Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies

Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies

27 nov. 2012 07h00 HE

Une nouvelle étude indique que le Canada doit fixer des prix minimums pour réduire les méfaits de l'alcool

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 27 nov. 2012) - Une nouvelle étude sur les prix de l'alcool valide la nécessité d'établir des prix minimums et confirme qu'il est possible, en modifiant les politiques régissant les prix, de réduire les méfaits de l'alcool au Canada.

Rédigée par Gerald Thomas, analyste principal en recherche et politiques au Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT), la série de rapports se penche sur les tendances en matière d'alcool au Canada, le contexte de la vente au détail et les politiques de fixation des prix en vigueur dans six provinces. La série souscrit aux recommandations en matière de politiques sur les prix figurant dans le rapport Réduire les méfaits liés à l'alcool : Vers une culture de modération de 2007, qui établit les bases de la Stratégie nationale sur l'alcool au Canada.

« La lutte contre les méfaits de l'alcool au Canada passe par deux approches, l'une ciblée s'adressant aux gros buveurs réguliers et à risque, et l'autre générale s'adressant aux nombreux consommateurs qui adoptent parfois un comportement à risque », a expliqué M. Thomas.

Des études indiquent que les politiques sur les prix peuvent contribuer à réduire la consommation d'alcool et, de ce fait, le risque de blessures, de violence, de cancers et même de décès.

Le rapport propose plusieurs recommandations clés, dont l'application, dans l'ensemble des provinces et territoires, de prix minimums pour éliminer du commerce les sources d'alcool bon marché. En effet, certaines provinces imposent des prix minimums depuis des décennies, mais cette politique n'est pas mise en œuvre de façon uniforme au Canada.

« Les boissons bon marché et à forte teneur en alcool sont souvent prisées par les gros buveurs et les jeunes adultes, a ajouté M. Thomas. Des prix minimums permettront de décourager la consommation à risque. Les buveurs légers et modérés seront moins touchés, en particulier ceux qui choisissent des boissons dont la teneur en alcool est faible ou régulière. »

Voici les autres recommandations clés du rapport :

  • Établir les prix en fonction de la teneur en alcool pour encourager la consommation de produits dont la teneur en alcool est moins élevée (donc moins dangereuse);
  • Indexer les prix sur l'inflation pour faire en sorte que l'alcool ne devienne pas bon marché comparativement à d'autres produits au fil du temps.

Tous les documents de la série sur les prix de l'alcool, y compris le document de synthèse, sont téléchargeables sur le site Internet du CCLAT. D'autres recommandations de la Stratégie nationale sur l'alcool sont actuellement mises en œuvre, notamment la création de Directives de consommation d'alcool à faible risque du Canada et d'une ressource offerte sur le Web lancée récemment, Dépistage de l'abus d'alcool, intervention rapide et orientation.

La consommation à risque modéré et élevé est associée à des méfaits importants pour la santé et la société qui coûtent des milliards de dollars chaque année à l'État, et donc aux contribuables. Selon l'étude Les coûts de l'abus de substances au Canada (2006) du CCLAT, les coûts liés à l'alcool, dont ceux pour les soins de santé, les services policiers et les pertes de productivité, que doivent assumer les Canadiens se chiffraient à environ 14,6 milliards de dollars par année en 2002.

Au sujet du CCLAT

Le Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT) assure un leadership à l'échelle nationale, crée des partenariats durables et promeut des solutions pour permettre à toutes les personnes au Canada de vivre dans une société saine exempte des méfaits de l'alcool et des autres drogues.

Renseignements

  • Tina Barton, conseillère en communication
    Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme
    et les toxicomanies
    613-235-4048, poste 230
    tbarton@ccsa.ca
    Twitter: @CCLATcanada