Réseau International Humaniste (RIH)

28 févr. 2008 07h28 HE

URGENCE Kenya agissons avant la catastrophe

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 27 fév. 2008) - La crise qui secoue, depuis la fin décembre le Kenya, inquiète sérieusement les membres du Réseau International humaniste (RIH), le Centre des Cultures du Canada et plusieurs centaines d'organisations non gouvernementales à travers le monde. Au cours des derniers jours, partout à travers le monde, des vigiles ont été organisées devant les ambassades du Kenya et les bureaux des Nations Unies. Les groupes et associations demandent aux leaders des divers pays d'intervenir rapidement auprès des Nations Unis.

La situation au Kenya

Les violences alimentées par les deux camps politiques ont déjà fait plus de 1,000 morts et déplacées plus de 300,000 personnes. Il faut résolument éviter que ce conflit persiste. Cette situation rappelle étrangement le génocide Rwandais - en une semaine le conflit Rwandais avait fait 1 million de morts et ce, sous le regard indifférent de la communauté internationale - il faut prévenir la catastrophe. Selon les dernières informations que les associations canadiennes auraient obtenues, la police kenyane exercerait un certain contrôle sur une partie de la population selon l'identité et les noms de famille des individus. Les ONG qui travaillent dans les camps de réfugiés n'ont pas suffisamment de matériels, médicaments et de nourriture à distribuer, une grande partie de l'aide internationale est surtout contrôlée par le président Mwai Kibaki et ses proches collaborateurs et par les leaders à l'opposition.

Selon Roberto Verdecchia porte-parole canadien du Nouvel humanisme, "le peuple du Kenya est constamment confronté aux manipulations des camps politiques qui luttent pour le pouvoir en divisant le peuple contre lui-même, une tribu contre une autre tribu. Les amis des kikuyus sont censés être d'un côté alors que les amis des Luos sont censés être de l'autre côté. Mais plusieurs groupes et associations du Kenya voient dans ce jeu ce qu'il est vraiment, c'est-à-dire deux hommes luttent pour leur propre pouvoir personnel. Deux hommes qui s'arrêteront devant rien pour atteindre les sommets du pouvoir."

Le RIH du Québec et le Centre des cultures du Canada supportent les associations et les personnalités au Kenya qui travaillent d'arrache-pied vers une résolution non-violente à la situation actuelle. Rappelons que le problème du Kenya n'est pas celui d'une tribu contre une autre tribu, mais c'est plutôt à cause de l'inéquité fragrante entre la majorité de la population qui vit dans des conditions misérables alors qu'une minorité très "minuscule" vit dans l'opulence des banlieues riches.

Le RIH et le Centre des Cultures du Canada demandent au gouvernement du Canada à travers son ministre des affaires extérieures Maxime Bernier de rapidement déposer une motion auprès des Nations Unis afin que soit préparer les moyens nécessaires pour intervenir advenant que la situation suite aux pourparlers entre les deux camps n'était pas dénouer d'ici les prochains jours.

Plusieurs associations canadiennes participent à la campagne de pression internationale. D'ici les prochains jours des centaines de lettres et de courriels seront acheminé au bureau du ministre Maxime Bernier. Les milieux associatifs ainsi les Canadiens sont invités à participer à la campagne en visitant le site URGENCE KENYA. Les groupes "Aide à l'enfance UQAM", "Amnistie Internationale UQAM" et RIHUQM sont les groupes ayant déjà signés la demande.

Pour participer à la campagne URGENCE KENYA : http://urgencekenya.blogspot.com/

Renseignements

  • Réseau International humaniste
    Anne Farrell
    Cellulaire : 514-886-4858