BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier

15 nov. 2016 08h00 HE

Un rapport de BMO Gestion de patrimoine explore les habitudes de dons de bienfaisance des Canadiens fortunés et brosse un portrait du paysage philanthropique canadien

- Plus de quatre répondants sur cinq ont donné 10 000 $ ou moins au cours des 12 derniers mois

- Cinquante-deux pour cent disent choisir de donner à un organisme caritatif pour lequel ils ont un intérêt personnel

- Plus de la moitié se disent motivés à donner afin d'exercer un effet positif sur leur communauté; seulement 21 pour cent affirment donner pour réduire leurs impôts sur le revenu

- BMO lance un fonds dirigé, le Programme de dons de bienfaisance de BMO, afin d'offrir aux Canadiens plus d'options de dons de bienfaisance

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 15 nov. 2016) - Pour souligner la Journée nationale de la philanthropie, BMO Gestion de patrimoine a dévoilé aujourd'hui un rapport qui explore le paysage philanthropique chez les Canadiens à valeur nette élevée pour savoir notamment comment ils choisissent les organismes caritatifs, ce qui les motive à donner et les façons dont ils donnent. Intitulé Les Canadiens souhaitent donner, mais quelque chose les fait hésiter, le rapport est tiré d'un sondage qui a interrogé des Canadiens disposant d'actifs à investir, excluant leur résidence principale, de plus d'un million de dollars.

Le rapport de BMO Gestion de patrimoine a révélé combien les Canadiens fortunés avaient donné au cours des 12 derniers mois :

  • 10 000 $ ou moins (83 pour cent);
  • entre 10 001 $ et 100 000 $ (8 pour cent);
  • entre 100 001 $ et 250 000 $ (2 pour cent);
  • entre 250 001 $ et 1 000 000 $ (2 pour cent);
  • plus de 1 000 001 $ (4 pour cent).

Selon le rapport, cinquante-deux pour cent des Canadiens aisés ont choisi de donner à des organismes de charité pour lequel ils ont un intérêt personnel. Les autres raisons suivantes les ont motivés à donner :

  • ils ont fait des recherches sur l'organisme et la cause qu'ils soutiennent (41 pour cent);
  • ils ont pris en considération leurs valeurs familiales ou en ont discuté en famille (35 pour cent);
  • ils ont voulu contribuer à résoudre les problèmes les plus urgents dans la société (26 pour cent).

Le rapport a par ailleurs révélé que les Canadiens à valeur nette élevée sont plus motivés à donner par altruisme que pour des intérêts financiers. La majorité veut poser un geste concret pour la collectivité (55 pour cent) ou donner en retour (50 pour cent), comparativement à 21 pour cent qui cherchent à réduire l'impôt à payer.

Lorsqu'on leur demande ce qui pourrait les empêcher de donner en toute confiance, ils avouent craindre que leurs dons ne soient pas utilisés judicieusement (43 per cent) et disent méconnaître les organismes de bienfaisance ou ne pas avoir de lien avec ceux-ci (28 per cent).

« De nombreux Canadiens n'ont pas le sentiment de satisfaction ou d'épanouissement qu'ils devraient ressentir en faisant une généreuse contribution car ils se demandent souvent pourquoi ils donnent à certaines organisations ou se questionnent sur les retombées de leur don. Ces préoccupations sont souvent celles de donateurs qui donnent à divers organismes et qui ne se sont pas centrés sur des causes spécifiques », a déclaré Marvi Ricker, vice-présidente, Services conseils en philanthropie, Gestion de patrimoine. « Faire des recherches sur les organismes et causes qui vous passionnent et se donner des objectifs spécifiques pour réaliser des changements significatifs sont des étapes importantes d'une contribution philanthropique efficace. »

Les nombreuses formes de dons

Selon le rapport, la plupart des dons se font en espèces (87 pour cent). Les Canadiens aisés donnent aussi comme suit :

  • ils font du bénévolat (54 pour cent);
  • ils font des dons en nature (comme des titres ayant pris de la valeur) (35 pour cent);
  • ils font des dons d'œuvres d'art ou de biens (20 pour cent).

Afin d'offrir aux Canadiens plus d'options de dons philanthropiques, BMO Gestion de patrimoine a lancé un fond dirigé, le Programme de dons de bienfaisance de BMO. Le programme permet aux donateurs de faire un don et de réaliser des économies d'impôts au cours de l'année civile courante, mais ils peuvent en plus répartir progressivement leurs dons aux organismes caritatifs désignés. Gift Funds Canada, le partenaire caritatif du programme, assume toutes les responsabilités administratives, ce qui épargne du temps aux donateurs et simplifie le processus.

« Bien que les économies d'impôts ne soient pas le principal motif des donateurs canadiens, il demeure nécessaire de comprendre les règles relatives aux dons d'actifs pour s'assurer de donner de manière financièrement judicieuse, afin de pouvoir ainsi donner davantage à long terme », a expliqué Jean Richard, vice-président Est du Canada, BMO Gestion de patrimoine. « Un professionnel financier peut vous aider à déterminer quelle option répond le mieux à vos objectifs philanthropiques et à votre plan financier global ».

BMO offre les conseils suivants aux Canadiens pour les aider à choisir les options de don qui leur conviennent le mieux :

Fondations privées ou fonds dirigés : La fondation privée permet à un donateur de verser des subventions conformément aux politiques de l'ARC, mais il lui incombe également d'administrer cette fondation. En contrepartie, le fonds dirigé, que le donateur n'a pas à administrer, n'accorde pas autant de liberté et de souplesse en ce qui concerne le montant des dons, puisqu'il peut être soumis à certaines restrictions énoncées par la fondation publique qui le détient.

Dons de titres : En donnant directement des titres cotés en Bourse à un organisme de bienfaisance, vous pouvez réduire l'impôt que vous auriez eu à payer sur la vente de vos placements, car le gain en capital imposable réalisé sur des titres cotés en Bourse offerts en don peut être éliminé.

Biens immobiliers ou actions de sociétés privées : Ces types de dons ne peuvent pas faire l'objet d'une exemption pour gains en capital, mais ils donnent droit à des crédits d'impôt. Ils conviennent particulièrement aux propriétaires d'entreprises qui auront à payer de l'impôt pour un bien immobilier qui s'est apprécié ou des parts de sociétés fermées. Il s'agit d'une façon beaucoup plus complexe de faire un don, et vous devriez demander les conseils d'un fiscaliste pour parvenir à le faire de façon efficace.

Legs caritatifs : De nombreux particuliers fortunés aimeraient faire participer leurs enfants à l'acte de don et laisser un héritage à la prochaine génération. Pour ce faire, ils soutiennent leurs organismes de bienfaisance préférés par l'intermédiaire de legs caritatifs dans leur testament. Discutez de cette approche avec les membres de votre famille et obtenez des conseils pour structurer le tout correctement.

Pour lire la version intégrale du rapport, visitez : www.bmo.com/rapportssurlepatrimoine.

Consultez les plus récents communiqués de BMO Groupe financier sur Twitter, en suivant le lien @BMOmedia. Vous trouverez également des nouveautés, des articles connexes et des commentaires sur Twitter, Facebook et Linkedin.

À propos de BMO Groupe financier

Fondé en 1817, BMO Groupe financier est un fournisseur de services financiers hautement diversifiés établi en Amérique du Nord. Fort d'un actif total de 692 milliards de dollars au 31 juillet 2016 et d'un effectif de plus de 45 000 employés, BMO offre à plus de 12 millions de clients une vaste gamme de produits et de services dans les domaines des services bancaires de détail, de la gestion de patrimoine et des services de banque d'affaires, par l'intermédiaire de trois groupes d'exploitation : les Services bancaires Particuliers et entreprises, la Gestion de patrimoine et BMO Marchés des capitaux.

Renseignements