SOURCE: Fondation des maladies du cœur et de l’AVC

Fondation des maladies du cœur et de l’AVC

24 oct. 2015 00h01 HE

Une stratégie de soins de santé pour les aînés est nécessaire pour l'avenir du Canada

Au pays, les aînés sont loin de recevoir les soins de santé qu'ils méritent et notre système doit subir de profonds changements afin de mieux répondre à leurs besoins

TORONTO, ON--(Marketwired - 24 octobre 2015) - L'ancien président de l'Association médicale canadienne (AMC) exhorte le nouveau gouvernement du Canada à mettre en œuvre une stratégie de soins de santé pour les aînés d'ici 2019, avant la date des prochaines élections, parce que les " les Canadiens en ont assez des excuses " et exigent des actions concrètes.

Le DChris Simpson, président sortant de l'AMC et cardiologue à Kingston, en Ontario, a formulé cette demande lors de la conférence liminaire de la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC (la " Fondation "), dans le cadre du Congrès canadien sur la santé cardiovasculaire.

Lors de leur principal rassemblement annuel, les experts en santé cardiovasculaire du pays ont été informés que les 5,5 millions de Canadiens de 65 ans et plus sont loin d'obtenir les soins de santé qu'ils méritent et dont ils ont besoin. Par conséquent, des mesures immédiates sont nécessaires afin de combler cette lacune en apportant des changements profonds au système de santé.

Cette situation ne peut que s'aggraver, si l'on tient compte du vieillissement de la population au pays. Considérant la proportion plus élevée de gens âgés, on peut s'attendre à une augmentation du nombre de personnes atteintes d'insuffisance cardiaque, de fibrillation auriculaire et de démence.

" Notre incapacité à nous adapter aux besoins des aînés a un impact sur tous les aspects du système de santé, a déclaré le DSimpson à ses collègues. En améliorant la manière dont nous prenons soin d'eux, nous effectuerons un grand pas vers la création d'un système de santé hautement efficace au Canada. "

Le DSimpson a donné un aperçu d'un certain nombre de lacunes importantes au sein du système actuel qui diminuent l'efficacité des soins de santé dispensés aux aînés. Elles comprennent les difficultés reliées aux soins hospitaliers, le manque de communication et de soins de transition intégrés, ainsi que le soutien limité offert aux familles et aux aidants.

Il a soulevé, en milieu hospitalier, le manque de soins de qualité pour les patients atteints d'une maladie chronique et les délais d'attente interminables entraînant le report des chirurgies et des retards en matière de tests de diagnostic. Les délais d'attente sont prolongés par le fait que 15 % des lits d'hôpital sont occupés par des patients, pour la plupart des aînés, qui n'ont pas besoin d'y être, mais pour qui il n'y a pas d'autre solution de soins. La qualité des soins diminue également en raison de la communication déficiente entre les hôpitaux, les autres établissements de soins, les médecins de première ligne et les services de santé communautaires, ce qui pourrait être réglé par une utilisation accrue des dossiers de santé électroniques.

Notre système a également besoin de veiller à ce que les proches qui fournissent des soins essentiels, mais non rémunérés, soient reconnus et appuyés.

Besoin urgent d'une stratégie nationale pour les aînés

Ce qu'il faut pour régler ces lacunes, selon le DSimpson, c'est une stratégie nationale pour les aînés qui offrirait des soins axés sur les besoins des aînés atteints d'une maladie chronique, des soins supplémentaires hors des hôpitaux de soins actifs et un accroissement des investissements consacrés aux établissements de soins de longue durée et aux soins à domicile. Il a souligné qu'un lit d'hôpital coûte 1 000 $ par jour, alors qu'investir 55 $ par jour en soins à domicile peut éviter aux gens de se retrouver à l'hôpital.

" L'élaboration d'une stratégie est la première étape vers la résolution de ce problème croissant, dit-il. Que se passera-t-il durant les 15 prochaines années si nous n'avons pas de plan? Il nous en faut un immédiatement. "

Le mois dernier, Statistique Canada a signalé que, pour la première fois, la population canadienne comptait plus de gens de 65 ans et plus que de gens de 14 ans et moins. Selon l'organisme, au 1er juillet, le Canada comptait 5 580 900 aînés, ce qui représente 16,1 % de la population. D'ici 2055, les aînés représenteront 25 % de la population.

Les maladies cardiovasculaires sont un problème important chez les aînés qui doit être abordé dans le cadre de cette stratégie, selon le DSimpson. L'insuffisance cardiaque est la cause principale d'hospitalisation chez ce groupe d'âge. Par conséquent, des stratégies visant à améliorer l'utilisation des médicaments et à augmenter le soutien aux soins à domicile pourraient jouer un grand rôle dans la gestion de ce problème. Une meilleure prise en charge de la fibrillation auriculaire et du diabète est également nécessaire pour améliorer la qualité des soins et utiliser les ressources en santé de manière plus efficace.

L'une des difficultés les plus importantes en matière de soins de santé aux aînés est la démence, souvent liée à la santé cardiovasculaire, en raison du fait que de nombreux patients atteints d'insuffisance cardiaque ou qui ont survécu à un AVC souffrent de troubles cognitifs. Les gens vivent plus longtemps et nous observons un vieillissement de la population. Par conséquent, la démence constitue un problème de santé de plus en plus important.

Le DSimpson espère que le nouveau gouvernement fédéral organisera une première rencontre des ministres dans les six prochains mois afin d'élaborer une stratégie nationale pour les aînés et de s'engager à la mettre en œuvre d'ici 2019.

" Les Canadiens en ont assez des excuses pour justifier l'inaction du gouvernement fédéral concernant cette question, a-t-il déclaré. Montrez-nous que vous êtes des bâtisseurs de la nation et que vous croyez que le Canada est plus grand que la somme de ses parties. Engagez-vous à élaborer une stratégie nationale pour les aînés. "

Position de la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC

La Fondation appuie la position du DSimpson concernant la nécessité d'élaborer une stratégie nationale pour les aînés, a déclaré Francine Forget Marin, directrice, Affaires santé et recherche, à la Fondation. Nous avons besoin d'une approche coordonnée afin d'aborder la question des problèmes de santé importants dont sont atteints les aînés. Cette question est d'autant plus urgente, considérant l'accroissement imminent du nombre de cas d'insuffisance cardiaque, de fibrillation auriculaire et de démence qui aura lieu en raison de l'augmentation de la moyenne d'âge de la population du pays. "

La Fondation s'est particulièrement engagée à mettre en œuvre des initiatives de prévention de la démence, ce qui constitue la meilleure approche à long terme pour atténuer les conséquences de ce problème chez les aînés canadiens. La Fondation demande des investissements annuels de 20 M$ à cet égard.

À plus long terme, la Fondation croit que la promotion d'une meilleure alimentation et d'un mode de vie actif auprès des Canadiens de tous âges est la meilleure manière de réduire les problèmes de santé à mesure que les gens vieillissent. Cela commence par des politiques qui aideront à réduire la commercialisation des aliments malsains et des boissons sucrées visant les enfants. Ceux qui mangent sainement et font de l'activité physique sont moins susceptibles d'avoir de mauvaises habitudes ou d'en acquérir à l'âge adulte et, par conséquent, présenteront moins de problèmes de santé en vieillissant.

La Fondation croit que le gouvernement devrait mettre en œuvre d'autres mesures afin d'améliorer la santé et les soins de santé des aînés au pays. Celles-ci comprennent :

  • accroître le soutien financier, pratique et psychologique offert aux aidants;
  • améliorer les prestations offertes par l'assurance emploi pour les congés de compassion en faisant passer la période de prestations de 6 à 26 semaines par année, en élargissant l'admissibilité des gens désirant prendre des semaines de congé partielles sur une plus longue période, en éliminant le délai d'attente de deux semaines avant le versement des prestations et en élargissant l'admissibilité pour inclure les aidants naturels qui offrent des soins essentiels aux personnes en raison d'une maladie grave chronique ou d'une maladie épisodique;
  • mettre en place des plans d'action axés sur les soins palliatifs et de réadaptation afin de veiller à ce que les gens aient accès à ces services essentiels, plus particulièrement les personnes vivant en milieu rural et dans les collectivités éloignées;
  • investir davantage dans les soins à domicile communautaires;
  • établir des lignes directrices fondées sur les données probantes afin de fournir des services de réadaptation de manière efficace aux personnes atteintes d'une maladie chronique.

Le Congrès canadien sur la santé cardiovasculaire est la rencontre la plus importante de professionnels de la santé cardiovasculaire et de spécialistes dans des domaines connexes au Canada. Il est présenté conjointement par la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC et la Société canadienne de cardiologie.

La Société canadienne de cardiologie est le porte-parole national des médecins et des scientifiques dans le domaine cardiovasculaire, et fait la promotion de l'excellence en santé et soins cardiovasculaires par l'application des connaissances, le perfectionnement professionnel et son leadership dans les politiques en matière de santé.

La Fondation des maladies du cœur et de l'AVC a pour mission de prévenir les maladies, de préserver la vie et de favoriser le rétablissement. En tant qu'organisme bénévole de bienfaisance en santé, nous nous efforçons chaque jour d'améliorer de façon tangible la santé de toutes les familles du pays. Ensemble, éliminons les maladies du cœur et les AVC pour vivre en santé. " Ensemble, éliminons les maladies du cœur et les AVC pour vivre en santé. " fmcoeur.ca

Renseignements

  • Pour de plus amples renseignements ou des entrevues, veuillez communiquer avec :

    Maryse Bégin
    Gestionnaire, Communications, Québec
    Fondation des maladies du cœur et de l'AVC
    514 871-8038, poste 232
    maryse.begin@fmcoeur.qc.ca
    Renseignements sur le Congrès et inscription des médias au www.cardiocongress.org.

    Après le 28 octobre, veuillez communiquer avec :

    Jane-Diane Fraser
    Fondation des maladies du cœur et de l'AVC
    613 691-4020
    jfraser@hsf.ca