SPCA

SPCA

27 févr. 2009 17h26 HE

Une usine à chiots remet 60 chiens à la SPCA

Un abandon qui en dit un peu plus sur le problème persistant des usines à chiots au Québec

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 27 fév. 2009) - Cet après-midi, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux a recueilli une soixantaine de chiens provenant d'une usine à chiots située non loin de Montréal. La propriétaire de l'usine a volontairement remis les animaux à la SPCA le vendredi 27 février.

Les chiens, tous de petite race, sont arrivés sales et effrayés au refuge. Ils ont été pris en charge par les bénévoles de la SPCA en poste au refuge d'urgence à Montréal, où ils recevront des soins vétérinaires et de toilettage et entreprendront un programme de socialisation avant d'être placés en adoption.

"Nous nous réjouissons que la propriétaire de cette usine à chiots ait pris la décision de remettre certains de ses animaux à la SPCA et nous ne pouvons qu'encourager les autres à en faire autant. C'est une chance que les chiens nous aient été confiés, car les conditions dans lesquelles ils vivaient à l'usine étaient certes inacceptables, mais la propriétaire des lieux agissait en conformité avec le Code criminel et nous n'avions aucun moyen de prendre un recours juridique pour faire saisir les chiens, a déclaré Alanna Devine, directrice générale intérimaire de la SPCA. Ce cas illustre, une fois encore, le problème posé par notre juridiction actuelle et son application; le Code criminel ne protège pas adéquatement les animaux contre la négligence et la structure provinciale qui est en place fait peu de choses pour empêcher les usines à chiots de fonctionner au Québec."

Le 12 février dernier, Me Laurent Lessard, ministre de l'Agriculture, a annoncé la création d'un groupe de travail chargé de renforcer les mesures adoptées pour lutter contre la cruauté envers les animaux. Le groupe de travail sera dirigé par Geoffrey Kelley, député de Jacques-Cartier, et se penchera notamment sur la question des usines à chiots dont, entre autres, leur enregistrement obligatoire.

"Le fait que nous ayons pu sauver ces chiens uniquement parce que la propriétaire des lieux les a abandonnés prouve une fois encore que le Québec doit prendre des mesures plus vigoureuses à l'endroit des usines à chiots. La population québécoise a laissé savoir haut et fort qu'il faut agir pour faire en sorte que les usines à chiots ne puissent plus mener leurs activités dans la province. Nous espérons que le groupe de travail mis sur pied par le ministre Lessard apportera des changements fondamentaux hautement nécessaires pour le bien-être des animaux de la province et permettra d'éliminer une fois pour toutes les usines à chiots", a ajouté Alanna Devine.

Renseignements

  • SPCA
    Alanna Devine
    Directrice générale par intérim
    514-735-9172
    514-659-0499