SOURCE: Kelly Services, Inc.

23 déc. 2008 15h14 HE

Une enquête révèle que les travailleurs canadiens comptent retarder leur retraite en raison de préoccupations sur les épargnes

TORONTO--(Marketwire - December 23, 2008) - Un travailleur canadien sur trois affirme ne pas vouloir prendre sa retraite avant l'âge de 65 ans, tandis que moins d'un travailleur sur deux croit qu'il aura accumulé suffisamment d'épargnes pour vivre une retraite confortable. C'est ce que conclut la plus récente parution de l'Indice Kelly sur la main-d'œuvre mondiale.

L'enquête menée par Les Services Kelly (NASDAQ: KELYA) (NASDAQ: KELYB), une firme internationale de recrutement de main-d'œuvre, a découvert que 37 pour cent des répondants croient qu'ils auront besoin de recourir à une pension du gouvernement ou à la sécurité sociale une fois à la retraite.

L'enquête internationale a sondé quelque 150 000 personnes dans 33 pays, notamment plus de 11 000 personnes au Canada.

Karin French, Vice-présidente et Directrice générale chez Kelly Canada a déclaré que l'étude démontre que plusieurs personnes comptent travailler plus longtemps, avec une nette tendance qui s'éloigne de l'idée traditionnelle de retraite absolue du marché du travail.

« Nous voyons de plus en plus de personnes continuer une forme d'emploi, soit à temps partiel, soit comme consultant ou en démarrant une entreprise », a souligné French. « La pénurie mondiale de travailleurs compétents signifie que plusieurs de ces personnes sont en grande demande alors que les organismes tentent de retenir leurs compétences et de les garder en poste pendant une plus longue période. »

Voici quelques faits saillants des conclusions de l'enquête :

--  67 pour cent des répondants comptent se retirer à l'âge de 65 ans,
    notamment 33 pour cent planifient de continuer de travailler au-delà de
    l'âge de 65 ans.
--  Seulement 40 pour cent croit qu'ils auront suffisamment d'épargnes
    pour vivre une retraite confortable
--  37 pour cent disent qu'ils auront besoin d'une pension ou de la
    sécurité sociale après leur retraite
--  71 pour cent disent qu'ils voudraient accepter une offre de continuer
    à travailler au moment de leur retraite
--  48 pour cent disent qu'ils pensent pouvoir facilement trouver un
    emploi après avoir pris leur retraite
    

Si une moyenne de 33 pour cent des Canadiens compte poursuivre leur vie de travailleur au-delà de l'âge de 65 ans, plus d'hommes (36 pour cent) comptent repousser l'âge de leur retraite que les femmes (30 pour cent).

Interrogés à savoir comment ils arrondiraient les fins de mois une fois à la retraite, 21 pour cent affirment vouloir chercher du travail permanent à temps partiel, 18 pour cent chercheront du travail temporaire ou contractuel, et 17 pour cent planifiaient démarrer une entreprise.

Fait intéressant, de ceux qui accepteraient l'offre de poursuivre leur association à leur travail actuel après avoir dépassé l'âge de la retraite, plusieurs ne le feraient pas seulement pour des raisons financières. Un total de 56 pour cent veulent maintenir leur emploi pour rester actifs, 25 pour cent par loyauté et 18 pour cent pour le revenu.

La question d'où les personnes choisiraient de vivre à la retraite a produit des résultats mitigés. Un total de 45 pour cent planifient rester dans la même municipalité/ville; 11 pour cent vivraient dans une autre municipalité/ville; 7 pour cent changeraient de pays et 37 pour cent se sont dits incertains à ce chapitre.

L'enquête révèle la nouvelle façon que les gens approchent la retraite face aux préoccupations à propos de la qualité de vie à la retraite, et une guerre mondiale pour le talent signifie que plusieurs de ceux qui se trouvent à l'âge de la retraite possèdent des compétences qui sont en demande.

« Nous voyons de plus en plus de candidats qui planifient leur retraite comme une transition professionnelle plutôt que comme un changement abrupt de style de vie », raconte French. « Pour certains, il sera nécessaire de poursuivre une forme de travail pour maintenir leur qualité de vie. D'autres découvriront que de rester actifs sur le marché du travail les aide à rester en santé et actifs. »

Les retraités sont devenus une nouvelle source d'employés non sollicités pour les organismes qui ont de la difficulté à pourvoir aux postes dans un marché de l'emploi serré. « Pour ces personnes, elles seront en mesure de faire valoir leurs compétences dans des domaines qui correspondent à leur style de vie et leur offre une source de revenus après avoir cessé de travailler à temps complet », a conclu French.

À propos des Services Kelly

Kelly Services, Inc. (NASDAQ: KELYA) (NASDAQ: KELYB) dont le siège mondial est situé à Troy dans l'État du Michigan (États-Unis) est un leader mondial en solutions liées aux ressources humaines comme la dotation de personnel temporaire, l'impartition, la coordination sur place de main-d'œuvre ainsi que le placement permanent chez ses clients, et ce, à l'échelle internationale. Kelly emploie plus de 750 000 personnes chaque année dans des domaines aussi variés que le travail de bureau, la comptabilité, l'ingénierie, les technologies de l'information, les services juridiques, la science, le marketing, les services créatifs, l'industrie légère, l'éducation et les services de santé. Le chiffre d'affaires de Kelly s'élevait à 5,7 milliards de dollars américains en 2007. Consultez notre site www.kellyservices.com.

Renseignements