SOURCE: Fondation des maladies du cœur et de l’AVC

Fondation des maladies du cœur et de l’AVC

09 juin 2016 00h00 HE

Un lien en tête : le lien entre l'AVC et la démence est plus fort qu'on ne le pense

Les AVC silencieux, que la population ne sait pas reconnaître, augmentent le risque de démence

OTTAWA, ON--(Marketwired - 9 juin 2016) - Le Bulletin sur l'AVC 2016 de la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC (la " Fondation ") révèle un lien de plus en plus fort entre l'AVC et la démence, en particulier à cause du fait que les gens ignorent les AVC silencieux. Ces derniers se produisent cinq fois plus souvent que les AVC cliniques, et les deux affectent des personnes de plus en plus jeunes, entraînant des cas de démence plus fréquents et plus précoces. Il s'agit d'un appel à mettre l'accent sur une plus grande prévention.

De nouvelles données confirment qu'un lien profond existe entre ces deux maladies cérébrales. Avoir subi un AVC fait plus que doubler le risque d'une personne d'être atteinte de démence. Pour chaque 100 survivants d'un AVC sans antécédents de démence, 16 seront probablement atteints de démence après leur premier ou deuxième AVC. Une personne au pays sur trois sera aux prises avec une démence, un AVC ou les deux au cours de sa vie.

L'AVC survient lorsque la circulation sanguine est interrompue dans des parties du cerveau, tuant ainsi les cellules cérébrales. La déficience cognitive vasculaire est également la conséquence de troubles des vaisseaux sanguins et entraîne plusieurs types de déficiences cognitives, allant de symptômes relativement bénins à la démence vasculaire. Les AVC clinique et silencieux, celui qui survient lorsqu'un petit vaisseau sanguin se bouche d'une manière permanente sans conséquences physiques extérieures observables immédiates, peuvent causer la démence.

" Il faut étudier l'AVC et la démence comme s'il s'agissait d'une seule entité, car d'une certaine façon, ces deux affections n'en forment qu'une, dit le Dr Andrew Demchuk, directeur du Calgary Stroke Program. L'AVC cause la mort de cellules cérébrales, ce qui peut précipiter la survenue d'une démence ou en aggraver une préexistante. La démence a plusieurs causes, mais des travaux de recherche récents laissent penser que l'AVC joue un rôle très important. "

Selon un sondage* commandé par la Fondation, la population n'en sait pas beaucoup au sujet de l'AVC et de la démence : moins de la moitié des gens savent ce qu'est un AVC, et moins du tiers savent ce qu'est la démence et en connaissent les symptômes.

L'AVC silencieux révèle ses secrets

L'âge est en effet un facteur de risque d'AVC et de démence, et au fur et à mesure que la population vieillit, le nombre total d'AVC et de personnes atteintes de démence est en hausse. La recherche montre également que ces deux maladies atteignent des personnes de plus en plus jeunes. Selon les données les plus récentes de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS), 17 % des gens atteints étaient âgés de 20 à 59 ans. De plus, selon de nouvelles études qui utilisent la technologie d'imagerie cérébrale, les AVC silencieux surviennent plus tôt aussi.

" Environ 3 % des personnes dans la quarantaine au pays présentent des signes d'AVC silencieux. Ils subissent des AVC légers et ne s'en rendent pas compte. Il est ensuite trop tard pour intervenir, car les lésions sont irréversibles ", explique le Dr Eric Smith, neurologue spécialisé en AVC du Calgary Stroke Program et porte-parole de la Fondation.

Actuellement, une personne au pays sur dix de plus de 65 ans est atteinte de démence. Après 85 ans, cette proportion est de trois personnes sur dix. D'après le sondage, plus d'un quart de la population pense à tort que la démence fait partie du vieillissement.

La démence précoce entraîne des défis uniques, notamment un diagnostic difficile à établir, des difficultés professionnelles et financières, de même que des contraintes sur la vie familiale.

" Mes fonctions exécutives et ma capacité de trouver mes mots sont affaiblies, et ce de façon permanente. Je ne peux plus m'attaquer à plusieurs tâches simultanément comme autrefois, et ma mémoire à court terme me joue des tours. J'ai donc un tableau dans la cuisine, sur lequel je peux m'écrire des notes. Tout est inscrit sur mon calendrier. Heureusement que nous avons la technologie; ma vie en dépend ", dit Susan Robertson qui travaillait à temps plein en plus de s'occuper de ses enfants lorsqu'elle a subi un AVC, à 36 ans.

La prévention

On peut prévenir l'AVC, qu'il s'agisse d'un premier événement, d'une récidive, d'un accident ischémique transitoire (AIT, ou miniAVC) ou d'un AVC silencieux, en gérant ses facteurs de risque vasculaire, comme l'hypertension artérielle et l'hypercholestérolémie (taux élevé de cholestérol sanguin) et le diabète, ainsi que des comportements nuisibles pour la santé comme le tabagisme, la sédentarité et un régime alimentaire malsain. Il en va de même pour la démence. Les mêmes stratégies peuvent prévenir ou retarder cette affection, ou en ralentir la progression. L'activité physique et de nouveaux apprentissages, comme une langue étrangère ou un instrument de musique, sont particulièrement bénéfiques à la santé.

La population ignore les facteurs de risque.

  • L'hypertension artérielle en est le principal facteur de risque modifiable. Cependant, selon le sondage, moins d'un quart savent qu'il s'agit d'un facteur de risque.
  • Lorsqu'on demande à la population de nommer ces facteurs, seulement un quart évoquent le tabagisme, un tiers le régime alimentaire et moins d'un cinquième la sédentarité.

Il n'est jamais trop tôt pour prévenir l'AVC et la démence, et il n'est jamais trop tard pour en réduire le risque.

" Réduire votre risque d'AVC protège votre cerveau. Un mode de vie sain sert aussi à prévenir la démence. Tout ce que vous faites pour protéger votre santé physique protège donc aussi votre cerveau ", dit le Dr Smith.

Lorsqu'une personne subit un AVC ou un AIT, son risque de récidive augmente. Les services de prévention secondaire de l'AVC aident la population à prévenir une récidive après un premier accident. Les données montrent que l'accès aux services de prévention secondaire réduit le taux de mortalité de 25 %, ainsi que le risque de subir une récidive d'AVC entre 50 et 80 %. Ces services sont offerts par des cliniques ou d'autres types de services spécialisés partout au pays.

La Fondation a dressé un inventaire des services de prévention de l'AVC, révélant les faits suivants :

  • Les services de prévention sont présents dans toutes les provinces. On compte notamment au moins un service dans chaque région sociosanitaire urbaine.
  • Les grands centres comptent plus de cliniques et offrent en général un meilleur accès.
  • Plus de 51 000 patients sont examinés chaque année.
  • La majorité des patients sont aiguillés par des services des urgences ou des médecins de famille.
  • Un peu plus de la moitié des cliniques ou des services peuvent obtenir une tomodensitométrie en 48 heures ou moins.
  • Seulement la moitié des cliniques ou services font le dépistage de la déficience cognitive (y compris la démence, la forme la plus grave) ou de la dépression ou des deux.

Le Dr Robert Côté, directeur, Clinique de prévention des AVC, Centre universitaire de santé McGill, et porte-parole de la Fondation, fait remarquer que certaines faiblesses dans le système empêchent certains patients d'obtenir des soins optimaux. La transition entre l'évaluation effectuée par la clinique de prévention de l'AVC et les soins primaires (praticien) n'est pas toujours sans défis et opportune, et certains patients n'ont pas de fournisseurs de soins primaires, ou ne reçoivent pas le soutien qui leur permettrait de gérer leurs facteurs de risque. L'accès à des services de prévention secondaire n'est pas cohérent en raison de la géographie, des heures limitées d'ouverture, et de la disponibilité d'experts de l'AVC et des tests diagnostiques.

Connaître vos facteurs de risque

Au pays, neuf personnes sur dix ont au moins un facteur de risque associé aux maladies du cœur et à l'AVC. Ces facteurs comprennent des éléments que les gens peuvent modifier, et d'autres qu'ils ne peuvent pas.

Voici les mesures à prendre pour les facteurs que vous pouvez maîtriser :

  • Connaissez et maîtrisez votre pression artérielle.
  • Ayez un régime alimentaire sain et équilibré composé d'une variété d'aliments naturels, entiers et très peu transformés.
  • Essayez de faire au moins 150 minutes d'activité physique d'intensité modérée à vigoureuse chaque semaine par périodes de dix minutes ou plus.
  • Vivez sans fumée.
  • Surveillez votre diabète si vous en souffrez.
  • Si vous consommez de l'alcool, faites-le avec modération. Les femmes ne doivent pas prendre plus de deux consommations par jour, pour un maximum hebdomadaire de dix. Les hommes ne doivent pas prendre plus de trois consommations par jour, pour un maximum hebdomadaire de quinze.

Faites l'Évaluation du risque cardiovasculaire à fmcoeur.ca/outilselectroniques.

Voici les facteurs de risque que vous ne pouvez pas maîtriser :

  • AVC ou AIT (ou miniAVC) antérieurs;
  • Antécédents familiaux d'AVC ou d'affections des vaisseaux sanguins;
  • Âge - le risque d'AVC augmente avec l'âge;
  • Sexe - avant la ménopause, les femmes ont un risque moins élevé de subir un AVC que les hommes;
  • Groupe ethnique - les personnes d'origine africaine ou sud-asiatique souffrent plus fréquemment d'hypertension artérielle et de diabète que le reste de la population.
  • L'incidence de l'hypertension et du diabète est également plus élevée que la moyenne chez les personnes d'origine autochtone.

Statistiques sur l'AVC et la démence

  • Au pays, on compte 62 000 AVC chaque année, soit l'équivalent d'un toutes les neuf minutes.
  • À l'échelle nationale, 405 000 personnes vivent avec leurs séquelles.
  • Les AVC représentent la troisième cause de décès au Canada. Chaque année, plus de 13 000 personnes au pays succombent à la suite d'un AVC.
  • Une personne au pays sur trois sera aux prises avec une démence, un AVC ou les deux au cours de sa vie.
  • Avoir subi un AVC fait plus que doubler le risque d'une personne d'être atteinte de démence.
  • Au pays, 10 % des patients ayant subi un AVC reçoivent un diagnostic d'antécédent de démence, et 10 % en seront atteints après un premier AVC. De plus, subir plusieurs AVC augmente davantage le risque de déclin cognitif. En effet, plus du tiers des patients seront atteints de démence après un deuxième AVC.
  • Environ 3 % des personnes dans la quarantaine au pays présentent des signes d'AVC silencieux, et près de 20 % des septuagénaires souffrent d'AVC silencieux.
  • Actuellement, une personne au pays sur dix de plus de 65 ans est atteinte de démence. Après 85 ans, cette proportion est de trois personnes sur dix.
  • Le nombre de personnes atteintes de démence vasculaire double tous les cinq ans à compter de 65 ans.
  • Les coûts directs (médicaux) et indirects (pertes de revenus) de la démence s'élèvent à 33 milliards de dollars par année. Si la tendance se maintient, ce total sera de 293 milliards par année en 2040.

Visitez fmcoeur.ca/bulletinAVC pour lire le Bulletin au complet.

*Le sondage auprès des Canadiennes et des Canadiens a été mené par Environics Research Group par téléphone auprès de 3 100 répondants de 18 ans et plus, du 3 au 14 février 2016.

La Fondation des maladies du cœur et de l'AVC a pour mission de prévenir les maladies, de préserver la vie et de favoriser le rétablissement. En tant qu'organisme bénévole de bienfaisance en santé, nous nous efforçons tous les jours d'améliorer de façon tangible la santé de toutes les familles du pays. Ensemble, éliminons les maladies du cœur et les AVC pour vivre en santé. fmcoeur.ca

Image disponible: http://www.marketwire.com/library/MwGo/2016/6/8/11G102130/Images/Prendre_soin_de_votre_cerveau-a741259b7dbe8c60bf1add289a1d8747.jpg
Image disponible: http://www.marketwire.com/library/MwGo/2016/6/8/11G102130/Images/Martin_Pronovost_2-07afef4aa227bc65af3620261c3d8311.jpg
Image disponible: http://www.marketwire.com/library/MwGo/2016/6/8/11G102130/Images/AVC_silencieux-ac41c1c3ed17a64b9ce92c884e7b4128.jpg

Vidéo intégrée disponible: https://www.youtube.com/watch?v=jrw1Ew0y4y8
Vidéo intégrée disponible: https://www.youtube.com/watch?v=iwkGJWd1eJs

Pièce jointe disponible: http://www.marketwire.com/library/MwGo/2016/6/8/11G102130/FMC_BulletinAVC_2016-cf1526b1b336a34b8ac418e9e3c2929d.pdf

Renseignements