SOURCE: Kelly Services, Inc.

14 mai 2008 17h09 HE

Une étude auprès des travailleurs canadiens suppose leur ouverture à être relocalisé pour cause de travail

La majorité des répondants recensés par l'Index Kelly sur la main d'œuvre mondiale affirment être prêts à envisager un déménagement dans une ville ou un pays différent pour y trouver du travail

TORONTO--(Marketwire - May 14, 2008) - Près de trois Canadiens sur quatre seraient prêts à déménager dans une autre ville pour y trouver du travail et plus de la moitié seraient même prêts à déménager dans un autre pays. L'étude démontre aussi que les travailleurs canadiens sont très mobiles et que 44 % ont déjà déménagé dans une autre ville pour cause de travail.

Dans le cadre d'une étude dirigée par l'Index Kelly sur la main d'œuvre mondiale, 115 000 personnes de plus de 33 pays, dont 11 000 canadiens ont été sondées à propos de leurs habitudes de déplacement vers le travail et au retour, de leur capacité de déménager dans un autre lieu pour trouver le bon emploi et des principaux facteurs qui les empêcheraient de déménager.

Le niveau élevé de mobilité au sein de la main d'œuvre canadienne est une bonne nouvelle pour les employeurs aux prises avec la difficulté de combler des postes qui exigent des compétences rares à trouver chez les candidats de leur marché local de l'emploi.

« L'étude démontre que la plupart des travailleurs canadiens sont à l'aise à l'idée de déménager loin de chez eux, et ce, même dans un pays différent, pour trouver le bon emploi », affirme Karin French, vice-présidente et directrice générale chez Kelly Canada.

« C'est à la fois un avantage pour les employeurs et les employés. Les employeurs ne sont plus limités à leur zone géographique pour trouver des employés. Pour les employés, l'occasion de pouvoir déménager dans une nouvelle ville ou dans un nouveau pays peut être une expérience palpitante et gratifiante sur le plan professionnel. »

Au chapitre des conclusions importantes recueillies auprès des travailleurs canadiens figurent notamment les faits suivants :

--  74 % envisageraient de déménager dans une ville différente pour le travail;
--  54 % envisageraient de déménager dans un autre pays pour le travail;
--  40 % envisageraient de déménager dans un autre pays où ils ne parlent
    pas couramment la langue locale.

Tandis que la plupart des travailleurs canadiens se disent prêts à déménager au besoin, 64 % affirment aussi qu'ils préfèreraient rester là où ils se trouvent jusqu'à leur retraite.

De plus, seulement 13 % des répondants à l'étude indiquent qu'ils sont prêts à passer plus de deux heures par jour à faire le trajet entre la maison et le bureau.

Les travailleurs de moins de 35 ans sont les plus enclins à considérer un déménagement et les hommes sont dans une large mesure plus volontaires à déménager que les femmes.

Interrogés sur les facteurs importants qui compliqueraient un déménagement dans un autre pays, 61 % ont cité les préoccupations familiales, 33 % les obstacles linguistiques, 28 % l'éducation des enfants, 20 % ont invoqué les propriétés immobilières et 13 % ont fait état des complications fiscales.

À propos de Services Kelly

Kelly Services, Inc. (Nasdaq : KELYA, KELYB) dont le siège mondial est situé à Troy dans l'État du Michigan (États-Unis) est un leader mondial en solutions liées aux ressources humaines comme la dotation de personnel temporaire, l'impartition, la coordination sur place de main-d'œuvre ainsi que le placement permanent. Implantée dans 37 pays et territoires, Kelly emploie plus de 750 000 personnes chaque année dans des domaines aussi variés que le travail de bureau, la comptabilité, l'ingénierie, les technologies de l'information, la science, le marketing, l'industrie légère et les services de santé. Le chiffre d'affaires de Kelly s'élevait à 5,7 milliards de dollars américains en 2007. Consultez notre site www.kellyservices.com.

Renseignements