Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

18 juin 2014 08h49 HE

Une étude confirme la rentabilité d'un programme anti-tabac ciblant les fumeurs hospitalisés

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 18 juin 2014) - Dans une étude récemment publiée dans la revue Tobacco Control [en anglais], des chercheurs de l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa démontrent la rentabilité du Modèle d'Ottawa pour l'abandon du tabac (MOAT) - programme comprenant des conseils à l'hôpital, des médicaments et un suivi post-hospitalier - par rapport aux soins que reçoivent habituellement les fumeurs hospitalisés en raison d'un infarctus aigu du myocarde, d'angine de poitrine instable, d'insuffisance cardiaque et d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

L'étude porte sur des patients hospitalisés en Ontario. Dans cette province comptant environ 12,8 millions d'habitants, la prévalence du tabagisme était de 15,4 % chez les 15 ans et plus en 2009. Elle est plus élevée chez les patients hospitalisés dans un établissement canadien, atteignant les 20 %. Environ 6 400 des 32 000 lits dans les hôpitaux ontariens sont donc occupés au quotidien par des fumeurs. En Ontario, les soins de santé sont financés par le régime d'assurance maladie public. Les résidents n'ont pas à débourser pour des services médicaux essentiels comme les soins primaires ou spécialisés, l'hospitalisation, les tests diagnostiques et les interventions chirurgicales. La province compte 211 centres hospitaliers ayant enregistré environ 987 757 hospitalisations en 2009.

L'étude montre que du point de vue du contribuable, le Modèle d'Ottawa pour l'abandon du tabac peut être considéré comme rentable. En effet, il n'en coûte que 20 $ pour aider une personne à cesser de fumer, 103 $ pour économiser une journée d'hospitalisation, 36 $ pour gagner une année de vie et 68 $ pour gagner une année de vie pondérée par la qualité (ou année de vie en santé). Les chercheurs ont calculé qu'en un an, la participation de 15 326 fumeurs au MOAT entraînerait 4 689 abandons et préviendrait 116 réhospitalisations, 923 jours d'hospitalisation et 119 décès. Les résultats ont résisté à de nombreuses analyses de sensibilité, prouvant leur solidité. Il est important de noter que ces interventions sont relativement peu dispendieuses comparativement à des réhospitalisations pour des maladies associées au tabagisme.

« Ces résultats montrent que le tabagisme impose un fardeau économique important au système hospitalier, ce qui n'est guère surprenant », dit Kerri-Anne Mullen, auteure principale de l'étude et gestionnaire du Réseau du Modèle d'Ottawa pour l'abandon du tabac. « L'hospitalisation est un moment opportun pour commencer à traiter cette dépendance, car c'est un moment où les fumeurs -qui utilisent fréquemment le système de santé et lui coûtent cher - sont souvent très désireux de cesser de fumer. »

On estime que l'infarctus aigu du myocarde, l'angine de poitrine instable, l'insuffisance cardiaque et la MPOC causent à eux seuls des dépenses d'hospitalisation de 547 millions de dollars par année en Ontario. Selon l'étude, la participation au MOAT des fumeurs hospitalisés pour ces maladies coûterait 0,2 % de ce montant, tout en entraînant de nombreux bienfaits pour les patients et le système de santé. Dans le cas des patients atteints de la MPOC, il pourrait même y avoir des économies de coûts.

Depuis le début des années 1990, l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa (ICUO) offre un Programme d'abandon du tabac à tous les fumeurs de la région d'Ottawa, soit par l'entremise d'un médecin clinicien ou directement (sans recommandation). Conscients de l'importance et de la possibilité d'aider les patients hospitalisés à lutter contre leur dépendance à la nicotine, les spécialistes de l'abandon du tabac de l'ICUO ont conçu le Modèle d'Ottawa pour l'abandon du tabac (MOAT) en 2002. En raison de l'intérêt croissant, de la demande accrue et de l'adaptabilité du programme, le MOAT a été mis en œuvre dans plus de 200 centres hospitaliers et établissements de consultation externe et de soins de santé primaires au Canada.

Renseignements

  • Vincent Lamontagne
    Gestionnaire principal, Affaires publiques
    Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa
    613-899-6760 (cellulaire)
    vlamontagne@ottawaheart.ca