SOURCE: TomoTherapy

24 mars 2010 11h25 HE

Une étude révèle le rôle clé joué par la technologie TomoTherapy® qui permet un traitement du cancer du poumon par chimio-radiothérapie concomitante

Essai clinique de l'hôpital universitaire de Bruxelles en Belgique

MADISON, WI--(Marketwire - March 24, 2010) - TomoTherapy Incorporated (NASDAQ: TOMO), fabricant de solutions innovantes de traitement du cancer par radiothérapie, a aujourd'hui cité les premiers résultats publiés sur l’utilisation concomitante de la technologie de TomoTherapy(SM) de traitement par radiothérapie hypofractionnée et chimiothérapie du cancer du poumon non à petites cellules localement avancé non résécable. L'essai clinique a été réalisé par le Département de radio-oncologie de l'Universitaire Ziekenhuis (UZ) Brussels de Bruxelles, en Belgique, et publié dans la Revue du cancer (Volume 116, numéro 1, pages 241-250, janvier 2010). Des études antérieures ont montré une augmentation du taux de contrôle tumoral soit par l’escalade de doses de radiation biologiquement efficaces, soit par addition de chimiothérapie concomitante avec série de radiothérapies. Cet essai permet de tester la faisabilité de l'escalade des doses avec une chimiothérapie concomitante, profitant de l'exactitude et de la conformité de la dose des traitements hélicoïdaux de TomoTherapy en minimisant les dommages aux tissus sains causés par la radiothérapie.

Le document intitulé « Toxicity Report of a Phase 1/2 Dose-Escalation Study in Patients With Inoperable, Locally Advanced Non-small Cell Lung Cancer With Helical TomoTherapy and Concurrent Chemotherapy » (Rapport toxicologique sur une étude de phase 1-2 en escalade de doses chez des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules localement avancé non opérable par un traitement par tomothérapie hélicoïdale et chimiothérapie concomitante) conclut qu'un programme de tomothérapie de 67.2 Gy en 30 fractions, concomitamment avec l’association cisplatine/docétaxel, est possible et a une toxicité acceptable avec un taux prometteur de réponse tumorale.

Selon les auteurs du rapport de l’Université UZ Brussel, tous les plans de radiothérapie ont été conformes aux contraintes de doses administrées à des organes sains comme le poumon, l'œsophage, le cœur et la moelle épinière, tout en maintenant une couverture suffisante du volume cible de planification. Ce résultat est encourageant étant donné le stade avancé de la maladie IIIB dont souffrent la plupart des patients examinés dans le cadre de l'étude et la forte toxicité habituelle associée à la combinaison de la chimiothérapie avec des doses d'irradiation élevées. Des études précédentes sur l’escalade de doses hypofractionnées pour le traitement de maladies avancées, en utilisant la radiothérapie conformationnelle trois dimensions, ont montré une incapacité à atteindre une dose appropriée en raison de taux de toxicité élevés.

« Nous trouvons fort encourageants les résultats de cette étude qui démontrent la valeur de l'imagerie de TomoTherapy et des capacités dosimétriques », a déclaré le Professeur Guy Storme, directeur du Centre oncologique de l'UZ Brussel. « Nous espérons que ce travail - avec le nombre croissant de publications de l'UZ Brussel sur la tomothérapie - donnera des résultats positifs pour les patients souffrant d’un cancer du poumon non à petites cellules localement avancé non résécable. »

L’escalade de doses par fraction commençant à 2,0 Gy et l'augmentation de 6 pour cent par cohorte a été utilisée dans l'étude de l’UZ Brussel pour déterminer la dose maximale tolérée. Au total, 34 patients ont été inclus sur cinq groupes de dosage recevant des doses totales de 60 à 74,4 Gy. La toxicité précoce et tardive de l'œsophage, des poumons et du cœur a été suivie et notée selon les critères du Radiation Therapy Oncology Group (RTOG) et de l'Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (OERTC). Les résultats ont amené les auteurs à proposer 2,24 Gy par fraction comme la dose maximale tolérée. Pour les patients recevant de telles doses, l'incidence d’une toxicité pulmonaire tardive décrite comme un RTOG grade 3 ou supérieur n'était que de 14 pour cent, un résultat meilleur que ceux présentés dans les études précédentes utilisant la chimio-radiothérapie concomitante pour le traitement du cancer du poumon non à petites cellules localement avancé non résécable.

Une réponse tumorale métabolique complète sur FDG-PET-scans a été observée chez 55 pour cent des patients. Avec un suivi médian de 17 mois, la survie médiane a été calculée à 17,9 mois selon l’analyse de Kaplan-Meier. Une phase 2 complète de l'étude a été lancée pour étudier davantage la toxicité et l'efficacité du traitement avec une dose de tomothérapie hélicoïdale de 67,2 Gy en 30 fractions et une chimiothérapie concomitante.

Une étude antérieure réalisée par les mêmes auteurs portait sur l’utilisation du système d’imagerie par tomographie conique mégavoltage mis au point par TomoTherapy pour la surveillance des patients et leur consultation et pour détecter une toxicité aiguë en plus de changements volumétriques. Cette étude instituée « Volumetric Response Analysis During Chemo-radiation as Predictive Tool for Optimizing Treatment Strategy in Locally Advanced Unresectable NSCLC » (Analyse de la réponse volumétrique pendant la chimio-radiothérapie comme outil prédictif pour l'optimisation de la stratégie de traitement chez les patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules localement avancé non opérables » (Radiotherapy and Oncology, Volume 91, numéro 3, pages 438-442, juin 2009), a permis aux auteurs de déterminer les variations volumétriques et de corréler ces variations au pronostic et à la prédiction de la réponse locale chez des patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules localement avancé non résécable traités par chimio-radiothérapie.

D’autres travaux réalisés par l'UZ Brussels et publiés dans le document intitulé «Toxicity and Outcome Results of a Class Solution with Moderately Hypofractionated Radiotherapy in Inoperable Stage III Non-Small Cell Lung Cancer Using Helical TomoTherapy » (Int J Radiat Oncol Biol Phys., Jan 2010 ; Epub ahead of print) analysent les résultats de toxicité chez les patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules localement avancé non résécable phase III NSCLC et montrent des résultats encourageants en ce qui concerne la survie sans progression locale et les résultats de toxicité en rapport avec d'autres études.

« Il est très gratifiant de voir, une fois de plus, la technologie TomoTherapy jouer un rôle de premier plan pour faire avancer la prise en charge de cette maladie face à laquelle les taux de survie sont d’habitude si déplorables », a déclaré Fred Robertson Président-directeur général de TomoTherapy. « Nous reconnaissons que la chimio-radiothérapie doit s’accompagner de l’administration de médicaments. Dans ce cas, la plateforme TomoTherapy joue son rôle en permettant des traitements combinés innovants et énergiques ».

À propos de TomoTherapy Incorporated
TomoTherapy Incorporated met au point, met sur le marché et vend des systèmes de radiothérapie très perfectionnés pour le traitement d’un grand nombre de cancers, des plus simples aux plus complexes. Ce système de traitement à support mobile de TomoTherapy(R) associe l’imagerie CT intégrée à une radiothérapie conformationnelle pour fournir des radiothérapies sophistiquées avec rapidité et précision, tout en réduisant l’irradiation des tissus sains adjacents. La gamme de solutions de TomoTherapy comprend Hi-Art (R), son système phare de traitement, qui a été utilisé pour fournir plus de trois millions de fractions de traitement par tomothérapie hélicoïdale pour la radiothérapie modulée en intensité et guidée par l'image ; le système de traitement TomoHD(TM), conçu pour permettre aux centres de traitement du cancer de traiter un plus grand nombre de patients avec un seul appareil et le TomoMobile(TM), une solution de radiothérapie, conçue pour améliorer l'accès et la disponibilité d’un système de pointe de traitement du cancer. Les actions de la société sont cotées sur le NASDAQ Global Select Market sous le symbole TOMO. Pour en savoir plus sur TomoTherapy, veuillez consulter TomoTherapy.com.

©2010 TomoTherapy Incorporated. Tous droits réservés. TomoTherapy, Tomo, TomoDirect, TQA, le logo TomoTherapy et Hi•Art sont des marques commerciales, des marques de service ou des marques déposées de TomoTherapy Incorporated aux États-Unis et dans d'autres pays

Renseignements