Pêches et Océans Canada

Pêches et Océans Canada

06 juin 2012 14h00 HE

Un importateur de fruits de mer de Richmond reçoit une amende de 40 000 $ pour possession illégale d'ormeau, une espèce en voie de disparition

RICHMOND, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwire - 6 juin 2012) - Un ancien chef et propriétaire de la société d'importation Kin Seafood a reçu une amende de 40 000 $ pour possession illégale d'ormeau nordique.

Kai Kin Ng a été reconnu coupable à la cour provinciale de Richmond, le 15 mai 2012, d'infraction à un chef d'accusation de possession illégale d'ormeau nordique, une espèce protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril.

La cour a ordonné à Kai Kin Ng de payer une amende de 40 000 $, dont 35 000 $ à Pêches et Océans Canada pour le financement de la recherche sur le trafic et la distribution illicite de l'ormeau nordique. En outre, 280 kilogrammes d'ormeau, d'une valeur approximative de 50 000$ au détail, qui étaient saisis comme élément de preuve dans le cadre de l'enquête, ont été confisqués par la Couronne.

Le juge Chen a indiqué qu'en tant qu'ancien chef, M. Ng connaissait probablement la différence entre les espèces d'ormeau qui sont légales et celles qui sont illégales. Le juge a ajouté que les importateurs d'ormeaux ont le devoir de s'informer sur les obligations juridiques concernant leur industrie.

Après qu'on leur eut signalé la livraison d'une cargaison d'ormeau dans une installation de fret aérien de Vancouver le 12 novembre 2010, des agents des pêches du Services d'enquêtes et du renseignement de Pêches et Océans Canada ont constaté que les fruits de mer congelés avaient été transportés dans des locaux commerciaux de Richmond qui contenaient un congélateur-chambre loué à Kin Seafood Importers. Pendant leur enquête, les agents n'ont jamais reçu les documents relatifs aux fruits de mer qui sont exigés en vertu de la loi.

Des échantillons d'ormeau congelé ont été envoyés au laboratoire de génétique moléculaire de la Station biologique du Pacifique de Pêches et Océans Canada, à Nanaimo, en Colombie-Britannique, pour une analyse de l'ADN. Il a été confirmé que cinq des sept échantillons soumis à un test génétique provenaient d'ormeaux nordiques.

Le 16 décembre 2010, des agents des pêches munis de mandats de perquisition se sont rendus à la résidence de M. Ng et aux locaux d'entreposage inspectés plus tôt. Cette fois, on a saisi 48 boîtes d'ormeau (960 kilogrammes), et une analyse de l'ADN a de nouveau confirmé la présence d'ormeau nordique.

En raison de préoccupations importantes en matière de conservation soulevées par des scientifiques et des gestionnaires des pêches, toutes les pêches d'ormeaux de la Colombie-Britannique ont été suspendues en 1990. En 2003, l'ormeau nordique a été inscrit sur la liste des espèces menacées en vertu de la Loi sur les espèces en péril, qui vise à empêcher l'extinction des espèces menacées ou en voie de disparition, et à assurer leur rétablissement.

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a réévalué l'ormeau nordique en 2009 et a désigné l'espèce comme étant en voie d'extinction, parce que le rétablissement de la population d'ormeaux sauvages avait été minimal ou nul, notamment dans le cas des animaux matures capables de se reproduire. En 2011, l'espèce a été désignée comme étant en voie d'extinction en vertu de la Loi sur les espèces en péril.

Malgré des efforts soutenus dans le but de rétablir les populations d'ormeau et de poursuivre les personnes impliquées dans la pêche illégale et le trafic de l'espèce, l'ormeau nordique ne semble pas être en voie de rétablissement. La pêche illégale, qui est stimulée par le trafic, demeure une des principales menaces à la survie de l'ormeau nordique dans le milieu naturel.

Pêches et Océans Canada s'emploie à lutter contre la pêche illégale et le trafic. Dans le cadre de cet effort, le Ministère demande au public de signaler toute activité de pêche de cette nature, ainsi que toute infraction à la Loi sur les pêches, aux règlements connexes ou à la Loi sur les espèces en péril. Le numéro sans frais à composer à cette fin est le 1-800-465-4336.

Renseignements

  • Pêches et Océans Canada, région du Pacifique
    Leri Davies
    conseillère, Relations stratégiques avec les médias
    (604) 666-8675