BMO Banque de Montreal
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Banque de Montreal

20 juil. 2011 06h00 HE

Un sondage de BMO permet de connaître les dix projets de rénovations domiciliaires les plus populaires chez les Canadiens

- La majorité des propriétaires prévoient effectuer des rénovations intérieures

- Les projets concernant la cuisine arrivent en tête de liste, suivis par les rénovations de la salle de bains et du sous-sol

- La majorité des répondants prévoient financer leurs projets de rénovations à l'aide de leur épargne personnelle, alors que seulement cinq pour cent utiliseront une carte de crédit

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 20 juillet 2011) - La majorité des propriétaires canadiens qui prévoient effectuer des rénovations domiciliaires au cours des deux prochaines années (83 pour cent) consacreront leurs projets à des transformations à l'intérieur de leur résidence, plutôt qu'à des améliorations extérieures, selon les résultats d'un sondage publié aujourd'hui par BMO Banque de Montréal.

Le sondage, effectué par la firme Léger Marketing, a permis d'identifier les dix projets de rénovations domiciliaires les plus populaires chez les propriétaires canadiens, et a ainsi révélé ce qui suit :

  • près de la moitié des répondants prévoient rénover leur cuisine (48 pour cent) et leur salle de bains (46 pour cent);
  • plus d'un répondant sur trois (39 pour cent) envisage des rénovations extérieures ou des travaux d'aménagement paysager.

« Il existe un certain nombre de raisons qui poussent les propriétaires à entreprendre des rénovations, de l'amélioration de leur milieu de vie à l'hébergement d'un autre membre de la famille. Cela dit, si l'on souhaite entreprendre des rénovations afin d'accroître la valeur de sa propriété, il est essentiel de comprendre que tous les projets de rénovations n'entraîneront pas le même rendement de l'investissement », a expliqué Katie Archdekin, chef, Produits hypothécaires, BMO Banque de Montréal. « Indépendamment de l'étendue du projet, les propriétaires doivent évaluer ce que leurs projets de rénovations leur permettront de gagner si jamais ils décident de vendre leur propriété. »

Selon l'Institut canadien des évaluateurs, les rénovations domiciliaires les plus rentables portent sur la cuisine et la salle de bains, celles-ci se traduisant généralement par un rendement de l'investissement de 75 à 100 pour cent. Les travaux de peinture intérieure offrent un rendement de 50 à 100 pour cent, tandis qu'en aménageant leur sous-sol, les propriétaires peuvent espérer récupérer de 50 à 75 pour cent de leur investissement initial. Par contre, les piscines creusées et les puits de lumière sont les rénovations qui apportent le rendement de l'investissement le plus faible, de 0 à 25 pour cent.

Selon les résultats du sondage, les dix projets de rénovations domiciliaires les plus populaires chez les Canadiens sont les suivants :

  • cuisine – 48 pour cent;
  • salle de bains – 46 pour cent;
  • aménagement paysager – 39 pour cent;
  • sous-sol – 38 pour cent;
  • rénovations extérieures (toiture, nouvelles fenêtres, etc.) – 36 pour cent;
  • chambres à coucher – 25 pour cent;
  • salle familiale – 21 pour cent;
  • salle à manger – 11 pour cent;
  • agrandissement de la maison – 7 pour cent;
  • piscine creusée – 2 pour cent.

Selon le Service des études économiques de BMO, les propriétaires canadiens devraient dépenser plus de 45 milliards de dollars en rénovations domiciliaires en 2011, ce qui représente une légère hausse par rapport aux 44,6 milliards de dollars consacrés aux rénovations par les Canadiens en 2010.

En ce qui concerne le financement de leurs rénovations, les Canadiens semblent vouloir éviter de contracter de nouvelles dettes, la majorité d'entre eux se fiant à leur épargne personnelle pour financer leurs travaux (57 pour cent), tandis que 19 pour cent se tournent vers une marge de crédit, et que six pour cent optent pour un prêt sur valeur domiciliaire. Seulement cinq pour cent des répondants prévoient se servir d'une carte de crédit pour financer leurs rénovations.

« Se servir de ses épargnes personnelles pour financer des rénovations est une excellente solution, car ce faisant, on ne paie pas de frais d'intérêt, et on ne contracte pas de dette supplémentaire », a expliqué Mme Archdekin.

Mme Archdekin a expliqué que quiconque songe à emprunter en vue de financer des rénovations domiciliaires devrait rechercher les options à taux d'intérêt peu élevé, telles que les prêts sur valeur domiciliaire ou les prêts personnels.

Le sondage BMO a été effectué en ligne, auprès de 1 508 canadiens propriétaires d'une maison et âgés de 25 à 45 ans, choisis parmi l'échantillon Internet de la firme Léger Marketing, LégerWeb.

Pour de plus amples renseignements et des conseils sur l'art d'être propriétaire, consultez notre site, à l'adresse www.bmo.com/propriofute.

Renseignements