SOURCE: Ontario Federation of Labour

Ontario Federation of Labour

12 févr. 2011 17h03 HE

Un million de travailleurs canadiens dénoncent l'appui honteux du premier ministre Harper à l'endroit du régime Moubarak en Égypte

TORONTO, CANADA--(Marketwire - February 12, 2011) - Le président égyptien Hosni Moubarak a remis sa démission aujourd’hui face à l’important soulèvement populaire en quête de réforme démocratique et d’égalité des droits, ce qui a donné plus d’importance que jamais à la pression de la communauté internationale pour une réforme démocratique d’envergure. La Fédération du travail de l’Ontario (FTO), qui représente plus d’un million de travailleurs dans la province canadienne la plus peuplée a demandé aujourd’hui aux membres du Parlement canadien de condamner l’appui honteux du gouvernement Harper au régime du président Moubarak. La FTO a aussi promis son soutien aux syndicats égyptiens indépendants qui adoptent des mesures en faveur de la démocratie.

« La victoire d’aujourd’hui en Égypte est la preuve que la population peut renverser une dictature, même sans l’appui des leaders occidentaux, comme le premier ministre Stephen Harper, qui a choisi de s’allier au régime détesté de Moubarak plutôt qu’à la population de l’Égypte », a déclaré Sid Ryan, président de la Fédération du travail de l’Ontario, la plus importante fédération du travail dans le pays. « Le monde entier célèbre le début d’une révolution démocratique en Égypte. Le Canada doit maintenant utiliser chaque outil démocratique et économique à sa disposition pour garantir que la démocratie et la justice s’installent au sein de la population égyptienne. »

L’Égypte a été dirigée pendant 59 ans par une dictature militaire et la population a réclamé une véritable démocratie où elle peut librement élire son propre gouvernement. Depuis le début de la révolution démocratique il y a 18 jours, le gouvernement Harper a constamment refusé de se joindre aux voix des autres leaders internationaux pour réclamer la démission du président Moubarak. Allant contre la volonté de la population, Harper a appuyé le soi-disant plan de transition qui aurait permis à Moubarak, ou à son remplaçant désigné, de maintenir le contrôle brutal pendant huit autres mois. Cette position honteuse cherchait à soutenir un régime reconnu pour avoir opprimé et torturé sa population en plus d’abuser les droits de l’Homme.

« Le soulèvement populaire de la jeunesse et des travailleurs sur la Place de la Libération a été une véritable source d’inspiration. Nous assistons à la naissance de syndicats indépendants et libres, la pierre angulaire de toute démocratie légitime », raconte Ryan. « Des millions de travailleurs égyptiens ont défié les lois d’urgences et ont organisé des grèves et des manifestations pacifiques à travers le pays pour envoyer un message expliquant que les élites privilégiées n’auront plus jamais l’occasion de diriger leur pays, qu’elles soit corporatives, militaires ou religieuses. »

« Il ne suffit pas que Moubarak soit délogé. Il existe un véritable danger que ce régime poursuive son règne sous les ordres d’un complice comme le vice-président Omar Suleiman », raconte Ryan. « Le Canada a une responsabilité d’appuyer la demande d’un véritable gouvernement civil et de garantir qu’il ne reste aucune trace du régime de Moubarak. Notre réputation internationale et notre conscience le réclament. »

Renseignements