Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

17 sept. 2015 19h00 HE

Un forum réclame le maintien des services publics à North Bay

NORTH BAY, ONTARIO--(Marketwired - 17 sept. 2015) - Une assemblée publique sur les partenariats public-privés (PPP) se tiendra à North Bay ce soir. Des intervenants y feront valoir que la privatisation par l'entremise de ces soi-disant partenariats coûte plus cher que les projets réalisés par l'État. Ils expliqueront que les PPP sont tenus à moins de transparence et de reddition de comptes, et qu'ils font des ravages dans les services publics essentiels.

« Le Centre de santé régional de North Bay est la preuve que les PPP sont dispendieux et risqués. Cet hôpital coûte 7 millions de dollars de plus parce qu'il est financé par le privé plutôt que par l'État. Les coûts élevés de ce PPP ont déjà entraîné des mises à pied et des fermetures de lits, après quatre ans d'activité seulement. Et ce n'est pas un cas isolé : selon le vérificateur général provincial, depuis dix ans, les PPP ont coûté aux contribuables 8 milliards de dollars de plus que si ces projets avaient été réalisés par l'État. Les PPP sucent l'argent de nos services publics », a expliqué l'économiste en chef du SCFP, Toby Sanger.

Le forum se tiendra alors que la ville de North Bay envisage de réaménager son établissement municipal de soins de longue durée, Cassellholme. On y parlera également des dangers que représentent les PPP pour les soins de longue durée.

« Les soins de longue durée sans but lucratif prodigués par l'État font partie de l'identité canadienne. Il faut les protéger. Il faut investir plus, et non pas moins, dans les soins aux personnes âgées et vulnérables. Il faut élargir l'accès aux soins et réduire le temps d'attente, dans le nord de l'Ontario comme partout en province. Et les soins sans but lucratif prodigués par l'État sont au cœur des solutions que nous proposons », a ajouté Natalie Mehra, directrice générale de l'Ontario Health Coalition.

Le forum aura lieu ce soir, à 19 heures, à l'hôtel Best Western de la promenade Lakeshore.

L'animateur de la soirée, Henri Giroux, travaille comme cuisinier chez Cassellholme depuis 37 ans. Selon lui, la protection des établissements publics de soins de longue durée est le premier pas à faire pour obtenir les améliorations si nécessaires aux bons soins des aînés. Il propose entre autres l'adoption d'une norme minimale de quatre heures de soins personnels quotidiens par pensionnaire. Henri Giroux est également président du Conseil du travail de North Bay et sa région.

Le président du SCFP-Ontario, Fred Hahn, a affirmé que les citoyens sont de plus en plus réticents à privatiser les services et les établissements publics. « Le nombre de collectivités qui disent non à la privatisation augmente. On constate aussi un mouvement d'opposition à la vente d'Hydro One. Les libéraux provinciaux nous ont enseigné de coûteuses leçons avec leurs PPP. Les gens ne gobent plus l'argument voulant que les compressions et la privatisation sont les seules solutions possibles, » a-t-il ajouté.

Les élections fédérales pourraient marquer un point tournant pour les services publics au pays, selon le président national du SCFP, Paul Moist. « Les PPP ne cherchent pas ce qui est le mieux ou le plus économique pour la société. Ils ne s'orientent qu'en fonction des profits et de la politique, un point c'est tout. On ne peut pas diriger un foyer pour personnes âgées, ni tout autre service public, comme ça. La pression de privatiser vient d'abord du fédéral, avec les conservateurs de Harper. Le 19 octobre, nous pouvons mettre cette terrible politique publique à la poubelle en portant le NPD au pouvoir », a-t-il soutenu.

Le SCFP est le plus grand syndicat canadien. Il compte plus de 633 000 membres. En Ontario, 250 000 membres du SCFP fournissent les services publics de qualité sur lesquels nous comptons tous, au quotidien, aux quatre coins de la province.

Renseignements

  • Karin Jordan
    Service des communications du SCFP
    613-222-4436

    Henri Giroux
    Président du Conseil du travail de North Bay et sa région
    705-471-7746