Groupe Tremblay

Groupe Tremblay

14 nov. 2015 13h21 HE

Une technologie de soudage innovante inaugurée par Soudures J.M. Tremblay embrasera l'industrie

SAINT-ANICET, QUÉBEC--(Marketwired - 14 nov. 2015) -

Cet après-midi, Les Soudures J.M. Tremblay (SJMT) a inauguré, en compagnie de ses clients, ses partenaires et ses employés, la première cellule de soudage par friction-malaxage (SFM) robotique en production au Canada. Bien que connue depuis plusieurs années, la mise en production de ce type de soudage est très peu répandue en Amérique du Nord.

Avec plus de vingt-cinq ans d'expérience en fabrication, l'entreprise québécoise SJMT était déterminée à trouver une solution rentable pour allonger la vie des plaques cathodiques employées dans l'industrie minière pour raffiner le zinc. Les plaques cathodiques conductrices en aluminium durent en moyenne de 12 à 18 mois parce que la corrosion en réduit peu à peu l'efficacité. Le souhait de trouver des techniques ou des solutions pour recycler les plaques cathodiques corrodées et ainsi satisfaire les clients avec des produits compétitifs a motivé l'entreprise à innover.

Pour ce faire, l'entreprise s'est tournée vers le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et une technologie écologique baptisée « soudage par friction-malaxage » (SFM). Contrairement aux procédés usuels de soudage à l'arc, le SFM permet de souder ensemble deux matériaux aux caractéristiques différentes, tout en évitant la distorsion résultant de leur assemblage par des moyens de soudage conventionnels. Le procédé permettrait également à SJMT de réduire la consommation énergétique et de limiter les émissions nocives liées au soudage.

Ayant décelé le potentiel de croissance de SJMT, le CNRC a mis l'entreprise en contact avec l'équipe du Programme d'aide à la recherche industrielle (PARI), lui permettant ainsi d'obtenir un appui financier et des conseils stratégiques de la part de conseillers en technologie industrielle, notamment dans le secteur du soudage. Ce soutien a été complémenté par une subvention du Centre québécois de recherche et de développement de l'aluminium (CQRDA).

Les équipes œuvrant de pair et partageant à la fois savoir, technologies innovantes, installations et passion pour leur travail, une entreprise canadienne a pu rassembler en grande partie les éléments dont elle avait besoin pour innover, s'adapter et demeurer compétitive. Outre le fait d'être passée rapidement de son milieu de laboratoire primordial à la fabrication industrielle, cette technologie retient déjà l'attention d'autres secteurs tels ceux des mines, des transports et de l'aéronautique, ce qui galvanise les efforts d'innovation et est garant d'un brillant avenir.

« L'aide technique du CNRC associée à l'appui financier du PARI nous a permis de prendre de l'expansion et de multiplier nos activités », affirme Gail Comeau, gestionnaire de projet chez SJMT. Après avoir établi que la réparation des cathodes par SFM automatique était réalisable, les partenaires ont entrepris un projet ambitieux consistant à créer, à bâtir puis à tester une cellule de travail SFM. Ce système automatisé, intégrant un robot industriel sur rail combiné à plusieurs équipements innovants, est capable de reconditionner les cathodes à une cadence élevée, ce qui a aidé SJMT à conserver et même diversifier sa part du marché.

« Douze mois après l'installation, nous avons reconditionné environ 10 000 cathodes. Déployer les éléments automatisés a réduit le temps de production de 80 pour cent et coupé l'intensité du travail de moitié », ajoute Mme Comeau. Ces résultats impressionnants mis à part, les déchets primaires et les résidus de métaux ont diminué de 35 pour cent, alors que l'on a doublé la vie des cathodes.

Après cinq années de recherche, de développement et d'essais, les partenaires fêtent maintenant l'avènement d'une nouvelle approche à l'automatisation du soudage. Nécessité fait loi et cette technologie innovante de SFM robotisé, la première application du genre dans le secteur canadien de la fabrication, a permis à SJMT de porter son rendement et sa capacité de production bien au-delà des attentes initiales.

Renseignements