Jobboom

Jobboom

22 nov. 2006 07h00 HE

Un dossier à lire dans l'édition du 15 novembre du magazine Jobboom : Sournoise, la discrimination en emploi est de plus en plus difficile à enrayer

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 22 nov. 2006) - Aussi : Un guide pour boire comme du monde - Cartes de Noël : les voeux sont faits - Benoit Séguin et la mauvaise éducation - Espagne : la sieste s'en va au diable - Le Québec s'enlise-t-il vraiment? - Des patrons demandent à leurs employés de ralentir - Si leur boss était le père Noël... - Le bonhomme sept heures au travail - Vendeurs d'automobiles : tasse-toi "mononcle"! - Soins infirmiers : changement de garde - Un itinéraire gourmand en Montérégie

Trop vieux. Trop noir. Trop croyant. Trop gai. Trop handicapé. Trop femme. Il n'en faut pas plus pour que des employeurs les paient moins, leur ferment la porte au nez, leur montrent la sortie ou fassent en sorte qu'ils la trouvent. Dans un Québec fier de ses lois égalitaires, la discrimination en emploi frappe encore. Les coups bas sont nombreux et de plus en plus sournois. En 2005-2006, 385 dossiers de discrimination en emploi ont été ouverts à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Et ce n'est que la pointe de l'iceberg. Car si une victime de violence conjugale attend d'être frappée jusqu'à 10 fois avant de porter plainte, on peut supposer la même chose pour un travailleur victime de discrimination.

Dans ce portrait original de la discrimination en emploi au Québec, des travailleurs racontent à la journaliste Corinne Fréchette-Lessard comment ils ont été mis sur la touche pour les mauvaises raisons. Et la journaliste Marie-Hélène Proulx explique pourquoi, malgré de bonnes intentions, la discrimination en emploi demeure aussi cruellement d'actualité. (Un dossier choquant à lire en page 22.)

La mauvaise éducation

C'est à l'école qu'on apprend à lire et à écrire... "Mensonge!" rétorque Benoit Séguin, coauteur du livre Le grand mensonge de l'éducation (Lanctôt, 2006). Selon ce professeur de français, l'école québécoise forme toute une génération d'illettrés. Le Québec se prépare-t-il à des lendemains qui déchantent, avec son école "médiocratique"? (Une entrevue d'Eric Grenier à lire en page 10.)

Le vin pour les caves

Avec les fêtes qui approchent, les occasions de boire du vin se multiplient. Le plaisir aussi, à condition de savoir choisir une bonne bouteille. Sachez enfin quel fin pinard boire avec une poutine, une tourtière ou un pâté chinois, entre autres... (Un guide pratique signé Martine Roux à lire en page 18.)

Voeux, voeux pas

Leur retour est imminent. Signées à la main ou étampées en série, peintes sur carton gaufré ou animées en 3D, les cartes de Noël s'en viennent donner des maux de tête aux travailleurs. Cette jolie tradition a-t-elle d'autres buts que de nourrir les bacs à recyclage? (Un article de Marie-Hélène Proulx à lire en page 16.)

Les immobiliers

Ce mois-ci, le chroniqueur Eric Grenier prend à contre-pied ceux qui dénoncent l'immobilisme du Québec, à commencer par Lucien Bouchard. Au contraire, le Québec fourmille de projets audacieux. Milliards de dollars à l'appui. (A lire en page 15.)

Adieu siesta?

En Espagne, la sieste traditionnelle n'est pas reposante. Tellement, que ce pays tente de l'abolir! (Un revirement des moeurs espagnoles décrit par Marie-Eve Cousineau en page 14.)

Wô les moteurs!

Prendre une heure de lunch à l'extérieur du bureau, profiter de tous ses congés et savoir dire non quand la tâche devient trop lourde? En pleine épidémie de burnout, des dirigeants d'entreprise cessent de faire l'autruche et demandent à leurs employés de ralentir. Quitte à prêcher par l'exemple. A l'heure du toujours plus avec moins, c'est le monde à l'envers. (Un dossier de Sara-Emmanuelle Duchesne à lire en page 12.)

Si mon patron était le père Noël

Qui ne rêve à rien n'a rien. Alors, nous avons demandé à des travailleurs de formuler quelques souhaits pour inspirer de généreux patrons! A lire leurs réponses, on a l'impression qu'ils y pensaient déjà depuis un bon moment... (Un vox pop réalisé par Corinne Fréchette-Lessard à lire en page 28.)

Le bonhomme sept heures

Daniel Pelletier est l'homme de l'heure. Sans lui, bien des Montréalais seraient toujours en retard! (Portrait d'un horloger hors du commun esquissé par Corinne Fréchette-Lessard en page 50.)

Tasse-toi mononcle !

Une rémunération plus stable et une formation mieux encadrée contribuent à asseoir la crédibilité des bons vieux vendeurs de chars. (Un dossier de Judith Lussier à lire en page 38.)

Changement de garde

Pour contrer les pénuries de personnel, un bon remède : revoir l'organisation du travail. A cet égard, des innovations en soins infirmiers laissent entrevoir des jours meilleurs. (Un article de Jean-Sébastien Marsan à lire en page 31.)

La plaine emploie

Cidre, pommes, miel, vins, élevages... La Montérégie est une corne d'abondance pour les gourmands et les entrepreneurs de l'alimentation. (Un itinéraire gourmand signé Emmanuelle Gril et Geneneviève Dubé en page 42.)

Consultez notre édition en ligne à : http://carriere.jobboom.com/magazine.

Jobboom, membre du réseau Canoë, est une filiale de Canoë inc. et de Quebecor Média.

Renseignements

  • Jobboom
    Andrée Peltier
    Relations publiques Andrée Peltier
    514-846-0003