Alliance des musées d'histoire naturelle du Canada

Alliance des musées d'histoire naturelle du Canada

25 oct. 2011 11h00 HE

Un spécialiste des grenouilles de Montréal remporte un prix du réseau des musées canadiens

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 25 oct. 2011) - Le professeur David M. Green de Montréal, écologiste bien connu et éminent spécialiste des amphibiens du Canada, est l'heureux lauréat du prix Bruce Naylor 2011. Décerné par l'Alliance des musées d'histoire naturelle du Canada (AMHNC), ce prix national honore la contribution exceptionnelle à la recherche en milieu muséal dans le domaine de l'histoire naturelle du Canada.

Actuellement professeur à l'Université McGill et directeur du Musée Redpath, M. Green s'est distingué au cours de ses 30 ans de carrière en tant que scientifique, administrateur de musée, professeur et défenseur de la nature.

Le professeur Green se consacre à l'étude des grenouilles et des crapauds en vue de mieux cerner les relations entre espèces, la structure des populations et les mécanismes de changements évolutionnaires. Sa recherche de longue haleine sur le crapaud de Fowler a permis l'inscription de cet amphibien sur la liste des espèces en péril. M. Green a signé plus de 120 articles, livres et publications scientifiques, principalement sur les grenouilles et autres amphibiens.

« J'ai eu la chance de découvrir ma passion pour la nature très jeune et je ressens comme un privilège d'avoir pu faire de cette passion mon métier », déclare-t-il. Ses études l'ont emmené à parcourir le Canada : des études de premier cycle à UBC, un doctorat à l'université de Guelph. Après un travail postdoctoral à l'université de Californie à Berkeley, il enseigne brièvement la biologie à l'université McMaster et à l'université de Windsor. En 1986, il obtient un poste à l'Université McGill et au Musée Redpath, où il travaille encore aujourd'hui.

La passion de M. Green pour la nature va bien au delà de son laboratoire et de ses excursions sur le terrain. C'est un chef de file en matière de protection de la nature, comme en témoigne de façon éclatante son engagement dans le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), qu'il a présidé pendant quatre ans à partir de la fin des années 1990. Chaque année, ce comité publie un rapport déterminant les espèces en péril à partir de données scientifiques.

À titre de coprésident du sous-comité sur les amphibiens et les reptiles du COSEPAC, il a réalisé la première évaluation de tous les amphibiens canadiens menacés. Il a également dirigé un groupe de travail chargé de recueillir des données sur le déclin des populations d'amphibiens au Canada. Ce phénomène a attiré l'attention des médias puisqu'il est lié à la dégradation de l'environnement et la destruction des habitats. En tant que président du COSEPAC, M. Green a brillamment manœuvré dans le dédale des politiques et de la politique pour réussir à intégrer les évaluations du COSEPAC dans la nouvelle Loi sur les espèces en péril.

Fort de ses 25 ans de carrière au Musée Redpath, M. Green s'est efforcé, avec toute la détermination et la volonté dont il est capable, d'intégrer le musée, l'un des plus vieux du Canada, à la faculté des sciences de l'Université McGill. Sous sa houlette, le musée a pu, depuis 2005, accroître ses programmes publics et les doter d'un financement stable, rénover ses laboratoires d'enseignement, instituer un programme de mineure en histoire naturelle et proposer de nouveaux cours.

Comme le soulignent ses proposants, « le professeur Green s'est distingué et se distingue toujours dans chacune de ses réalisations, que cela soit dans le domaine des sciences, de la protection des espèces, du service collectif, de l'éducation ou de l'avancement des musées. La somme de tous ses accomplissements témoigne de sa contribution exceptionnelle à la recherche en histoire naturelle dans un cadre muséal et aux politiques canadiennes en ce domaine. »

Le prix Bruce Naylor honore la mémoire de l'ancien directeur du Royal Tyrrell Museum of Palaeontology. Décédé en 2007, M. Naylor, Ph.D., a aussi occupé le siège de président de l'AMHC. Le prix a été décerné dans le cadre d'une soirée spéciale de l'AMHNC qui s'est tenu le 24 octobre 2011 à la salle de réception du président de la Chambre à l'édifice du Centre de la Colline du Parlement à Ottawa.

Créé en 2003, l'AMHNC compte maintenant 16 membres partout au pays. Son but est d'accroître la visibilité des musées d'histoire naturelle canadiens qui sont responsables de la conservation de précieuses collections comptant des millions de spécimens et témoignant de notre patrimoine naturel. Le réseau s'efforce de renforcer les capacités en matière de recherche scientifique, de développement des collections et d'éducation à propos de l'environnement naturel pour le bénéfice de tous les Canadiens.

Membres

Les 12 musées fondateurs de l'Alliance sont les suivants : Royal B.C. Museum, Royal Alberta Museum, Royal Tyrrell Museum of Palaeontology, Centre du patrimoine septentrional du Prince de Galles, Centre d'interprétation de la Béringie du Yukon, Royal Saskatchewan Museum, Musée du Manitoba, Musée canadien de la nature, Espace pour la Vie de Montréal (Biodôme, Insectarium, Jardin botanique et Planétarium), Musée du Nouveau-Brunswick, Nova Scotia Museum of Natural History et The Rooms Provincial Museum (Terre-Neuve-et-Labrador). Le réseau continue de prendre de l'ampleur et comprend aujourd'hui 17 membres : le Musée royal de l'Ontario s'est joint à l'alliance en 2007, suivi du Vancouver Aquarium, du Toronto Zoo et du Musée Redpath en 2009, et le Beaty Biodiversity Museum en 2010.

Renseignements