Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

07 juil. 2008 13h00 HE

Une victoire pour les travailleuses et les travailleurs canadiens

Le nouveau Programme de protection du salaire offre équilibre et justice lorsque les compagnies déclarent faillite

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 7 juillet 2008) - Grâce à un militantisme politique tenace et ciblé et au dur travail d'innombrables militantes et militants syndicaux, il y a de bonnes nouvelles pour toute personne qui craint ce qui risque d'arriver si son employeur fait faillite.

Le Congrès du travail du Canada a fait établir un important programme offrant mieux aux travailleurs et travailleuses. A partir de cet été, le Programme de protection du salaire (PPS) versera un paiement immédiat pour perte de salaire et paye de vacances dues à tout travailleur ou travailleuse pour une période de six mois avant que son employeur ne déclare faillite.

"Nous n'avons jamais abandonné nos pourparlers avec les responsables du gouvernement et les élues et élus, que ce soit à Ottawa ou dans leurs bureaux de circonscription. Nous les avons informés de la réalité qui se présente à 20 000 travailleuses et travailleurs chaque année lorsque des employeurs déclarent faillite. Nous les avons convaincus de modifier la loi pour le mieux," a déclaré Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

Le 7 juillet, le ministre du Travail, Jean-Pierre Blackburn a tenu un point de presse avec Hassan Yussuff, secrétaire-trésorier du Congrès du travail du Canada pour annoncer que le PPS était fonctionnel.

A compter de cet été, le gouvernement du Canada émettra sur-le-champ un chèque d'un montant maximal de 3 162 $ et tentera ensuite de recouvrer cette somme auprès de l'employeur failli. Avec le temps, la somme de salaire et de paye de vacances qui pourra être recouvrée dans le cadre du PPS augmentera car l'actuel montant de 3 162 $ sera indexé sur l'inflation. Grâce à des pressions supplémentaires faites par le CTC, une règle proposée selon laquelle il aurait fallu occuper son emploi depuis trois mois pour être admissible au programme a été retirée du règlement.

"Les travailleuses et les travailleurs doivent savoir que les gens qu'ils ont élus au Parlement, de tous les partis politiques, ont accompli la tâche pour eux. Ils ont changé une loi injuste, établi un nouveau programme qui aidera la situation et ils l'ont rapidement mis en place", de dire Georgetti.

M. Georgetti a dit que le PPS représente la première étape vers une meilleure protection des salaires durement gagnés et des épargnes-retraites de la main-d'oeuvre canadienne.

"C'est un exemple de ce que les travailleuses et les travailleurs peuvent accomplir lorsqu'ils travaillent ensemble, font entendre leurs voix, montrent leurs visages et parlent de leurs vies quotidiennes avec des élues et des élus prêts à écouter. C'est une action politique qui fonctionne. Imaginez le genre de pays que nous pourrions avoir si plus de gens s'impliquaient comme cela", a-t-il dit.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux. Site web : www.congresdutravail.ca

Renseignements

  • Jeff Atkinson
    613-526-7425
    613-863-1413