SOURCE: Edward Jones

16 juin 2009 14h09 HE

Un investisseur canadien sur trois s’attend à récupérer ses pertes boursières dans les trois prochaines années

La stratège des marchés canadiens, Kate Warne, offre ses conseils pour aider les investisseurs à préparer leurs portefeuilles pour la reprise

TORONTO--(Marketwire - June 16, 2009) - Selon une récente étude commandée par la firme Edward Jones, pas moins de 31 pour cent des Canadiens s’attendent à récupérer, au cours des trois prochaines années, leurs épargnes de retraite perdues lors de la dernière année.

Parallèlement, une plus importante proportion de Canadiens (39 %) croit qu’il faudra plus de trois ans pour récupérer les montants perdus dans la dernière année.

La même étude a été menée aux États-Unis avec des résultats qui reflètent une confiance légèrement moins élevée chez nos voisins du Sud. En effet, alors que 26 pour cent des Américains s’attendent à récupérer leurs pertes au cours des trois prochaines années, 51 pour cent estiment qu’il leur faudra plus de trois ans pour y parvenir.

« Bien que personne ne peut affirmer avec certitude quand l’économie reprendra, nous savons que les investisseurs peuvent améliorer leur situation dès aujourd’hui en suivant certaines étapes pour être prêts », indique Kate Warne, stratège des marchés canadiens chez Edward Jones. « Le temps est venu pour les investisseurs d’examiner leur situation présente, de réévaluer leurs objectifs et d’adopter des mesures. »

Warne suggère les conseils suivants pour aider les investisseurs à prendre action aujourd’hui en vue de la reprise :

Préparez votre portefeuille en fonction de l’avenir et non du passé récent. Historiquement, les actions ont rapporté davantage que les obligations ou la liquidité sur des périodes de 10 ans ou plus. C’est peut-être une excellente occasion d’ajouter des placements en action ou en fonds communs de placement.

Cherchez des occasions d’épargner de l’impôt – l’importante chute des marchés peut faire en sorte que vous avez des placements dans des comptes non inscrits qui ont perdu de la valeur. Vous pourriez vendre ces actifs pour provoquer une perte de capitaux et utiliser les profits pour rééquilibrer et améliorer la qualité de votre portefeuille. Vous pourriez aussi contribuer à votre RÉÉR, à votre CÉLI ou à votre RÉÉÉ rapidement pour tirer avantage de la chute des prix des actions.

Évaluez la diversification et la qualité de votre portefeuille – examinez votre portefeuille pour garantir sa diversification et la présence d’investissement à long terme de qualité. Après la chute des marchés mondiaux, votre portefeuille pourrait devoir être révisé. Rencontrez votre conseiller financier pour examiner la situation et remettre le cap sur vos objectifs financiers.

« Il est temps d’analyser calmement la situation, sans crainte, ni émotivité », ajoute Warne. « L’expérience nous a enseigné que l’ajout de fonds dans un portefeuille d’action diversifié et de qualité peut vous permettre d’atteindre vos objectifs financiers à long terme plus rapidement. Vous devriez en parler avec votre conseiller financier. »

À propos d’Edward Jones

Edward Jones est un courtier en placement qui possède l’un des plus grands réseaux de succursales au Canada. Son cabinet est membre de l’Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières et du Fonds canadien de protection des épargnants, et est également coté à la Bourse de Toronto. Par l’intermédiaire de plus de 10 000 bureaux, Edward Jones et ses filiales desservent plus de 7 millions d’investisseurs individuels au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Edward Jones Limited exploite une entreprise au Canada sous le nom d’Edward Jones, et est une filiale à propriété exclusive d’Edward D. Jones & Co. LP, une société en commandite du Missouri. Edward D. Jones & Co. LP exploite une entreprise aux États-Unis sous le nom d’Edward Jones et est une filiale à propriété exclusive de The Jones Financial Companies, LLLP, une société à responsabilité limitée.

Les résultats du sondage canadien s’inspirent d’un sondage téléphonique mené par Léger Marketing auprès d’un échantillon représentatif de 844 adultes épargnant pour la retraite à l’échelle nationale, entre le 14 mai et le 17 mai 2009. Un échantillon de cette taille est considéré comme représentatif et précis à plus ou moins 3,4 pour cent, 19 fois sur 20.

Les résultats du sondage américain s’inspirent d’un sondage téléphonique mené par CARAVAN auprès d’un échantillon représentatif de 694 adultes épargnant pour la retraite à l’échelle nationale, entre le 23 avril et le 26 avril 2009. Un échantillon de cette taille est considéré comme représentatif et précis à plus ou moins 3 pour cent, 19 fois sur 20.

Renseignements