éducation à l'utilisation du cellulaire? (Un article d'Alexandre
Robillard à lire en page 15)

L'amour sur la banquette

L'industrie québécoise du camionnage a besoin de renforts! Entre août
2004 et août 2005, on estime qu'on devra embaucher quelque 4 000
conducteurs de camion pour palier les nouveaux besoins et les départs à
la retraite. Or la vie de camionneur n'est pas de tout repos et pèse
parfois lourd sur la vie personnelle. Certains ont trouvé la solution :
partager le volant avec leur tendre moitié! (Un dossier d'Alexandre
Benoît et de Jean-Sébastien Marsan à lire en page 35)

Soignez vos références

Souvent préparées à la va-vite, les références de vos employeurs
précédents constituent pourtant une information déterminante lorsque
vous postulez un nouvel emploi. Plusieurs entreprises mènent de
véritables enquêtes sur le passé professionnel d'un candidat, histoire
de vérifier qu'il ne cite pas uniquement son meilleur copain ou qu'il
n'a pas semé la pagaille dans la boîte. Sachez contrôler cette étape
essentielle du processus de recrutement. (Un article de Sylvie Rivard à
lire en page 56)

Faire son bac : les patrons veulent recycler, les employés, moins...

Les entreprises se mettent au recyclage, et la plupart y gagnent
financièrement : elles paient moins cher pour enfouir leurs déchets.
Mais le plus difficile n'est pas de changer le système de gestion des
déchets, mais de convaincre les employés de ne pas tout balancer dans la
même poubelle! (Un texte d'Anick Perreault-Labelle à lire en page 12)

Mise en forme : et que ça saute!

Les Québécois sont les champions de la sédentarité au pays. Mais avec
les nouveaux programmes aux noms olé-olé qui se multiplient dans les
centres de conditionnement physique, il n'y a plus d'excuse possible.
Même pas le manque de temps, ennemi numéro un de nos muscles. Pistes et
conseils pour mettre toutes les chances de votre côté. (Un texte de
Marie-Lyse Paquin à lire en page 18)

Allemagne : travailler pour 200 $ par mois, ou moins...

Pendant que le taux de chômage atteint des sommets plus élevés que les
montagnes de la Forêt-Noire, les jeunes diplômés allemands ne trouvent
souvent d'autre manière d'acquérir de l'expérience que de travailler
pour peu ou pour rien. Il semble qu'en langue germanique, on appelle
cela... un stage. Formateur, certes, mais nombreux sont les diplômés qui
les enchaînent sans trop savoir où ils vont mener. Une source de
main-d'oeuvre à bon marché pour les employeurs? (Un texte de
Jean-François Perreault à lire en page 10)

Grand nez

Yann Contratto se laisse mener par le bout du nez. Normal : c'est l'un
des rares spécialistes olfactifs du Québec. Il place ses narines au
service d'usines, de chocolateries ou de sites d'enfouissement, par
exemple, afin de débarrasser l'air des mauvaises odeurs. C'est ce qu'on
appelle avoir du pif! (Un portrait signé Steve Proulx à lire en page 62)

Consultez notre édition en ligne à : http://www.jobboom.com/magazine.

Jobboom, membre du réseau Canoë, est une filiale de Canoë Inc. et de
Quebecor Média.

-30-

Renseignements

  • POUR PLUS D'INFORMATIONS, COMMUNIQUER AVEC:
    Source :
    Jobboom
    ou
    Renseignements :
    Relations publiques Andrée Peltier
    Andrée Peltier
    (514) 846-0003