Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

25 mai 2016 04h00 HE

Une étude canadienne démontre l'efficacité des programmes d'abandon du tabac initiés en milieu hospitalier

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 25 mai 2016) - Une nouvelle étude de l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa (ICUO), menée en collaboration avec l'Institut de recherche en services de santé (IRSS), a conclu que les programmes d'abandon du tabac initiés en milieu hospitalier amélioraient les résultats pour les patients et réduisaient la nécessité des patients d'avoir davantage recours au système de santé. L'étude est publiée aujourd'hui dans la revue médicale britannique Tobacco Control.

Au Canada, le tabagisme est la principale cause d'hospitalisation, représente le principal poids sur le système de santé et constitue la première cause de mortalité. Les fumeurs quotidiens sont hospitalisés en moyenne deux fois plus que les personnes qui n'ont jamais fumé. L'hospitalisation représente l'occasion idéale d'encourager la participation à un programme d'abandon du tabac.

L'étude avant-après comparait les fumeurs hospitalisés dans l'un des 14 hôpitaux de l'Ontario qui avaient suivi le Modèle d'Ottawa pour l'abandon du tabac (n=726) aux fumeurs hospitalisés qui n'avaient pas suivi ce modèle (n=641), ou qui avaient reçu des « soins normaux ». L'objectif était de déterminer si l'adoption du Modèle d'Ottawa pour l'abandon du tabac réduisait le taux de mortalité et la nécessité d'avoir recours au système de santé.

Les résultats ont montré que :

  • Au moment de la visite de suivi de 6 mois, 35 % des patients qui avaient suivi le Modèle d'Ottawa n'avaient pas refumé, comparé à seulement 20 % des patients qui ne l'avaient pas suivi.
  • Les patients qui avaient suivi le Modèle d'Ottawa avaient la moitié des risques d'être réadmis à l'hôpital, peu importe la cause et 30 % moins de risque de devoir se rendre dans un service d'urgence dans les 30 jours qui suivaient leur hospitalisation initiale.
  • Les fumeurs qui suivaient le Modèle d'Ottawa avaient 21 % moins de risque d'être hospitalisés à nouveau et 9 % moins de risque de devoir se rendre dans un service d'urgence dans les 2 ans suivant leur hospitalisation initiale.
  • Surtout, l'étude a montré une réduction de 40 % dans le taux de mortalité chez les patients qui avaient suivi le Modèle d'Ottawa sur une période de 2 ans.

« Considérant le faible coût de ces interventions, nous devrions systématiquement offrir à tous les patients fumeurs de participer à un programme d'abandon du tabac et d'amorcer le traitement à l'hôpital même », a déclaré Kerri-Anne Mullen, auteure principale de l'article, gestionnaire de programme du réseau du Modèle d'Ottawa pour l'abandon du tabac à l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa et étudiante-scientifique à l'IRSS au moment de la réalisation de l'étude. « C'est vraiment un coup de circuit. C'est une stratégie qui ne coûte pas très cher à mettre en place, qui réduit la pression sur le système de santé, et surtout, qui sauve des vies et améliore le bien-être à long terme des patients fumeurs. »

Développé et mené par l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa, le Modèle d'Ottawa pour l'abandon du tabac est une stratégie de gestion du changement qui vient offrir au personnel de la formation pratique et des outils et procédures cliniques permettant ultimement de repérer systématiquement les patients qui sont fumeurs, qui vise à offrir des conseils stratégiques et un soutien pharmacologique à tous les fumeurs, et qui offre un suivi à long terme aux fumeurs après leur congé de l'hôpital.

L'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa est le centre de santé cardiovasculaire le plus important et le plus innovateur au Canada et se consacre à la recherche, au traitement et à la prévention des maladies du cœur. Il offre des soins de pointe personnalisés, façonne la pratique de la médecine cardiovasculaire et révolutionne notre compréhension des maladies du cœur ainsi que leur traitement. L'Institut forme également la prochaine génération de professionnels de la santé et de chercheurs. Un grand nombre d'entre eux deviendront des chefs de file de leur domaine d'expertise. @HeartInstitute

L'Institut de recherche en services de santé (IRSS) est une organisation indépendante sans but lucratif qui utilise des données de santé publique pour produire de la documentation sur de nombreux enjeux liés aux soins de santé. Nos données impartiales servent d'indicateurs de performance du système de santé, offrent une compréhension claire de l'évolution des besoins des Ontariens en santé et encouragent la tenue de discussions pour en arriver à l'adoption de solutions efficaces pour optimiser l'utilisation des précieuses ressources du système. La qualité des renseignements fournis par l'IRSS est reconnue partout au Canada et dans le monde. Les gouvernements, les hôpitaux, les planificateurs et les professionnels de la santé n'hésitent pas à se fonder sur ces renseignements pour prendre des décisions sur la prestation des soins et pour développer leurs politiques. Pour recevoir toutes les nouvelles de l'IRSS, suivez leur compte Twitter : @ICESOntario

Auteurs de l'étude : Kerri A Mullen, Douglas G Manuel, Steven J Hawken, Andrew L Pipe, Douglas Coyle, Laura A Hobler, Jaime Younger, George A Wells, Robert D Reid.

Renseignements

  • Vincent Lamontagne
    Directeur, Communications institutionnelles
    Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa
    613-761-4427
    vlamontagne@ottawaheart.ca