Fédération canadienne des syndicats d'infirmières/infirmiers (FCSII)

Fédération canadienne des syndicats d'infirmières/infirmiers (FCSII)

08 juin 2009 05h00 HE

Un nouveau sondage indique que les Canadiens et les Canadiennes veulent que le gouvernement s'occupe des soins de santé et de la pénurie de personnel infirmier...

...pendant cette période économique difficile

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwire - 8 juin 2009) - Selon un nouveau sondage, les dépenses du gouvernement en soins de santé continuent d'être une priorité pour les Canadiens et les Canadiennes. Le sondage révèle que trois Canadiens sur quatre choisissent une augmentation du nombre d'infirmières et infirmiers avant une réduction d'impôts. Mené pour la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et infirmiers par Nanos Research, le sondage a recueilli l'opinion du public sur les mesures gouvernementales nécessaires pour régler la pénurie de personnel infirmier au Canada.

"Les gouvernements ne doivent pas répéter l'erreur des années 1990 et utiliser le ralentissement économique comme excuse pour sabrer dans les soins de santé", souligne Linda Silas, I.I., présidente de la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et infirmiers. "La main-d'oeuvre infirmière ne s'est jamais remise de ces compressions budgétaires. Les Canadiennes et les Canadiens appuient les investissements dans la main-d'oeuvre infirmière."

Selon les résultats du sondage :

- Trois Canadiens sur quatre pensent qu'augmenter le nombre d'infirmières est plus important qu'une réduction d'impôts.

- Près de six Canadiens sur dix pensent que la pénurie de personnel infirmier est un grave problème et trois Canadiens sur dix pensent que le problème est passablement grave.

- Même dans le contexte économique actuel, les dépenses en santé sont la principale priorité pour tous les Canadiens ayant participé au sondage. En Ontario et dans l'Ouest, les soins de santé arrivent au même rang que l'économie en tant que priorité en matière de dépenses gouvernementales.

- Près de la moitié des Canadiens mentionnent qu'ils voteraient fort probablement contre un gouvernement qui ne financerait pas les soins de santé adéquatement, alors qu'un répondant sur cinq mentionne qu'il voterait probablement contre.

- Neuf Canadiens sur dix appuient totalement ou appuient quelque peu des efforts supplémentaires de la part du gouvernement pour maintenir en poste le personnel infirmier ou pour augmenter le nombre de finissants en sciences infirmières.

- La majorité des répondants étaient opposés à ce que le gouvernement augmente le nombre de patients dont doit s'occuper l'infirmière ou l'infirmier.

"Les gouvernements de plusieurs provinces ne font qu'ajouter des patients à la charge de travail du personnel infirmier. La recherche démontre que cette pratique est dangereuse et le sondage révèle que la majorité des Canadiennes et des Canadiens veulent que le gouvernement adopte une nouvelle approche pour régler cette grave pénurie", précise Silas.

Le sondage a été rendu public à la veille du 14e Congrès biennal de la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et infirmiers.

Le sondage téléphonique, par échantillons aléatoires de 1 001 Canadiens de 18 ans et plus, a été mené entre le 26 mai et le 1er juin 2009. Les statistiques d'un échantillon aléatoire de 1 001 répondants ont une marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20. Les tableaux détaillés, les tableaux régionaux et la méthodologie sont affichés à : http://www.nanosresearch.com.

Renseignements

  • Fédération canadienne des syndicats d'infirmières
    d'infirmières et infirmiers
    Pamela Foster
    613-292-9106 (cell.)
    ou
    Nanos Research
    Nik Nanos
    613-234-4666, poste 237