Jobboom

Jobboom

18 oct. 2005 07h00 HE

Un dossier à lire dans l'édition du 15 octobre du Magazine Jobboom, L'école est-elle à vendre?

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 18 oct. 2005) -

Aussi : Bilan du placement des diplômés 2005 - Pratiquer le même métier que ses parents : des risques? - La révolution de la bière - 7 suggestions d'activités d'automne - L'emploi en TI : état des lieux - L'équité salariale existera-t-elle? - Les centres d'appels sont là pour rester - Orientation scolaire : la bonne direction? - Reportage photo : commerçants d'un autre temps

Le campus Ubisoft, la chaire d'entrepreneuriat Rogers, le pavillon Jean-Coutu... L'école et l'entreprise sont de plus en plus "copain-copain". Dons, partenariats, commandites, chaires de recherche se multiplient. Si certains s'en réjouissent, d'autres dénoncent ces liens jugés dangereux pour la qualité et l'intégrité de l'éducation. Mais le déclin démographique et le régime strict imposé par le gouvernement au système d'éducation ne rendent pas la tâche facile aux écoles. D'où la tentation de faire appel de plus en plus aux entreprises pour se financer. Ces contributions sont-elles intéressées? Que demandent les entreprises en échange? (Un dossier exclusif de Marie-Hélène Proulx, Jean-Sébastien Marsan et Léa Roboam à lire en page 20.)

Jusqu'à 70 % plus d'offres d'emploi

Selon une enquête effectuée en juin dernier par Jobboom, les offres d'emploi se sont multipliées par rapport à l'année dernière dans les services de placement des centres de formation professionnelle, des cégeps et des universités du Québec. Selon les établissements et les spécialités, on rapporte des augmentations allant jusqu'à 70 % comparativement à 2004. (Une enquête exclusive de Marie-Hélène Proulx, Guylaine Boucher et Kareen Quesada à lire en page 31)

Comme papa, comme maman

Choisir le même métier que ses parents, est-ce une bonne idée? Chose certaine, il est possible de se forger un prénom bien à soi, à l'extérieur du giron parental. Témoignages de l'actrice Sophie Faucher, du clown Frederico et de la traductrice Julie Lanctôt. (Un article de Mylène Tremblay à lire en page 64)

Une bière, mon minou?

Il fut un temps où les Québécois buvaient "right through" (prononcer rye-trou) une grosse Dow tablette. Les temps ont changé : désormais connaisseurs et dégustateurs capricieux, ils font évoluer l'industrie québécoise de la bière. Portrait en noir, roux et blond de la révolution de la broue. (Un tour d'horizon de Marie-Lyse Paquin à lire en page 17)

Jouer DEHORS!

Y a-t-il plus belle saison que l'automne pour bouger dehors? V'là le bon vent et sept propositions de sorties week-end à faire en famille, en solo ou en amoureux. (Des suggestions de Jean-François Perreault à lire en page 14)

L'orientation scolaire : girouette ou rose des vents?

En 2007, l'école deviendra "orientante"! Ce qu'il faut comprendre de ce néologisme digne de la bonne bureaucratie, c'est que toutes les matières scolaires devront dorénavant permettre à l'élève de trouver sa voie. Reste à voir si l'école, elle, prend la bonne direction. (Un aperçu d'Alexandre Benoit en page 10)

Les lendemains de veille de l'industrie des TI

Cinq ans après l'éclatement de la bulle, l'industrie des technologies de l'information et de la communication se relève doucement. La débâcle a permis une sélection naturelle et les entreprises qui y ont survécu forment désormais la crème de cette industrie au Québec. Mais elle doit désormais affronter d'autres menaces. (Un dossier de Jean-François Perreault à lire en page 58)

L'équité salariale sera-t-elle un mythe?

A quelques semaines de l'échéance pour l'application de la Loi sur l'équité salariale, des milliers de Québécoises attendaient toujours leur pécule et des employeurs justifiaient leurs retards. Rien pour ébranler Rosette Côté, présidente de la Commission dédiée au respect de la loi, qui travaille à combler les trous de cette loi gruyère. (Une entrevue de Eric Grenier à lire en page 8)

Centres d'appels : ici pour rester

Contrairement à la rumeur populaire et au vent de délocalisation, les centres d'appels du Québec ne prennent pas la poudre d'escampette. L'industrie est en réalité vigoureuse et cherche des candidats, malgré le désintérêt du gouvernement québécois à son endroit. Nous manquerions d'ailleurs de belles occasions d'affaires. Dans la première moitié de 2005, le Québec n'a créé que 18 CRC alors que le Nouveau-Brunswick en a ouvert 32 et l'Ontario, 88. (Un article de Annick Perreault-Labelle à lire en page 52)

Commerces d'un autre siècle : pas tuables!

En fouillant entre les immeubles montréalais, on trouve ici et là de petits commerces qui n'ont pas bougé d'un poil de poussière. Tenus par des passionnés qui refusent de se convertir au 21e siècle, ils vendent chapeaux, hot-dogs vapeur, bouquins ou hameçons à la mode d'antan. Un passé qui fait office de bouffée d'air frais. (Un reportage photographique signé Nathalie St-Pierre et Corinne Fréchette-Lessard à ne pas manquer en page 26)

Monsieur Net s'envoie en l'air!

D'un côté, le lever du soleil sur le centre-ville. De l'autre, une cliente en pyjama. Laveur de vitres sur des immeubles en hauteur, Jocelyn Levesque touche assurément au meilleur de la vie! (Un portrait signé Martine Roux à lire en page 70)

Les travailleurs biélorusses marchent droit

Dans la dernière dictature d'Europe, les travailleurs ont intérêt à marcher droit : depuis un an, pour gagner leur vie, ils doivent signer un contrat de travail individuel où le patron s'assure de leur docilité jusque dans les moindres détails. Bienvenue dans le post-communisme façon biélorusse. (De retour de Biélorussie, Denise Proulx expose ses constatations en page 13)

Consultez notre édition en ligne à : www.jobboom.com/magazine.

Jobboom est une division de Canoë inc. et de Quebecor Média.

Renseignements

  • Source :
    Jobboom
    ou
    Renseignements :
    Andrée Peltier
    Relations publiques Andrée Peltier
    (514) 846-0003